USA

HIGH TIMES : Du fanzine gonzo à la multi-nationale de la ganja

/

Créé il y a près de cinquante ans par le légendaire Tom Forcade, High Times s’est d’emblée imposé comme le magazine cannabique de référence, bible incontestable et incontestée des amateurs de Ganja. Retour sur une aventure éditorial aussi hors-normes que visionnaire.

C’est une aventure éditoriale hors-norme, et un des succès les plus retentissants de la presse américaine. Car qui, à l’origine, aurait parié un cent sur l’avenir de cette publication a priori confidentielle, et dont le contenu frisant l’illégalité s’exposait aux foudres des autorités ? Reste que les défenseurs de la liberté d’expression, tout comme les enthousiastes de la la ganja se devront de célébrer l’été prochain le cinquantième anniversaire de la naissance de High Times, le magazine le plus perché de la presse US.

Mais replaçons les choses dans leur contexte. Nous sommes en 1974, à New-York, et un certain Thomas King Forcade – de son vrai nom Gary Goodson, né à Phoenix, Arizona – a une idée que certains s’empressent de ranger aux rayons des canulars et autres facéties dont il est coutumier : créer un magazine qui soit à la marijuana ce que le Playboy de Hugh Hefner est au sexe. Il sera l’occasion de parler du chanvre dans tous ses états. Et, en double-page centrale, en lieu et place d’une playmate sensuellement dénudée, les lecteurs pourront se rincer l’oeil devant un énorme plant de cannabis sur papier glacé.

 

Man in black au chapeau de cow-boy

Bien qu’âgé de seulement vingt-neuf ans, Forcade n’en est pas à son coup d’essai. Il a fait ses classes au sein de l’Underground Press Syndicate (UPS), une association regroupant une flopée de journaux libertaires radicalement opposés à la société américaine de l’époque. Tout de noir vêtu, coiffé en permanence d’un chapeau marron à large bord, et le plus souvent armé d’un pistolet, ce moustachu aux yeux bleus perçants a le verbe haut et l’insolence d’un fanatique de la contestation. Ambitieux, déterminé, il se veut l’apôtre d’une liberté sans garde-fou, dénonce violemment la ségrégation raciale, la guerre du Vietnam, et exécre par-dessus tout les médias mainstream, coupables selon lui de “bourrer la tête des gens de merdes maléfiques”. Après avoir gravi tous les échelons de l’UPS juqu’à en prendre la direction, Forcade commence par créer un hebdomadaire alternatif, Orpheus, sorte de Reader’s Digest d’articles sélectionnés dans différentes publications underground. Pour le promouvoir, il sillone l’Arizona dans un autobus scolaire Chevrolet de 1946, lequel abrite une presse à imprimer et sert occasionnellement de salle de rédaction.

Tom Forcade, le cow-boy de la ganja presse indie

Editeur-dealer-preacher

Ainsi va-t-il accroître son lectorat, sans se priver de vendre par la même occasion cannabis et autres substances illicites, générant ainsi des profits utiles à sa cause. Si l’autobus est arrêté par la police, Forcade enfile le col blanc d’un prédicateur itinérant, présente un exemplaire factice d’Orpheus sur la couverture duquel un Jésus débonnaire fait un signe de paix, et entonne avec ses camarades de virée un hymne religieux. Une mascarade suffisemment convaincante pour s’en tirer le plus souvent avec un simple avertissement.

« La seule obsénité, c’est la censure »

Parmi ses autres faits de gloire, citons également sa comparution devant une Commission présidentielle sur l’obscénité et la pornographie créée en 1969 à l’initiative du président des États-Unis Lyndon B. Johnson. Non seulement Forcade arrive sur les lieux dans une limousine peinte aux couleurs du drapeau Vietcong – nous sommes en pleine guerre du Vietnam -, mais il devient aussi le premier “entarteur” de l’histoire en jetant une tarte à la crème sur la face hébétée du président au cri de  : “La seule obscénité, c’est la censure !”

Mais sa réputation grandissante et le succès local d’Orpheus ne le satisfont pas. Ce dont il rêve, c’est d’un magazine distribué et reconnu sur l’ensemble du territoire américain, histoire de changer une bonne fois pour toute les mentalités et de remporter la seule bataille qui lui tient vraiment à coeur, celle de la légalisation du cannabis. Pour ce faire, il décide dans un premier temps de quitter Phoenix pour emménager à New-York, et installe le siège de l’UPS près d’Union Square, dans un appartement orné d’affiches de rock psychédélique et encombré du sol au plafond de piles de journaux et de bottes de ganja. Non content d’être désormais devenu un acteur incontournable de la contre-culture, il commence à vendre de l’herbe en gros dans un smoke-easy illégal de Grennwich Street et consacre une partie de ses gains à la conception de ce qui consituera son grand oeuvre : High Times.

Naissance d’un géant vert

Le premier numéro du magazine paraît durant l’été 1974. Il se veut alternatif et politique, passionnément pro-cannabique et ne s’interdisant aucun sujets, aussi sulfureux soient-ils. Sa couverture délicieusement ironique présente une élégante jeune femme coiffée d’un chapeau digne du Prix de Diane s’apprêtant à engloutir un champignon qu’on imagine aisément hallucinogène – il s’agissait en réalité d’un champignon de consommation courante venu de l’épicerie la plus proche. Son contenu, lui, propose de nombreux articles écrits sur un ton souvent décalé et divertissant, des extraits d’un livre de Timothy Leary, adepte convaincu du LSD, un compte-rendu des découvertes scientifiques et des évolutions juridiques liés à la drogue, et même le cours des prix de substances illicites en tout genre. Quant aux fameux plant de cannabis imprimé en double-page centrale, il bénéficiera le plus souvent d’une seconde vie, placardé sur les murs des chambres de nombre d’adolescents.

High Times est un succès immédiat et son premier tirage de vingt-cinq mille exemplaires s’écoule en un claquement de doigt. Il devient très vite un mensuel incontournable, et la croissance rapide de son lectorat tout comme de ses revenus publicitaires en font une entreprise florissante, dotée d’une rédaction de plus de quarante journalistes. Dan Skye, le rédacteur en chef du magazine de 2014 à 2020 estimera que le nombre de lecteurs de High Times s’élèvait en 1978 à plus de quatre millions !

La chute du créateur

Mais en dépit de cette réussite phénoménale, Tom Forcade ne se porte pas bien. Son tempérament dépressif associé à son style de vie débridé commence à avoir des conséquences néfastes. Il tend à délaisser la direction du magazine, préfére partir sur les routes avec ses groupes de musique préférés, dont les Sex Pistols, ou en mission de contrebande de weed, au Mexique ou ailleurs. Ce qui ne l’empêche pas de téléphoner fréquemment à la rédaction sous l’emprise de drogues de plus en plus dures, menaçant de liencier tout le monde ou promettant des primes exceptionnelles. Ce faisant, les journalistes qu’il a lui-même mis en place apprennent à se débrouiller sans lui et publie le magazine en temps et en heure. Des personnalités de renom acceptent d’y signer des articles, parfois régulièrement, comme les écrivains William S. Burroughs, Charles Bukowski ou Tom Robbins. En outre, la présence en couverture de célébrités telles que Bob Marley, Debbie Harry du groupe Blondie, Andy Warhol, Johnny Rotten des Sex Pistols, ou le gonzo journaliste Hunter S.Thompson marque à jamais les esprits. Sans parler des interviews devenues cultes, commes celle de l’essayiste Susan Sontag, du linguiste Noam Chomsky et même du Dalaï Lama ! Ce qui ne réconciliera pas pour autant Forcade avec lui-même…

Le 16 novembre 1978, à seulement trente-trois ans, le fondateur de High Times se tire une balle dans la tête dans son appartement New-Yorkais. Passé le choc de la nouvelle, la question se pose de savoir si le magazine lui survivra. C’est compter sans la qualité de l’équipe en place, grâce à laquelle il continuera de paraître et d’asseoir définitivement son succès. Dans les années 80, High Times se signalera notamment par la publication d’articles précurseurs sur la culture du cannabis en intérieur et par l’organisation de la Cannabis cup, un festival annuel organisé à Amsterdam où un jury récompense les producteurs des meilleurs variétés mondiales de cannabis. Certes, le mouvement pro-légalisation traverse une période difficile dans les années 90. High Times attire notemment l’attention de la DEA (Drug enforcement Administration) qui perquisitionne les commerces ayant fait de la publicité dans le magazine et va même jusqu’à menacer leur clientèle.

2000-2024 : les années high

Au point qu’en 2004, un nouveau rédacteur en chef opère un brutal changement de ligne éditoriale, délaissant le cannabis pour l’actualité littéraire. Mais cette tentative s’avère un échec, et High Times s’empresse de revenir à ses premières amours, auxquelles il reste plus que jamais fidèle aujourd’hui. Malgré la mutliplication de sites Internet spécialisés dans le même domaine, la publication se porte plutôt bien, principalement du fait de la légalisation croissante du cannabis aux États-Unis. Quant au site Internet de High Times, inauguré en 2014, il reçoit chaque mois la visite de près de cinq millions d’utilisateurs. Un bel hommage à l’initiative visionnaire d’un Tom Forcade dont la personnalité sombre et lumineuse, à la fois activiste politique, journaliste et trafiquant de drogues, plane encore sur le magazine. On aime particulièrement s’y souvenir que peu de temps après son incinération, une commémoration avait été organisée dans le restaurant Windows on the World, au sommet du World Trade Center. Cette réunion d’amis et de rédacteurs de High Times fut l’occasion de fumer de nombreux joints tout en se remémorant, entre rire et pleurs, mille anecdotes concernant le défunt. Or chacun de ces joints contenait également une pincée de ses cendres. Sans aucun doute, Tom aurait apprécié.

 

Hugues Arbellot de Vacqueur

 

Verbatim : « La seule obsénité, c’est la censure » Tom Forcade

 

Lil’Nas: Black and Pride

///

Alors que la Marche des Fiertés 2024 bat le pavé samedi 29 juin, un jour avant le premier tour de législatives historiques, ZEWEED met à l’honneur l’une des rares icônes gay du rap américain: Lil’Nas.
Portrait d’un artiste aussi cool que fier.

Certaines personnes deviennent célèbres par accident, d’autres par chance, dans le cas de Lil Nas X, c’est par pure ténacité. Un fait d’autant plus impressionnant, quand on connaît son jeune âge.
Il entame sa carrière en 2015. Enfant de la génération X, il se fait une réputation en enchaînant les vidéos sur les réseaux sociaux. Il joue avec les memes, devient une mini célébrité d’internet et monte une page hommage à Nicky Minaj, qu’il ne reconnaîtra que bien plus tard de peur d’être “outé”.
Dans sa petite ville de Georgia, dans le rap et dans la communauté afro-américaine, son identité sexuelle est encore “problématique” comme il le dit avec un tact certain, mais jamais d’amertume.


Le jeune homme se cherche, enchaîne les joints purs et les petits boulots au parc d’attractions du coin. Des joints toujours purs car comme il le dira plus tard sur twitter : “Je peux fumer de la weed toute la journée et tousser pour la moindre fumée de clope”.
Il prend le pseudo de Lil Nas X en hommage à son idole Nas (un autre amateur de cannabis, qui a monté sa propre marque et qui a même joué pour la Cannabis Cup) et achète pour 30 dollars sur internet le Beat de son premier tube Old Town Road en 2018.

Un mix entre rap et country, qui reprend les codes des westerns et qui évoque le mythe de Django. Le cowboy noir et fier de l’être.

Coming Out

En quelques mois, la chanson fait un tabac grâce à TikTok : des millions de jeunes se filment sur le morceau et il arrive même au Top 50 country. Un fait impensable jusque-là, surtout dans l’Amérique de Trump.
Évidemment, États-Unis oblige, elle est retirée par l’institution Billboard, car n’étant “pas assez country”. Traduction : pas assez blanche.
Peu importe : un “vrai” musicien country, devenu fan de son travail, Billy Ray Cyrus (le père de Miley) participe avec lui à un remix, qui en fait un hit planétaire et le fait connaître du grand public.

Ensemble, Billy ray et lui vont partager une belle amitié et pas mal de joints… “Je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui possédait autant de Cannabis avant, il en a BEAUCOUP” raconte-t-il en interview.

Même s’il ne fume maintenant que de manière récréative, le Cannabis l’a beaucoup aidé, quand il a perdu sa grand-mère, alors qu’il connaissait enfin le succès, fin 2018. Il se décrit comme devenant presque “Hypocondriaque”, se réveillant la nuit avec des crises de panique, lors d’une interview pour Variety.

Cette expérience dramatique le pousse à repenser son équilibre et à améliorer sa vie, sans peur des jugements.
Il fait son coming out en 2019 sur Twitter. Pas pour la publicité, mais parce qu’il voulait “que les gamins gays puissent aussi se sentir représentés dans le milieu du rap, qu’ils se sentent vus” comme il l’explique dans cette interview dans un barbershop américain pour HBO.
Il n’est plus pour lui question de se cacher, il veut créer sa propre voie et elle est spectaculaire.

Porté par les vagues de soutien qu’il reçoit (notamment de son ami Billy ray et à la grande surprise de son père). Il se lâche sur les réseaux et commence à être de plus en plus explicite dans ses paroles, ce qui donnera son chef d’œuvre : Montero.

Twerk avec le diable

Montero, c’est le vrai prénom de Lil Nas X, une manière de s’assumer enfin. La chanson est en réalité beaucoup plus douce que le laisse présager l’énorme polémique autour du clip de la chanson, dans lequel il fait un lap dance pour le diable (qui est simplement une métaphore pour ses pulsions auto-destructrices).

C’est une histoire d’amour un peu désespérée, pour un homme pas encore sorti du placard. Une histoire vraie, dont la structure est inspirée par “Call me by your name”, un des premiers films d’amour gay qu’il ait jamais vu, alors qu’il écrivait la chanson en 2020.

Bien sûr, les paroles sont explicites (il parle entre autres “d’avaler ses enfants” et de plateaux remplis de “Ganja et de poudre blanche”), mais plutôt que choquer, son but est avant tout de changer les normes.

Après des centaines de chansons explicites hétérosexuelles, il fallait bien tourner le volume jusqu’à 11, pour qu’il puisse se faire entendre. Son but ? Normaliser l’homosexualité dans la musique rap.
Une démarche qu’il explique avec brio, dans cette courte vidéo décryptant les paroles de sa chanson pour Vice.
Alors qu’il s’apprête à célébrer son 23ème anniversaire, l’avenir du grand Lil’Nas s’annonce aussi coloré qu’un arc-en-ciel.

 

 

Le cannabis au secours des US Marines

//

Alors que nous fêtons le 80ème anniversaire du débarquement des forces alliés, ZEWEED s’est penché sur une condition qui affecte 20% des  vétérans du combat :  le syndrome de stress post-traumatique (SSPT). Si les soldats atteints par cette pathologie se sont longtemps vu prescrire des médicaments conventionnels lourds d’effets secondaires, nombre d’entre se tournent désormais vers le cannabis, dont ils louent les vertus thérapeutiques.  Parmi les associations américaines qui militent pour la prise en charge de la plante comme traitement du SSPT, la Battle’s Brother Foundation. Rencontre avec son co-fondateur, Bryan Buckley.

Pendant 9 ans, Bryan Buckley a été un bon petit soldat. Un US Marine Corp plus précisément. Son premier déploiement a été à Fallujah, en Irak. Puis ce sera en Afrique et en Asie du sud-est.
Je me suis engagé dans l’armée juste après les événements du 11 septembre” se souvient le militaire décoré de la Medal of Honor.
Après avoir été nommé commandant d’unité chez les Marine Raiders (la force d’opérations spéciales des Marines américains), Bryan aura aussi servi en Afghanistan, dans la vallée de l’Helmand.
«Des hauts-gradés m’ont dit que l’été 2012, lorsque nous étions en Afghanistan, a été un des plus sanglants pour l’armée américaine depuis le Vietnam» me confesse le sergeant Bryan alors qu’il évoque l’opération Enduring Freedom (Enduring Freedom, le nom donné par l’armée US pour sa guerre globale contre le terrorisme).
«Et je suis sorti de l’armée à 100% handicapé et avec 100% de stress post-traumatique».

“C’est une fois la guerre finie que les vrais problèmes arrivent”

Je dégluti avant de dégainer ma prochaine question qui porte sur ses blessures.
En 2012, nous nous battions dans la province de Helmand. Durant une reconnaissance, j’entends un siffle au dessus de ma tête. C’était une roquette. La grenade a explosé juste à côté de moi. J’ai pris des éclats d’obus sur ma jambe, mon dos et mon visage. Deux de mes coéquipiers ont également été blessés. L’un d’eux a perdu une partie de son triceps et l’autre a pris des éclats d’obus dans son estomac“.
Bryan a failli perdre sa jambe gauche à la suite des blessures qu’il a subies ce jour-là.
Quelques mois plus tard, Bryan fera une chute de 5 mètres depuis d’un hélicoptère, se disloquant la cheville et se fracturant la colonne vertébrale.
«La guerre est une folie» me lâche l’ancien US Marine.

 

Crédits: Helmand Valley Growers Company.

Les blessures de Bryan ont guéri très rapidement. A peine une semaine après avoir été opéré pour sauver sa jambe des éclats de grenade, il était debout et prêt à en découdre avec l’ennemi.
Ce n’est que sorti de la Grande Muette que Bryan s’est rendu compte que ses traumas n’étaient pas que physiques.
«Dans l’armée, vous devez toujours rester concentré sur la mission, même lorsque vous déplorez des victimes. Le seul mot d’ordre est de concentrer sur l’ennemi jusqu’à son éradication. Le moindre questionnement, le moindre doute est inenvisageable».

Chaque jour, 22 Vets américains mettent fin à leur vie

C’est une fois la guerre finie et le chaos derrière qu’arrivent des problèmes auxquels personne ne s’attend“.
Après son retour de guerre, le SSPT de Bryan a commencé à se manifester. Il souffrait  d’insomnie, de dépression et d’anxiété.
Souvent, il se surprenait à revivre des scènes de bataille alors qu’il est éveillé.
Contre toute attente, cette détresse s’est accrue avec l’arrivée de ses enfant.
«L’ennemi utilisait souvent des femmes et les gamins comme boucliers humains. On voit des choses abominables ».

Durant ses crises liée au SSPT,  Bryan a le sentiment de n’être d’aucune utilité, de n’avoir aucun but, aucune raison d’être.
«Je n’ai pas pu regarder les informations pendant des années parce qu’ils parlaient des actions en Afghanistan et en Irak et je me sentirais coupable de ne pas être là», se souvient-il.
C’est ce manque d’intention qui laisse de nombreux anciens combattants désoeuvrés, en prise avec la dépression et les addictions.
C’est ce même mal à l’âme qui conduit chaque jour près de 22 “Vets” (vétérans de la guerre) américains à se suicider

” J’ai troqué ma bouteille de Jack Daniel’s pour un joint

L’équilibre, Bryan va le retrouver grâce à deux amis ancients combattants:  Andy Miears et Matt Curran.
Ensemble,  ils vont monter la Helmand Valley Growers Company (HVGC), une association militant pour que les Vets aient accès au cannabis.
Aux côtés de HVGC, Bryan, Andy et Matt vont aussi fonder la Battle Brothers Foundation : une ONG à but non lucratif qui vise à aider les anciens combattants américains, autant sur le plan psychologique, familiale que professionnel.

C’est en 2016 que l’aventure HVGC va débuter, lorsque Bryan remarque que son copain de garnison Andy a l’air en meilleur forme que d’habitude.
«Il n’avait pas ce regard léthargique habituel, ce regard du type qui a trop bu».
Buckley me confesse que la consommation d’alcool est l’une des façons les plus courantes pour les anciens combattants de faire face aux symptômes qui frappent une fois le service à la patrie rendu.
Quand j’ai demandé à Andy comment il avait trouvé la force de sourire il m’a dit:” J’ai troqué ma bouteille de Jack Daniel’s pour un joint “.
Au delà d’avoir recours à l’herbe pour soulager ses symptômes de SSPT, Andy était en train de monter une exploitation de culture de cannabis thérapeutique (et légale).

Andy (à gauche) Brian (au milieu) et Matt.

«Le cannabis n’est pas le remède de tous les soldats»

«Un jour, Andy m’a dit que le cannabis lui avait permis de passer du statut de guerrier à celui de jardinier».
Après avoir vu l’effet positif du cannabis sur son ami de tranchés, Brian essaie cette médecine douce.
C’était incroyable. Je dormais mieux, je me réveillais revigoré, sans anxiété ni symptômes dépressifs. Aujourd’hui, le cannabis fait parti de mon quotidien ».

Et il n’aura pas fallut pas longtemps avant que Brian se rende compte que le cannabis pourrait bien être ce but dans la vie qui lui faisait tant défaut au sortir de la guerre.
Dès le départ, l’un des principaux objectifs de Battle Brothers était de changer le paysage médical américain en faisant du cannabis une option de traitement légale et accessible pour les Vets.
Que ce soit pour le soulagement de la douleur, un meilleur sommeil ou toute autre condition médicale.
«Le cannabis n’est pas le remède de tous les soldats», pondère Bryan d’une voix ferme.
«Mais ça devrait être dans notre kit de survie».

«Mais ça devrait être dans notre kit de survie»

A ce titre, la fondation Battle Brothers est en bonne voie d’accomplir sa mission: l’association vient d’obtenir l’approbation d’un comité d’examen pour mener une étude d’observation qui évaluera l’efficacité du cannabis dans le traitement des SSPT.
«En 2016, nous nous sommes adressés au Congrès afin de savoir ce qu’il faudrait faire pour rendre le cannabis disponible aux vétérans. Ils nous ont dit de collecter des données fiables aux côtés de médecins américains et de construire un dossier à présenter aux Anciens combattants. C’est ce que nous faisons. ”

L’étude devrait être lancée en juillet et impliquera 60 Vets californiens atteints de SSPT.
Les participants achèteront et doseront des produits à base de cannabis à leur propre discrétion pendant 90 jours et feront rapport à une équipe de NiaMedic (une société d’études cliniques Israëlienne).
Confiant que l’étude apportera des résultats concluants, Bryan voit en cette recherche les bases nécessaires à l’élaboration d’une politique de traitement au cannabis des Vets sujets au SSPT.
Et ils sont nombreux.
Ces hommes et femmes prêtent serment pour leur pays  et signent un chèque en blanc payable de leur vie. Et quand ils sont de retour ici en Amérique, ils sont peut-être en bonne santé physiquement, mais pas spirituellement ni mentalement. Chez Helmand Valley Growers Company, nous voulons pouvoir assurer aux à ceux qui se sont battus pour la paix d’enfin la trouver“. C’est tout le bien qu’on leur souhaite.

 

Spécial Cannes : 5 classiques du ganja-cinéma

/

Qu’elle fasse rire, qu’elle fasse peur, qu’elle vous rende riche ou vous envoie à l’ombre, l’herbe, de sa consommation à son business, est un parfait terreau à scénarios.
Zeweed a passé en revue quelques incontournables «stoner-movies»: de Reefer Madness, Easy Rider à The Big Lebowski.

Reefer Madness (1936).

Peur sur la weed.
Trois ans après la levée de la prohibition sur l’alcool, l’Amérique pudibonde se trouve avec la marijuana, une nouvelle tête de Turc. Commandé en 1936 par une communauté religieuse chrétienne, le film se vouait à être éducatif et projeté dans les écoles.  Mettant en scène des étudiants s’adonnant au vice vert, le moyen métrage est une violente charge contre la consommation de cannabis, objet de tous les maux d’une Amérique bien pensante des années 30 et 40 (chasse aux sorcières fumantes  illustrée dans le très bon LA confidential). L’absurdité des situations comme du message, le tout  interprété par des acteurs qui n’avaient visiblement jamais fumé, fit de Reefer Madness un midnight movie culte.

 

Easy Rider. (1968)

Épique-hippie road movie.
Easy-Rider, prix de la première œuvre au Festival de Cannes 1969 réunit à l’écran Peter Fonda, Jack Nicholson et Dennis Hopper (qui réalisa le chef-d’œuvre). Le trio des belles gueules bad boys de  Laurel Canyon offre une incroyable et inédite performance,  entre coolitude absolue, scandale assumé et cynisme amusé.  L’histoire débute autour de deux bikers, un sexy, un dude (Fonda et Hopper), qui après un très bon deal prennent l’oseille et se cassent, pour traverser les États-Unis à bécane. Ils embarqueront ensuite avec eux Nicholson, rencontré chemin faisant. Quelques scènes légendaires dont celle du (vrai) joint fumé autour d’un feu de camp, ou de la (vraie) psilocybine consommée pendant une scène dans un cimetière s’en suivent, jusqu’à ce que ces Freaks Brothers en Harley voient  leur rêve américain stoppé net par deux pèquenauds, à coups de fusil. 

 

Up in smoke (1978)

Faut trouver le scénar’
Le premier et plus célèbre des stoner movies de Cheech et Chong. Quand le film sort en 1978, Cheech et Chong sont déjà connus aux États-Unis en tant qu’humoristes. Leurs sketches tournent tous autour de la fumette, chacun campant un personnage récurent (le hippie à l’arrêt, le mexicain parano…) dans des mises en scènes cocasses.
Réalisé par Lou Adler (le producteur du groupe The Mama’s and Papa’s ) pour une poignée de dollars, le film remporte contre toute attente, un franc succès, générant un bénéfice de 44 millions de dollars pour 2 millions de billets verts à l’effigie de Georges Washington  investis. Sévèrement rentable.
Le concept du premier opus devient franchise, une série de films du même acabit suivront, tous bien accueillis par les fans de ce nouveau genre. Cheech and Chong’s Next Movie, Still Smokin Nice Dreams Things Are Tough All Over American chicano …

Half Baked(1998)

Stoners de haut vol.
Dave Chappelle,  tout comme Cheech et Chong,  a commencé sa carrière en tant que stand-up comedian. Le pitch: quatre dudes New-Yorkais sont réunis par une même passion : fumer et fumer un peu plus encore, puis aller pécho. Sans le sou, nos comparses se retrouvent soudainement obligés de réunir 100.000$ pour faire sortir leur ami de prison. Ce dernier s’étant retrouvé derrière les barreaux pour avoir tué un cheval avec un paquet de dragibus (l’accident classique). Pour payer la caution de leur ami,  il leur faudra voler de la weed, beaucoup de weed, pour la revendre. . Vol de beuh thérapeutique dans un hôpital pour la revendre, vol de beuh chez un dealer, vol de beuh dans un commissariat … la trame narrative, si elle ne s’envole pas aussi haut que nos amis foncedés, laisse place à quelques très bons gags et dialogues.  On s’amusera aussi des caméos de Willie Nelson ou  Snoop Dog.

 

The Big Lebowski (1998)

L’art du peignoir.
Les frères Cohen, au sommet de leur comique (un scripte implacable, une réalisation impeccable, des personnages devenus légendaires) avec ce sublime portrait du « Dude ». Un Dude, dont les expressions, comportements et codes vestimentaires sont inspirés d’ un certain Jeff Dowd, connaissance des réalisateurs. (Le vrai dude, toujours en vie, continue de couler des jours heureux à Los Angeles.) Si la ganja n’est pas au centre de l’histoire, le film entier, lui, est une ode à la stonitude californienne. La scène de la fête sur la plage de Malibu comme celle du trip de Jeff Bridges qui s’ensuit méritent une attention particulière. Tout comme celles de John « Jesus » Turturro au bowling.
Au casting ;  Philippe Seymour Hoffman en majordome ultra-coincé et hilarant, Steve Buscemi en troisième sidekick déprimant et dépressif, Julian Moore en héritière arty-féministe et Flea, (le bassiste des Red Hot Chili Peppers) en nihiliste allemand.. Un total régal.
Le tout sur une B.O remarquable où les classiques « The man in me » de Bob Dylan, I just dropped in (to see what condition my condition was in) de Kenny Rogers ou encore les reprises d’  « Hotel California » des Gipsy Kings ou du  « Dead Flowers » des Stones, par Town Van Zandt accompagnent majestueusement (c’est le mot) un des favoris de notre sélection..

 

Hunter S. Thompson : guns, ganja & gonzo-journalisme

//

Il y a 19 ans, le chantre du Gonzo-journalisme Hunter S Thompson nous quittait. Grand adepte d’armes à feu et de drogues, l’écrivain canonisé* était aussi un Ganja-aficionado de premier ordre. Portrait du plus fumé des auteurs américains.

Une plante aux racines bien ancrées

Il est assez logique que Bill Murray, grans amoureux de l’herbe lui aussi,  soit le premier acteur à avoir interprété H.S.Thompson au cinéma. C’était en 1980  dans “Where the Buffalo Roam”, film culte tiré du livre éponyme, et qui s’ouvre sur le procès absurde de trois jeunes condamnés à de la prison pour un joint.

Les deux artistes ont passé des semaines à fumer, à boire et à accomplir les défis les plus absurdes pendant le tournage. Une expérience qui a changé Hunter contribuant à faire de sa légendaire nonchalance sa marque de fabrique.
Et c’est là tout le génie de Thompson : bousculer les préconceptions.
Qui d’autre peut jauger la qualité d’un homme en le faisant tirer au fusil à pompe sur des bidons de Nitroglycérine, comme le raconte Johnny Depp ?

Hunter et le cannabis

Sans l’herbe qu’il fumait de manière quotidienne, il est certain que Hunter n’aurait jamais tenu les cadences infernales qu’il s’imposait. C’est le principe de la gravité : tout ce qui monte doit redescendre. Quoi de mieux pour éponger des litres de Chivas, des cartouches entières de Dunhill et plus de poudreuse que sur les pistes d’Aspen, que l’herbe sacrée qu’il faisait pousser ?
Systématiquement armé, souvent violent et parfois paranoïaque, l’hédoniste était conscient des limites de son mode de vie. Son incroyable productivité (il a publié plus d’une vingtaine d’ouvrages et des centaines d’articles) était bien plus le résultat de son génie que de ses états seconds. 

Une youtubeuse néo-zélandaise a tenté d’imiter sa routine quotidienne pour déterminer si elle allait devenir aussi brillante et s’est retrouvée… complètement cassée. Nous ne conseillons donc pas d’imiter son exemple, mais simplement de l’écouter.
Hunter était aussi fou que sage et il recommandait le Cannabis comme solution à beaucoup de problèmes.

Le calumet de la paix

Comme il le disait lui même : “J’ai toujours aimé la ganja. Elle a été une source de joie et de réconfort pour moi, depuis des années. C’est une des bases de la vie, pour moi, au même titre que la bière et le jus de pamplemousse et des millions d’américains sont du même avis.”
Un de ses meilleurs amis est d’ailleurs le fondateur de l’association NORML, la plus grande ONG pro-cannabis des États-Unis, qui se réunit encore tous les ans dans la fameuse “Owl Farm”, sa résidence devenue un musée.
Lors d’un dîner cannabique organisé sur place par nos confrères de Vice, celui-ci confie qu’il était l’ami le plus intéressant, mais aussi le plus difficile à gérer. Évidemment, c’est autour d’un joint qu’il parvenait le mieux à communiquer.

Un fait qu’il a lui-même confirmé à un journaliste lors d’une interview filmée :

Je pense que ce sera mieux, d’une manière générale, si je fume un joint pour me calmer. L’expérience a montré que mes pétages de câbles n’étaient pas la meilleure manière de donner des interviews. Je pense que je vais simplifier ma vie et la vôtre en prenant le temps de fumer.”
Sa veuve, Anita, raconte que c’était la seule chose qui lui permettait d’équilibrer ses pulsions de violence et de profonde générosité. Un peu comme si Dr. Jekyll et Mr. Hyde avaient besoin d’un calumet de la paix.
Un calumet qui s’est éteint brutalement en février 2005, mais dont la mémoire reste incandescente.

 

*Pour ses funérailles, Hunter avait demandé à ce que l’on place ses cendres dans un canon de 155mm, fourni par son ami Johnny Depp. C’est l’acteur lui-même qui appuiera sur le déclencheur, offrant à l’écrivain la plus retentissante des obsèques.

Les Weeddings: des mariages planants.

////

Las Vegas, la ville du péché,  est dorénavant ouverte aux fumeurs de cannabis, légalisation oblige. Business oblige aussi, elle accueille le plus grand supermarché de la ganja au monde: le Nuwu et ses quelques 1500 mètres carrés de stupéfiants produits.
Sin city est aussi connue pour ses mariages pittoresques aux conséquences souvent désastreuses. Des mariages à la minute qui ont maintenant leur déclinaison cannabique.
Voici un petit guide des Weedding à l’intention des futurs mariés… volontaires ou non.

Si vous souhaitez un mariage éclair vous pouvez vous diriger à la Cannabis Chappel au 700 East Naples Drive, à deux pas de l’Hôtel/Casino Hard Rock Café à Las Vegas.
Cette chapelle laïque est ouverte à tous les fumeurs depuis le 5 juillet 2017, le jour de la légalisation du Cannabis au Nevada.
Pour la modique somme de 104 dollars, vous pourrez vous unir dans un décor vert, accompagné de musique reggae. Pas le choix le plus original d’ambiance musical, mais il est aussi possible de choisir sa propre playlist.
Une photo devant le signe “Welcome to Cannabis” est aussi prévue pour le jeune couple, avec un bouquet fait à base de soie de chanvre.
Afin que le mariage soit accepté légalement un témoin est aussi fourni pour les mariés les plus pressés ou désireux de rester loin des projecteurs.

La mode des mariages éclair est à l’origine de nombreux mariages de célébrités parmi lesquelles Britney Spears ou plus récemment Nicolas Cage, qui a fait annuler son union après 24 jours.
Une histoire tellement fréquente, qu’elle est définitivement inscrite dans la Pop Culture américaine.

On retrouve cette tradition dans The Hangover dans lequel un des personnages se réveille marié à une strip-teaseuse et dans un épisode de Family guy ou c’est, pour le coup, avec une prostituée qu’il se retrouve coincé après une nuit d’excès.
Si vous n’êtes pas convaincu par cette prestation un peu cheap, une version premium est aussi disponible.
Pour 710 dollars vous aurez en plus, un tour en limousine dans la ville avec coupes de champagne et petits fours. Afin que vous puissiez immortaliser ce moment, un shooting d’une heure avec un photographe professionnel est fourni, le filtre “yeux rouges” n’aura jamais eu autant d’utilité.

Mais si vous avez un coup de barre après toute cette fumette ne vous inquiétez pas, une nuit dans la suite 420 est aussi comprise dans une chambre “Weed friendly” décorée de feuilles vertes.
Dernier bonus et pas des moindres une carte médicale valable un an, réservée aux patients nécessitants les bienfaits du Cannabis .
Un package qui est d’autant plus amusant qu’il est THÉORIQUEMENT interdit de fumer dans les chambres d’hôtel à Las Vegas et que toujours THÉORIQUEMENT, les médecins qui prescrivent les cartes sont censés le faire pour des raisons médicales valables.
Dans la ville du vice, c’est bien connu, tout s’achète pour le juste prix.
Attention simplement de ne pas tout perdre dans les casinos, un endroit périlleux quand on est trop High pour jouer low profil.

Alex Rogers : le business comme activisme

Militant dans l’âme depuis plus de 3 décennies, Alex Rogers est l’homme derrière l’International Cannabis Business Conference (ICBC), le plus influent évènement B2B du secteur. Alors que l’Allemagne légalise le cannabis, l’ICBC s’apprête à fêter les 16 et 17 avril prochain son 10ème anniversaire à Berlin, dans une édition qui s’annonce grandiose.

ZEWEED : Comment vous est venu l’idée de fonder l’ICBC ? 

Alex Rogers : Je dirigeais une grande clinique de cannabis médicale dans l’Oregon et me suis rendu compte que cette filière était en plein essor, mais sans réel point de convergence entre les acteurs. Fort de ce constat, j’ai montée en 2014 un colloque professionnel sur le cannabis thérapeutique : l’Oregon Marijuana Business Conference (OMBC). En septembre de la même année, nous avons lancée à Portland la toute première ICBC. A l’époque, tout le monde m’a pris pour un fou : s’il n’existait aucune conférence internationale sur le cannabis, il n’y avait pas non plus de commerce international de cannabis! Mais j’étais convaincu, comme poussé par un esprit supérieur.
L’ICBC de Portland a été un bel événement mais n’a pas été rentable. Ensuite, nous avons organisé l’ICBC de San Francisco et là, ce fut un vrai succès. Pendant longtemps, nous avons été le seul évènement B2B Californien ainsi que le plus important de l’ouest Canadien (à Vancouver NDLR).
Puis je suis parti à la conquête de l’Europe, tout simplement parce que c’est ce que j’ai toujours voulu faire : être la première conférence B2B du cannabis sur le vieux continent et y planter le drapeau ICBC.

ZW : Pensez-vous qu’en organisant ces conférences, vous faites bouger les lignes politiques ? 

AR : C’est une excellente question. En 1993, j’ai rencontré Jack Herer qui a été mon mentor. Jack m’avait embauché, entre autres choses, pour diriger sa campagne Signature en Californie du Nord. A l’époque, j’étais un activiste hardcore. Il y a environ 17 ans, j’ai été incarcéré en Allemagne pour du cannabis. En sortant de prison, je suis revenu en Oregon où j’ai été repris ma casquette de militant pendant quelques années. Ensuite, j’ai lancé ma clinique de cannabis médicale, qui a rencontré un certain succès.

“Tout ce que je fais avec l’ICBC vise à faire évoluer les politiques”

J’ai alors compris que c’est à la tête d’une entreprise dégageant de beaux profits que mon activisme aurait le plus de portée. Et c’est ainsi, en actionnant le levier commercial et financier, que j’ai commencé à faire avancer les politiques sur le cannabis.
Tout ce que je fais avec l’ICBC vise à faire évoluer les politiques. Et je le fais très simplement ; en rassemblant des professionnels. Parce que c’est comme l’œuf et la poule : l’industrie mène la politique et la politique conduit l’industrie. L’ICBC a été un moteur majeur du marché Européen et continu de l’être, en Allemagne particulièrement. Il ne fait aucun doute que nous avons contribué à faire avancer les choses en portant l’industrie du cannabis pour les raisons susmentionnées.

 ZW : Certains estiment que la légalisation en Allemagne est une légalisation en demi-teinte dans la mesure où les consommateurs ne pourront pas acheter de cannabis comme au Canada ou certains Etats américains… 

 AR : Pour moi qui a pu observer la légalisation et ses effets dans les Etats américains dans lesquels j’ai vécu, que ce soit la Californie et l’Oregon ou encore avec le modèle canadien, les dispositions prises en Allemagne en font à mon sens une légalisation idéale. Comme je le dis toujours, le plus important est de décriminaliser le cannabis. C’est ce que fait l’Allemagne, et c’est crucial. Il y a de nombreux exemples de légalisation basés sur un modèle où tout est très contrôlé, industrialisé. Or, on voit que cela ne fonctionne pas. Ce qui fonctionne, c’est lorsque le cannabis est véritablement libéré, sans laisser la possibilité aux grands groupes d’absorber le marché. Les idées forces à mon sens sont de laisser tout un chacun libre de faire pousser son cannabis à domicile, de réduire systématiquement les sanctions pénales et de retirer le cannabis de la liste des stupéfiants. Et là, nous avons un système de légalisation vertueux.

“Ce qui fonctionne, c’est lorsque le cannabis est véritablement libéré, sans laisser la possibilité aux grands groupes d’absorber le marché”

Quand on voit la facilitée avec laquelle on pouvait obtenir une ordonnance pour du cannabis médical en Californie, je me demande encore s’il était nécessaire de légaliser le récréatif en Californie, alors que le système entourant la délivrance de marijuana médicale était déjà très «  laisser faire  » (prononcée en français durant l’interview, NDLR).
D’ailleurs, je suis presque sûr que le cannabis n’a jamais été rayé de la liste des stupéfiants en Californie, et cela mérite réflexion.

ZW : C’est à dire?

AR : Si l’Allemagne avait suivi le modèle Californien, elle aurait maintenu les sanctions pénales appliquées, aurait laissé le cannabis inscrit sur la liste des stupéfiants et imposé une réglementation sur les licences de distribution. Si cela avait été le cas, la production et la distribution auraient rapidement été monopolisées par les grands groupes, parce que c’est ce que la grosse industrie fait, et c’est ce qu’elle fera un jour en Europe.
Le cadre juridique de la légalisation en Allemagne laisse à ce jour aux petits producteurs une chance d’exister et croître. J’entend souvent les gens dire : « c’est une mauvaise légalisation parce qu’il n’y a pas vraiment d’argent à se faire, parce que seuls sont autorisés les social clubs à but non lucratif et les associations de cultivation… ». Or, il existe toutes sortes de façons de gagner de l’argent différemment dans ce secteur. Dans le cas du modèle Allemand, c’est le petit gars du coin, le petit producteur qui prospérera, et c’est une très bonne nouvelle.
Grâce à cette loi et ses dispositions, en Europe, le marché du cannabis restera pendant de nombreuses années à l’abri d’une monopolisation par les géants de l’industrie.

“Dans le cas du modèle Allemand, c’est le petit gars du coin, le petit producteur qui prospérera, et c’est une très bonne nouvelle”

Pour illustrer mon propos, il y a une bonne comparaison à faire avec la bière artisanale:
Depuis quelques années, tout le monde peut acheter sa bière locale issue d’une petite production. J’habite en Slovénie et il y a plus de microbrasseries qu’il n’y en avait il y a un an et  cela doit représenter 20 % du marché Slovène. Mon point : il y aura toujours de la place pour le cannabis artisanal des petits producteurs. Et les grandes entreprises ne pourront jamais produire une excellente weed. C’est comme ça que ça marche. Le connaisseur, le consommateur, le client, le patient… c’est nous qui dirigeons le marché! Aux Etats-Unis, le marché du cannabis s’est consolidé autour de l’industrie lourde parce que les consommateurs n’étaient pas préparés et instruits. Il est donc important que vous soyez intelligent, que vous trouviez une marque, que vous trouviez une niche, que vous trouviez une valeur ajoutée. Ce sont des paramètres cruciaux que les acteurs de la filière doivent intégrer pour réussir et s’assurer une longévité dans l’espace européen et international du cannabis.

ZW : Après le Luxembourg, Malte et l’Allemagne. Quelle est à votre avis le prochain pays à légaliser en Europe? 

AR : Je sais que la République tchèque s’en rapproche, ainsi que la Slovénie. Je ne sais pas si nous sommes sur le point de légaliser le cannabis, mais nous sommes sur le point de procéder à de grands changements dans ce domaine là où je vis, en Slovénie. Il y a aussi l’Espagne qui pourrait évoluer.

ZW : L’Espagne, c’est beaucoup de va-et-viens, une sorte de tango prohibition-légalisation… 

AR : On peut dire ça, oui (rires). La politique là-bas est certes compliquée. Fondamentalement, en Espagne, il est toléré dans une certaine mesure de ne pas appliquer la législation au sens strict , dans un pays où 90% des lois sont vraiment observées.
Je pense que la Croatie a beaucoup de potentiel. Il semble aussi qu’il se passe beaucoup de choses en Grèce. Mais à mon avis, c’est la République tchèque qui sera le premier pays à suivre l’Allemagne. 

ZW : Et la Suisse? 

AR : La Suisse est également intéressante. J’ai vécu en Suisse il y a 25 ans, où c’était de facto légal selon certains critères. Vous saviez qu’il y a 25 ans, on pouvait fumer dans le train en Suisse?

ZW : Vraiment?

AR :  Absolument, notamment en Suisse alémanique. Ce n’est pas une blague. Le contrôleur passait et s’en foutait. Tu avais ton joint, tu lui donnais ton ticket, et c’était cool… c’étais l’âge d’or!
La Suisse est un étrange animal en matière de politique relative au cannabis. Ils ont leurs projets pilotes, mais ils disent qu’ils vont attendre cinq ans pour voir ce que donnent les projets pilotes avant de légaliser. Il y a un coté « Je le fais et je ne le fais pas ». C’est une donne difficile à prévoir en Suisse. Ils ont fait des choses merveilleuses et progressistes tout en étant un pays relativement conservateur. D’ailleurs, en Europe, certains états conservateurs ont fait beaucoup de choses progressistes en matière de cannabis (à l’instar des Pays bas, NDLR) contrairement aux pays dits libéraux (à l’instar de la France et l’Italie NDLR).
J’ai ma théorie là-dessus, et c’est parce que nous revenons à une société agraire. Et donc ces pays conservateurs, à l’instar de la Suisse, voient le cannabis d’un bon oeil « le cannabis, ça pousse vite et simplement, ça sent bon, tu peux utiliser sa fibre, ses graines et t’amuser en fumant ces jolies fleurs”. Pour moi, ç’est déjà dépénalisé en Suisse. En fait, ça l’a toujours été dans une certaine mesure…ils n’en ont tout simplement rien à foutre (rires).

Le lien vers le site de l’ICBC en cliquant ici

 

L’ICBC de Berlin se tiendra les 16 et 17 avril prochains:  tickets disponibles ici

L’ICBC en Slovénie se tiendra le 13 septembre 2024 : tickets disponibles ici 

Des rats dévorent plusieurs kilos de cannabis dans un commissariat de la Nouvelle Orléans

/

Après les rats d’hotel, les rats de commissariat. Des rongeurs à queue rose se sont introduits dans la salle des pièces à conviction du QG de la Police de la Nouvelle Orléans pour y dévorer plusieurs kilos de cannabis saisis, faisant du même coup disparaître les preuves.

Lors d’une séance du conseil municipal consécutif au larcin,  la directrice du service de police de La Nouvelle-Orléans Anne Kirkpatrick a livrée une lunaire mais pourtant véridique explication justifiant de la disparition de plusieurs kilos de cannabis .«Des rats ont mangé tout le cannabis entreposé dans l’enceinte des pièces à conviction. Certains d’entre eux, totalement défoncées et dociles, ont pu être appréhendées sans difficulté par nos agents pour analyse”.
Le quartier général des forces de l’ordre serait  infesté par des rongeurs qui  pénètre par effraction dans la salle des pièce des saisies, attirés par l’odeur du cannabis qui s’y trouve.

Razzia sur la ganja

Si l’histoire fait sourire, elle n’est pas sans conséquences, souligne la cheffe de police. En avalant la weed saisie, les rats ont aussi fait disparaitre les preuves à charge accumulées par les enquêteurs.
Lors de son allocution devant le conseil municipal, Anne Kirkpatrick a plaidé la vétusté en excuse, expliquant tant bien que mal que le bâtiment décrépit du centre-ville dans lequel le service de police est logé n’est plus adapté aux assauts des nuisibles.
Outre les rats, qui laisseraient des excréments partout sur les bureaux, le bâtiment construit en 1968 serait également infesté par des cafards. L’histoire ne dit pas si les blattes s’en sont pris à d’autres stupéfiants saisis.

Les rats n’en sont pas à leur premier coup

En 2022, des rats auraient dévoré plus de 500 kilogrammes de weed saisies et entreposées dans un hangar de la police dans le nord de l’Inde, rapportait CNN .
En 2018, nos confrères du Guardian relayaient une autre rat-razzia sur la ganja perpétrée dans un commissariat de Buenos Aires : saisie, la police des police des police avait mis à pied huit policiers, après avoir mis en doute leur version d’un scénario de rongeurs-stoneurs dévoreurs d’herbe : plus d’une demi-tonne de cannabis confisqué, stocké dans un entrepôt près de la capitale argentine, avaient alors disparu.
Les autorités n’avaient pas cru leur version des faits. Un râteau.

Quand la Motown chantait la ganja

//

Avant Dej Jam et le succès interplanétaire de la maison de disque de Bob Marley Tuff Gong, un label de Détroit se faisait déjà une sulfureuse réputation en produisant des titres louant sans équivoque des charmes de l’herbe. Zeweed vous emmène à la découverte de la Motown et de ses plus belles déclarations d’amour faites au cannabis.

Fondé par le compositeur et producteur Berry Gordy Jr en 1960, le label Motown tient son nom de la contraction entre motor (moteur) et town (ville). C’est un hommage à Détroit, qui a longtemps la grande ville de l’industrie automobile américaine.
Si le nombre de hits et d’artistes lancés par Motown est aussi gigantesque, c’est grâce au flair et à la volonté de son fondateur de rendre la soul accessible à la masse.

La plupart des artistes majeurs du label étaient amateurs de cannabis. C’était le cas de Diana Ross — qui a d’ailleurs initié Michael Jackson —, de Smokey Robinson ou encore de Marvin Gaye — qui a fumé toute sa vie en grande quantité pour calmer ses angoisses.

Le meilleur exemple reste tout de même la diva Esther Phillips. Sa reprise immortelle de “And I Love Him” des Beatles, que vous pouvez retrouver ci-dessous, fut immortalisée alors qu’elle était tellement enfumée qu’elle en avait des difficultés à marcher.

Pourtant, c’est seulement à la fin des années 60 que les premiers morceaux psychédéliques Motown sont sortis, grâce à l’impulsion des Temptations, avec “Cloud Nine”.
Un morceau enregistré en 1968, très clairement dédié à la plante, qui est sorti contre les recommandations de Gordy, suite à un vote des salariés.
Le pari est réussi: ce sera le premier Grammy du groupe et du label.

Après 10 ans de refus, Gordy, qui ne pensait pas le public américain capable d’accepter ce thème en pleine guerre contre les stupéfiants, lâche la bride.
La même année et seulement pour quelques mois, une division Weed est lancée, pour sortir l’album de Chris Clark. Un album orné d’un symbole peace, qui pastiche le rival Stax et du facétieux slogan “Tous vos artistes préférés sont dans la Weed”.

En 1971, Marvin Gaye sort un album qui parle de la guerre du Vietnam, du sexe et surtout de l’addiction.
Le chanvre sert dorénavant de paravent à la firme, ici pour parler des ravages de l’héroïne, sans braquer un auditoire bien pensant. C’est un prétexte pour s’adresser à un public large, tout en gardant sa suavitude légendaire, dans “Flyin’ high”.

Une stratégie qui sera aussi utilisée par Stevie Wonder deux ans plus tard. En dépit d’une variété qui lui a été dédiée, il n’a fumé qu’une seule fois dans la vie.
Son morceau “Too High” est un avertissement contre les stupéfiants sorti, seconde ironie, sur son album le plus psychédélique : “Innervisions”.

Bien entendu, ses avertissements ne visent pas notre plante préférée. L’album est d’ailleurs particulièrement calibré pour les sessions fumettes. Un fait loin d’être accidentel.

Le morceau le plus explicite jamais sorti par Motown est lâché par Rick James, le Superfreak, en 1978. Le transparent “Mary Jane” est un morceau fondateur de la Punk-Funk, qui a retourné les charts. Un must, quand on sait qu’il parle de la plante comme d’une délicieuse séductrice.

Rick James: “I’m stone I’m proud ” attitude.

Le chanteur s’est, de nombreuses fois, déclaré scandalisé qu’on puisse recevoir des peines de prison pour le cannabis et il fumait très régulièrement sur scène.

Ce hit, d’ailleurs, sera une influence majeure pour tout le mouvement Hip-Hop et en particulier pour le jeune Snoop Dogg, qui enregistrera même un morceau avec le maître.

Cinéma, remixs et élégance: La recette du Bonheur de Wax Tailor

/

Michael Caine, John Barry et Wax Tailor sont dans une vidéo. Ici, personne ne tombe à l’eau, bien au contraire. Dans ce court format documentaire, lancé par la chaîne Ciné +, d’éminents artisans du son parlent de leurs morceaux cultes. Ceux qui ont forgé leur esthétique comme un feu sacré, attisant leur passion.

Dans cet épisode, le DJ Normand Wax Tailor (A.K.A. Jean-Christophe Le Saoût) nous explique comment la B.O. du film de Michael Caine “Ipcress, danger immédiat” composée par John Barry a changé sa vie.
Rencontre au sommet du son entre Jazz, Trip-hop et électro.

Grand passionné de Cinéma, Wax Tailor a toujours puisé dans les classiques, qu’il s’agisse de Kubrick, Chaplin ou Minelli.
Il a cultivé un univers sonore très riche, ce qui explique ses collaborations avec Ghostface Killah du Wu Tang Clan (qui sont d’énormes fans de films asiatiques) et Lee Fields, le parrain de la scène retro soul (l’héritier spirituel de James Brown).
Cette ouverture d’esprit lui vient entre autres de l’influence de l’utilisation très organique, par John Barry, de la bande originale pour habiller ce film qu’il décrit comme un “Anti-James Bond” dont il admire la densité du son et les digressions.
Rien d’étonnant, puisque le maestro, qu’il compare au génial Miles Davis, est avant tout un grand amateur de Jazz.
Une musique qui vit par sa spontanéité et qui se prête à toutes les libertés, tant qu’elles sont mélodiques.
Cette partition insolite est sortie en 1965, l’année qui suit celle du mythique Goldfinger. Un pari risqué puisque le réalisateur Sidney J. Furie “filme le banal comme ne l’étant pas” dans ce film d’espionnage novateur, ou comment faire la thèse et l’antithèse à un an d’écart.
Un génie qui a valu au compositeur 5 Oscars, 10 Nominations aux Golden Globes et le titre de Chevalier des Arts en Angleterre.

Le lien entre ces deux musiciens ? Une volonté de toujours innover, de chercher quelque chose de nouveau, pour ne jamais se répéter, qui l’a poussé à ne “presque jamais” utiliser de boucles, au bénéfice de textures, d’ambiances et d’émotions.

Décidément marqué par l’exercice de ce grand-père spirituel, il a, lui aussi, tenté l’exercice de la bande originale et enregistré en 2008 le titre Seize the day pour la bande originale du film Paris par Cédric Klapisch.

Quelque part entre nostalgie et progrès, le DJ est décidément délicieusement anachronique, puisqu’il a lancé le premier vinyle connecté au monde grâce à une puce NFC.
Un format vintage propulsé à l’avant-garde grâce à la créativité d’un DJ ?
C’est aussi ça, la magie de Wax Tailor.
Un homme qui a trouvé le secret de la pierre philosophale pour changer le bruit en Or.

Son nouvel album The Shadow Of Their Suns est disponible dans les bacs et nous vous le recommandons très fortement !

Vous pouvez l’acheter ici

1 2 3 9