Le HHC interdit à la vente en France à partir du 13 juin.

/

Les produits à base de HHC, une molécule de synthèse dérivée du cannabis et jusque lors en vente libre en France, seront interdits de commercialisation dans l’Hexagone à compter de demain mardi 13 juin, a annoncé l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Selon l’ANSM, le HHC “présente un risque d’abus et de dépendance équivalent à celui du cannabis“.

Apparu sur le marché des cannabinoïdes de semi-synthèse fin 2021 aux Etats-Unis, le HHC a officiellement débarqué sur le vieux continent en mai 2022, lors d’une saisie douanière. Huit mois plus tard, le HHC était commercialisé dans une vingtaine de pays de l’Union Européenne (UE). Certains pays membres (Autriche, Danemark, Belgique) l’ont d’ailleurs récemment interdit.

Très en vogue en France depuis plusieurs en mois, le HHC peut se consommer sous différentes formes : gummies, vapoteurs jetables, fleurs à fumer…  Et attirait de facto large public, dont nombre d’adolescents.
La promesse ? Donner les mêmes effets que le cannabis récréatif (THC), mais en toute légalité.
Depuis la première identification du HHC en Europe, deux autres cannabinoïdes de synthèse ont été détectés sur le continent : le HHC-acétate (HHCO) et l’hexahydrocannabiphorol (HHCP), eux aussi désormais interdits par l’ANSM dès demain mardi 12 juin.

L’ANSM a fondé sa décision sur des travaux des centres d’évaluation et d’information sur la pharmacodépendance-addictovigilance, ces études ayant montré que “la structure chimique de ces produits est proche de celle du delta-9 tétrahydrocannabinol (delta-9 THC), classé comme stupéfiant“, précise l’ANSM dans son communiqué.

Pour autant, les ventes de HHC représentent une part importante dans le chiffre d’affaires des boutiques CBD et des ventes en ligne peu scrupuleuses… Les industriels vont-ils attaquer ce classement comme cela avait été fait pour le CBD ?
Les 3 principaux syndicats français de la filière chanvre bien-être (SPC, UPCBD, AFPC) n’ont jamais vu d’un bon œil l’arrivée sur le marché de cette molécule de synthèse dont on ignore tout des risques à moyen ou long terme, et qui n’est pas sans rappeler les tristes expériences des « herbes » de synthèse comme le Spice, le Yucatan Fire, le Sence ou l’Algerian blend. La consommation de ces dernieres avait couté la vie à des dizaines de jeunes anglais, avant leur interdiction définitive en 2016.

Ne ratez rien de l’actualité du chanvre et du CBD, inscrivez-vous à la Zeweed Newsletter!

Journaliste, peintre et musicien, Kira Moon est un homme curieux de toutes choses. Un penchant pour la découverte qui l'a emmené à travailler à Los Angeles et Londres. Revenu en France, l'oiseau à plumes bien trempées s'est posé sur la branche Zeweed en 2018. Il en est aujourd'hui le rédacteur en chef.

Previous Story

Bègles, future ville pilote d’une expérimentation de légalisation du cannabis ?

Next Story

Cypress Hill: pour l’amour des vers et de la verte

Latest from France

Front popul’herbe

Alors que le résultat des législatives redessine le paysage politique français en faveur du Front Populaire,