Cannabis légal: un juteux marché sous influence

Cannabis légal: un juteux marché sous influence

//

De Dubaï à St Tropez, de Louis Vuitton à Chanel, d’Instagram à Tik-Tok, les influenceurs se sont fait en quelques années une belle place au Soleil sur la  plage de la promo pas chère. Le cannabis récréatif et le CBD ne sont pas en reste, avec quelques têtes d’affiche dont le fulgurant succès augure de riches heures pour ce segment encore bien vert en France. Followez le guide, ZEWEED a mené l’enquête.

Le marché mondial du cannabis légal est en pleine croissance. L’inflexion réglementaire engagée depuis plus d’une décennie en Amérique du Nord a fait fleurir une industrie prospère. Selon certaines prévisions, le taux de croissance annuel du chiffre d’affaire du cannabis récréatif pourrait approcher les 20%, soit 149 milliards de dollars en 2031.
Concernant le CBD, les taux de croissance sont similaires. D’ici la fin de la décennie, la molécule bien-être générerait près de 22 milliards de dollars de revenus. Après des années de tergiversations réglementaires, le marché français a enfin décollé et devrait dépasser le milliard d’euros en 2025.

Les réseaux sociaux, seul espace promotionnel d’un marché interdit de publicité par Google

Les propriétés du chanvre ouvrent un spectre d’applications dans des domaines très variés, une manne qui crée une féroce concurrence. En 2020, les États-Unis comptaient déjà plus de 3000 marques différentes. Dans cette lutte sans merci, une stratégie marketing digne de ce nom est décisive. Tous les métiers de l’influence se sont donc soudainement mobilisés pour permettre aux plus avisés de tirer leur épingle du jeu. Estimé en 2022 à 16,4 milliards de dollars, le marché du marketing d’influence est vingt fois plus important qu’en 2015. L’étude annuelle Reech, dédiée aux relations entre les marques et les influenceurs, révèle que 63% des 18-24 ans indiquent suivre des créateurs de contenu sur les réseaux sociaux.

Quand la notoriété profite aux marques

Inévitablement, la démocratisation d’un produit passe par son côté « sexy » et le prestige des cercles qui en font usage, rarement par désintérêt financier. Nombre de célébrités ont très tôt perçu les opportunités économiques de la plante verte. À l’image du précurseur en la matière, Snoop Dogg (80 millions de followers sur Instagram), qui après d’importants investissements dans des jeunes pousses a lancé sa propre marque Leafs by Snoop en 2015. L’acteur Seth Rogen, lui aussi fumeur invétéré et son compte Twitter aux 10 millions d’abonnés ne manquaient jamais l’occasion de leur distiller un petit conseil conso. Pas plus qu’il n’a manqué l’occasion de créer son herboristerie perso, Houseplant.

On pourrait encore citer Gwyneth Paltrow (8 millions de followers Instagram), à la tête de sa société de lifestyle Goop, qui s’est-elle aussi lancée dans l’aventure en 2020 avec sa marque Cossmoss.  D’autres, à l’instar de l’actrice Jennifer Aniston et ses confrères Michael J. Fox et Morgan Freeman se sont cantonné à de simples recommandations distillées sur les réseaux sociaux. Et si contrairement à The Parent Company, toutes les marques du secteur ne peuvent pas s’offrir le luxe d’un « Chief visionnary officer » du nom de Jay-Z, chacune d’elle aura la possibilité de trouver un influenceur à son budget. Dans la conquête de ce nouveau monde, il ne suffit pas d’être bien entouré, il faut surtout être bien suivi…

Un marketing d’influence encore embryonnaire en France

La France commence elle aussi à voir ses figures de proue du show-business investir le marché du CBD. Le rappeur Koba LaD et ses 2,9 millions de followers a par exemple lancé sa propre gamme de produits, Koba Kush, en partenariats avec High Society. Mais contrairement aux États-Unis, où les influenceurs centrés uniquement sur le cannabis sont nombreux, la France n’en dénombre que très peu.
C’est que nous confirme Miss CBD, qui comptabilise sur son compte Tik Tok plus de 11 K followers. “En France il y en a qui arrivent à faire des vidéos, mais ce ne sont pas des comptes qui parlent uniquement de CBD … Ou alors ceux qui tendent à le faire sont ceux qui ont leur propre shop. Et, malheureusement, très vite, ça devient redondant et purement commercial”, soupire celle pour qui le caractère éducatif et indépendant de ses vidéos semble cardinal.

L’épée de Damoclès du compte banni

“D’ailleurs, devenir influenceur de CBD ne semble pas si simple que ça : j’ai eu pas mal de difficultés parce que je me suis vite rendu compte que sur Tik Tok on ne pouvait pas montrer de fleurs ni de résines. Seuls les cosmétiques ou les huiles n’étaient pas signalées”. L’influenceuse n’en est pas à sa première vidéo supprimée ni même à son premier compte banni.
Son compte Tik Tok est le cinquième du genre. Ce qui l’oblige à chaque fois de tout recommencer pour reconstituer sa communauté. Une véritable épreuve pour celle qui se dévoue à ce projet, en plus de son travail dans un CBD shop, sans compter ses heures : mon compagnon se plaint souvent du fait que mon boulot prend trop de place dans nos vies.

Des influenceurs très courtisés

Quoi qu’il en soit, pour cette énième tentative, la dimension éducative de ses contenus semble jusqu’ici contenter les obscures règles du réseau social. Tiffany Ortiz, de son vrai nom, souligne d’ailleurs ce paradoxe?. ” Je vois et j’entends énormément de trucs faux, que ce soit sur les réseaux ou pire, dans les CBD shops. Tout ce que j’essaie de faire c’est de partager des connaissances fiables pour que cette plante formidable puisse être comprise et utilisée dans le plus sécurisé et sécurisant des cadres”. La clé de la réussite ? Lorsqu’on lui demande si elle est sollicitée par des marques, c’est un rire empreint de victoire que l’on entend à l’autre bout de la ligne.
Oh oui ! c’est dingue. Toutes les semaines j’ai environ deux ou trois demandes de partenariat“. Avant d’ajouter qu’elle tient à son indépendance et à sa crédibilité. On la croit sur parole. D’autres, outre atlantique, ont depuis longtemps succomber aux sirènes du marketing d’influence. Qu’ils soient suivis pour leurs compétences, leur crédibilité, leurs connaissances, leur lifestyle ou leur humour ou leur plastique, ils sont pour notre influenceuse hexagonale une source d’inspiration sans limites.

Petit panorama des influenceurs Français

LE CHANSONNIER
Koba LaD
@koba_lad (2.9 M followers)

Koba-LaD
Koba-LaD

En 2020, à l’occasion de la sortie de son album Détail, Koba faisait accompagner sa pochette d’un pochon. Ainsi ses fans étaient en mesure de goûter le CBD utilisé pour les produits qu’il venait de lancer. Depuis sa sortie de prison en mars dernier le MC affirme ne plus boire d’alcool et ne plus fumer que du CBD. L’interprète de “Coffre Plein” est désormais en mesure de fournir une ribambelle de clients.

L’ÉDUCATRICE
Miss CBD
@misscbd (10.8 k followers)

Miss CBD
Miss CBD

Faire la lumière sur les idées fausses et partager ses connaissances au plus grand nombre en toute indépendance.Telle est la mission que s’est assignée Tiffany Ortiz alias Miss CBD. Son retour sur investissement: le bien être du plein grand nombre.

LE RECONVERTI
LIM
@lim92officiel (24 k followers)

LIM
LIM

Celui qui déplorait récemment que les morceaux ne soient plus engagés s’est bien engagé dans le business du CBD. Sur son site galacticacbd.com, le rappeur propose, en plus de ses albums, toute une gamme de produits CBD livrés en moins de 48h.

JANINE LES BONS TUYAUX
Marie-Janine
@mj_thefrenchcanaqueen (3752 followers)

Marie Janine
Marie Janine

On quitte le rap game pour rejoindre l’univers coloré, sexy et féminin de Marie Janine. Au programme, une marque de produits brandés à souhait qui allie bien-être et fun tout en distillant des contenus bourrés de trucs et astuces pour tous les curieux du CBD.

 

Ne ratez rien de l’actualité du chanvre et du CBD, inscrivez-vous à la Zeweed Newsletter!

Journaliste, peintre et musicien, Kira Moon est un homme curieux de toutes choses. Un penchant pour la découverte qui l'a emmené à travailler à Los Angeles et Londres. Revenu en France, l'oiseau à plumes bien trempées s'est posé sur la branche Zeweed en 2018. Il en est aujourd'hui le rédacteur en chef.

Previous Story

Le CBD, un traitement de l’épilepsie efficace mais trop peu prescrit

Next Story

Quand les Etats-Unis encourageait la culture du chanvre pour gagner la guerre.

Latest from France