Aux Etats-Unis, les employés du cannabis-business se syndicalisent

//

Alors que la légalisation gagne du terrain aux États-Unis, les salariés de la filière cannabis se mobilisent pour protéger leurs droits.

Dans le Massachusetts les salariés de Cresco Labs sont à la fête: ils viennent de signer leur premier contrat syndical.
Je suis émue et fière de cette victoire, fruit de notre combat commun“, se réjouit Molly Balbuena négociatrice de l’accord et employée depuis 3 ans chez Cresco Labs à Fall River.

La convention syndicale prévoit des augmentations de salaire annuelles durant les 3 prochaines années et définit une politique d’horaires équitables, protégeant les employés d’heures supplémentaires abusivement imputées. L’accord garantit également aux salariés de Cresco Labs l’accès à une couverture sociale et médicale complète ainsi qu’un bonus-retraite.

Augmentations de salaire garanties pour les 3 prochaines années

Les employés de Cresco ne sont pas une exception: mercredi 23 juin, ce sont les employés d’un dispensaire March & Ash de Mission Valley, Californie, qui avaient obtenu gain de cause en votant majoritairement pour la syndicalisation de leurs statut, suivant l’exemple d’un autre dispensaire de la même chaîne fraîchement syndiqué et situé à San Diego. Les employés des dispensaires de Mission Valley et San Diego sont désormais protégés par le très puissant syndicat du United Food and Commercial Workers (UFCW).

Quelques semaines plus tôt, d’autres employés de March et Ash travaillant dans d’autres succursales demandaient eux aussi à adhérer au syndicat UFCW. Très rapidement, ils ont pu négocier un contrat leur garantissant des remboursements de garde d’enfants, de frais scolaires, des primes en espèces, des bonus de retraite, des augmentations salariales, des congés payés et même des congés en cas de deuil. Faisant de l’UFCW le premier grand syndicat à couvrir les salariés du cannabis-business dans les États ayant légalisé.

Production de CBD syndiquée

Le CBD avait pavé la route de la syndicalisation des travailleurs de l’herbe: le 25 mai, L’UFCW annonçait la signature d’un accord syndiquant l’ensemble du personnel de Union Harvest et Nature’s Root Lab, entreprise spécialisée dans le CBD. L’accord s’étend à tous les employés du Colorado et de la Floride travaillant dans les domaines de la production, de l’emballage, des achats, des ventes et de la formation relation-client.

« Nous nous engageons à gérer une entreprise favorable aux syndicats qui produira et vendra des produits CBD de haute qualité aux consommateurs de tout le pays et honorera le travail acharné de nos employés avec un contrat syndical » commentait le même jour Justin Eisenach, directeur général et fondateur de Union Harvest.

« Cela signifie des salaires plus élevés et de meilleurs avantages sociaux, ainsi que le fait de donner une voix aux travailleurs, ce qui peut être essentiel dans toute entreprise, mais particulièrement important dans une industrie émergente telle que le cannabis. Avoir une bonne relation avec nos employés est crucial et la signature d’un contrat syndical en fait partie. Désormais, les consommateurs auront le choix lorsqu’ils achèteront du CBD et pourront acheter des produits fabriqués par des employés syndiqués, emballés et vendus aux États-Unis de façon juste et équitable ” s’est félicité le CBD-entrepreneur.

1,3 millions de travailleurs concernés

Faire parti de l’UFCW était un enjeu de taille pour les travailleurs de la filière cannabis:  le syndicat représente plus de 1,3 million de travailleurs aux États-Unis et au Canada. Aujourd’hui, c’est aussi le plus grand représentant des employés du cannabis-business. Hélas, les velléités de syndicalisation des travailleurs de l’herbe ne portent pas toujours leurs fruits.

La semaine dernière, les employés du Greenleaf Compassion Center (un dispensaire agréé de Rhode Island) se sont mis une grève, accusant leur PDG, Seth Bock, d’avoir licencié à tort Ben Telford, membre du comité de négociation du syndicat UFCW de l’entreprise.

Le 23 juin, alors qu’il se présentait à son travail, la direction du Green Leaf Compassion Center (sic) lui a fait savoir sans explications préalables que ses “services n’étaient plus nécessaires”.
Quand j’ai demandé des explications supplémentaires, on m’a dit qu’il n’y en avait pas besoin à ce moment-là. J’ai rassemblé mes affaires et suis parti en une après-midi, après avoir à peine eu le temps de dire  j’ai dit au revoir à tout le mondea ensuite détaillé Ben Telford au Cannabis Business Times .

Barrage aux licenciements abusifs

Quelques semaines plus tôt, les employés de Greenleaf avaient voté à une écrasante majorité (21 voix pour sur 22) en faveur de l’adhésion à l’UFCW. Selon le syndicat, le licenciement de M. Telford n’est pas un incident isolé et démontre qu’il y a encore beaucoup à faire pour garantir les droits des travailleurs au sein l’industrie du cannabis américaine.

Selon le même communiqué, M. Bock aurait licencié 4 autres employés de Greenleaf au cours des 6 derniers mois . Il est depuis  poursuivi par un ancien employé pour discrimination fondée sur l’âge et le handicap, et fait actuellement l’objet d’une enquête par le National Labor Relations Board des États-Unis pour représailles et intimidation.

Jusqu’à présent, le secteur du cannabis reste un no man’s land juridique en ce qui concerne les droits des salariés, ce qui n’est guère surprenant étant donné que l’herbe reste une drogue inscrite à l’annexe 1, comme la cocaïne et l’héroïne 1 en vertu de la loi fédérale américaine.
La solution? La légalisation dans les 52 Etats de l’oncle Sam.

Ne ratez rien de l’actualité du chanvre et du CBD, inscrivez-vous à la Zeweed Newsletter!

Journaliste, peintre et musicien, Kira Moon est un homme curieux de toutes choses. Un penchant pour la découverte qui l'a amené à travailler à Los Angeles, New York ou Londres pendant une dizaine d'années. Revenu en France, l'oiseau à plumes bien trempées s'est posé sur la branche Zeweed en 2018. Il en est aujourd'hui le rédacteur en chef.

Previous Story

Charles Morel, avocat à la barre du CBD en France

Next Story

Adult Swim, la télé en nage libre

Latest from News