Cannabis

THC Delta-10: le Red Bull des cannabinoïdes

//

Les jours du THC sont-ils comptés? Entre le CBD, le CBG, le CBN, le THC Delta-8 et le THC O, les alternatives au bon vieux tétrahydrocannabinol (THC) se font de plus en plus nombreuses, au risque de s’y perdre. Pas d’inquiétudes, ZEWEED vous dit tout sur ces nouveaux cannabinoïdes avec aujourd’hui un zoom sur le THC Delta-10, dernière découverte majeure des molécules isolées de la belle plante.

Si vous n’avez jamais entendu parler du Delta-10 c’est normal. C’est un cousin du Delta-9 (le psychoactif principal du cannabis) qui commence juste à faire parler de lui. Il n’existe presque pas à l’état naturel et a été découvert en 1984 par le Saint père des cannabinoïdes Raphael Mechoulam , dans une version impropre à la consommation humaine. Tel un fossile dans Jurassic Park ce n’est que récemment que les scientifiques Californiens de la société Fusion Farms ont exhumés une version consommable de l’isolat.
La société, spécialisée dans les concentrés, installe tout d’abord une plantation en plein air pour étendre son activité à l’abri des violents feux de forêts de la région.

Plants contaminés

Une bonne idée… Jusqu’au moment où elle réalise que des centaines de litres de mousses retardantes ignifuges sont lâchées par des Canadair dans une région très venteuse. La société se retrouve donc avec des dizaines de plants contaminés et donc inexploitables.
Tant pis, les scientifiques décident tout de même d’étudier la plante après en avoir extrait la biomasse et ils découvrent… Le Delta-10. Après avoir procédé à deux procédures très poussées (le HPLC et le NMR) ils trouvent comment l’identifier mais aussi son nom, qui vient de sa fréquence de résonance magnétique.

Structure moléculaire du THC Delta-10

Pourquoi n’entend-on parler du cannabinoïde que maintenant? C’est tout simplement parce qu’il a fallu trouver un moyen plus sain que les acides de Mechoulam ou les mousses retardantes de Californie pour extraire le produit.
Dorénavant on produit le Delta-10 grâce à une réaction utilisant de la Vitamine C qui est bien plus saine pour l’organisme et dont les rendements sont bien importants.

“The green cocain””

Je vous entends déjà: “il est gentil l’autre mais moi j’ai envie de savoir ce que ça fait”.
Eh bien grâce aux experts et aux youtubeurs nous avons la réponse.
Le patron du laboratoire privé “Private Label Hemp Lab” David Reckles explique que l’effet du Delta-10 est comparable aux propriétés boostantes, hédoniste et euphoriques de la Sativa de la même manière que le Delta-8 se rapproche des propriétés relaxantes/ apaisantes/ de l’indica.
En résumé consommer du Delta-10 c’est profiter du côté psychotrope désinhibant du Cannabis sans partir sur la dimension hallucinogène parfois néfaste du THC (tout en stimulant les mêmes neurorécepteurs). D’aucun parle d’un “cannabinoïde actif “, en référence au CBG surnomé le  “cannabinoïde endormie” et dont les effets sont sédatifs. Ces effets étants toniques et lucides, avec une euphorie stimulante, le “cocaine canabinoïde” comme le surnomment ses aficionados, serait la parfaite weed de l’homme actif. Ciao Colombia!

Testé par des pigeons

La théorie de ce THC qui rend moins con est confirmée par une étude de Mechoulam sur des pigeons dans les années 80, lesquels pigeons étaient notoirement “plus éveillés que la normale” que ceux sous Delta-9 qui étaient stone. Du côté des humains c’est un retour par Seby G, un youtubeur américain, qui nous marque il décrit un état “de clarté mentale […] et de liberté” pour un high très cérébral loin d’être désagréable.

Après avoir parcouru internet en quête de bons plans, Zeweed vous conseille de tester le Delta-10 en e-cigarettes à usage unique ou en cartouches de marques recommandées. Le consensus semble être autour de la marque Delta Effex dont les produits sont d’une qualité constante. La marque propose dans sa collection Euphorica de mixer Delta 8 et Delta 10 pour être capable d’affronter toutes les activités avec un doux goût de terpènes extraits de plants de Sativa.
Alors vous laisserez vous tenter par la très dynamique Hawaiian Haze ou par l’euphorique Maui Wowie pour un voyage garanti sans turbulences.

 

Ben Dronkers: le chanvre et l’oseille.

//

Le premier millionnaire du chanvre fête cette année les 35 ans de sa multinationale Sensi Seeds, une marque aussi connue des amoureux de l’herbe que les feuilles OCB, les engrais Biobizz ou les briquets Bic.
Nous parlons du pionnier et leader des banques de graines aux Pays-Bas: Ben Dronkers.
Portrait d’un entrepreneur à la main verte et au sens des affaires bien mûr.

Mais d’où viennent les graines que les cultivateurs se font envoyer dans le monde entier pour faire pousser leur auto-production de ganja?
D’une plante forcément, mais surtout de banques de semences dédiées à notre fleur préférée. Vous avez forcément déjà fumé de la Jack Herer, voire peut-être de la Northern Lights ou de la White Widow. Et depuis 1985,  8 fois sur 10, ce sont  des entrepôts réfrigérés de Sensi Seeds à Amsterdam qu’elle sont envoyé aux growers.
Alors comment ce passionné de botanique a pu changer le monde du chanvre?
Une graine à la fois tout simplement.

Jardin d’enfance.

Parmi nos portraits de personnalités cultes du monde du Cannabis une constante se détache: Il s’agit  de personnes dont la vie a été changée par la plante, mais que rien ne destinait à une carrière toute entière à son service (à l’insar de Jack Herer: ancien militaire devenu militant,de  Nancy Whiteman: qui est passée de la communication aux fourneaux, ou de Mila Jansen: la femme qui a révolutionné le Hash en passant par la mode).
Dans le cas de Ben, c’est tout l’inverse. Il est presque né avec un sécateur dans la main (ndlr: c’est une expression, pas la peine d’appeler les services sociaux).
Dès son plus jeune âge, il observe sa mère prendre soin des très nombreuses plantes de la maison:  c’est elle qui lui apprendra les bases de sa future profession, lui transmettant avec amour sa verte passion.
C’est grâce à cet enseignement qu’il s’intéresse au développement des plantes, à leurs besoins mais surtout à leur croisements.
Une technique aujourd’hui bien connue parmi les cultivateurs, mais qui est à l’époque révolutionnaire, permettant de garder certaines caractéristiques d’une plante et de les optimiser en les associant avec une autre variété.
Si ce que nous fumons aujourd’hui est bien plus fort et surtout bien meilleur, c’est grâce à ses fameux croisements.

Weed et épinards

C’est une histoire de famille intergénérationnelle puisque c’est avec son fils ainé Alan Dronkers qu’il monte Sensi Seeds en 1985.
A l’époque cela fait déjà quelques années qu’il fait pousser le premier Cannabis Néerlandais de l’histoire contemporaine dans des serres bricolées avec des graines ramenées de ses voyages au Pakistan.A l’époque les gens fument du mauvais hasch issu de plants marocains et largement coupé, alors que  tous les Coffee Shop lui refusent sa ganja fraîche pourtant bien plus puissante.
Il finit, dépité,  par laisser “en dépôt” deux gros sacs papiers remplis d’herbe, précisant qu’il ne sera payé que si tout se vend.
Les propriétaires dubitatifs accepterons de prendre à l’essai ce qu’ils surnomment des “épinards”. C’est grâce aux touristes américains que l’engouement se créera autour de ses récoltes… et qu’il commence à se faire arrêter par la Police.
Heureusement il est aux Pays-Bas et à l’époque même en étant arrêté avec 10 kg d’herbe sur lui il n’écope en général que de quelques jours de prison.
En effet, si le cannabis est dépénalisé et sa vente contrôlée dans le cadre de l’Opium Act, il n’est en 1984 légalement interdit d’en faire pousser à des fins commerciales.

Graine de millionnaire

Après de nombreuses arrestations c’est en étudiant cette loi qu’il découvre une faille qui sera à la base de son empire: la loi anti-culture n’interdit pas, par omission, le commerce de graines.
Après avoir consulté son avocat, il monte donc sa boîte et multiplie les voyages pour récupérer un maximum de variétés.
C’est lors de cette période qu’il en apprend un maximum sur cette plante aux milles vertues et surtout sur son histoire méconnue.
Nous sommes avant l’avènement d’internet, tout est encore à découvrir. C’est grâce à des spécialistes devenus des amis comme Jack Herer et Ed Rosenthal qu’il perfectionne son savoir.
Afin de sensibiliser le public européen à la très longue histoire du Chanvre en Europe, il monte avec ce dernier le premier musée consacré au Cannabis en 1985.
Si vous y allez aujourd’hui vous aurez la chance de visiter par la même occasion la toute première boutique Sensi Seeds qui a été rénovée avec ses boiseries et ses dorures d’époques typiquement flamandes.
Un second musée à été ouvert en Espagne en 2012 en présence d’Ed Rosenthal bien entendu mais aussi de Sir Richard Branson, le fondateur de Virgin.

1993: le chanvrement.

Ce mélange d’activisme et de sens des affaires explique pourquoi en 1993 il lance Hempflax, une entreprise spécialisée dans la culture du chanvre qui devient légal aux Pays Bas en 1994 grâce à l’exemple de l’Angleterre et à son influence.
Le but est bien entendu de récupérer des graines mais aussi de faire commerce de fibres, d’ huiles et plus tard toute une armada de produits aux CBD.
Le chanvre de Ben est depuis peu utilisé dans le cadre en isolant naturel depuis le rachat de la marque allemande Thermo-Natur.
Une version bien plus consumériste du rêve du Jack Herer (qui voyait le chanvre sauver le monde) qui a en tout cas sauvé l’économie des Pays Bas et participé à une revitalisation agricole européenne en ramenant la plante dans le milieu industriel.
L’entreprise a récemment  investi 5 millions d’euros en Roumanie et possède plus de 500 hectares de cultures en Allemagne.
La prochaine étape?
Les biocarburants, afin de recycler les chutes de chanvre en éthanol et en Diesel.Le futur sera-t-il complètement vert?
Sans doutes: après que le Canada se soit ouvert, c’est au tour de l Europe de légaliser le CBD, les jours de la prohibition sont comptés…
Terminons sur une formule chère à un Ben Dronkers pro-legalisation:  “Soyez informés et autonomes!”

En bref, continuez à lire Zeweed!

Chocolat et cannabis: le divin duo

En ce dimanche de Pacques, il est une splendeur sucrée que l’on ne saurait bouder : le chocolat. Un plaisir qui a le bon goût se marier impeccablement avec une autre merveille de la nature : le cannabis.

Tels Laurel et Hardy, Thelma et Louise ou Chandler et Joey, le chocolat et le cannabis sont étonnements complémentaires. Un duo de choc qui fonctionne déjà à un niveau simplement gustatif comme le prouve le légendaire Space Brownie.
Si votre plante préférée à la fâcheuse manie d’avoir un goût amer quand elle est cuisinée (que ce soit en beurre de Marrakech ou sous forme de teinture), le chocolat qui contient lui aussi une certaine amertume permet de “gommer” l’amertume tout en sublimant ses caractéristiques herbeuses.

L’anandamide, molécule du bonheur sucré

Mais ce n’est pas tout puisqu’on retrouve une complémentarité à un niveau moléculaire.
Une étude publiée en 1996 par le NCBI (le centre national pour la biotechnologie américain) révèle que le chocolat contient des cannabinoïdes présents dans le cerveau humain, les neurorécepteurs responsables des effets du cannabis sur notre corps.

Avec près de 113 cannabinoïdes présents dans le chanvre (dont les plus connus sont le THC et le CBD), notre corps fait appel à un kit pour décomposer tous les effets actifs de la plante appelés système endocannabinoïde, ce qui implique qu’ils sont produits par le corps humain.
Parmi ses endocannabinoïde on retrouve l’anandamide, un acide gras organique qu’on qualifie de Lipide et qui est surnommé “la molécule du bonheur” pour ses effets euphoriques.

Chocolat et Ganja: des alcaloïdes communs.

Le chocolat peut donc booster les effets du Cannabis parce que le THC et l’anandamide ont des structures chimiques très similaires qui agissent sur les mêmes neurotransmetteurs du système endocannabinoïdien.
En version sous-titrée :  manger du chocolat en fumant de l’herbe vous permet de vous sentir encore mieux que si vous aviez séparé les deux activités,   les deux possédant des propriétés anxiolytiques et anti-dépresseurs. Coté cuisine c’est aussi idéal puisque le THC est soluble dans les graisses et que le chocolat en contient naturellement.

Mariage coquin et de bon goût.

On vous conseille d’autant plus fortement d’envisager des recettes gourmandes si vous avez la chance d’être enfermé(e) avec votre partenaire puisque le chocolat et le cannabis sont des aphrodisiaques puissants, mais surtout complémentaires.
Faire l’amour produit naturellement de l’ocytocine “l’hormone du plaisir” qui est responsable de la libération de… l’anandamide par le cerveau.
Cannabis, Cul et Chocolat… What else ?

Nick & Nate Diaz: cannabis et MMA

/

Nous vous en parlions,weed et sport font bon ménage. Qu’il s’agisse de Bruce Lee ou de tournois de Jiu-Jitsus sous cannabis, les exemples invalidant le vieux cliché du fumeur scotché sur canapé sont légion. Dans cette grande famille des fighter-stoner, les frères Diaz. Portrait d’un duo de choc.

Cela fait près de 13 ans que les frères Diaz font parler d’eux en affichant publiquement leur passion pour le cannabis. Leur attitude aussi courageuse qu’insolente leur a valu à tous les deux beaucoup de publicités et de problèmes. Ils ont reçus de nombreuses amendes et autres pénalités pour leur engagement, mais aussi un classement dans le Top 3 des plus plus grands sportifs amateurs de Cannabis dans une liste établie par Rolling Stone magazine en 2017.

En 2009 Nick -l’aîné avec 39 ans au compteur- évoque déjà les paradoxes inhérents à sa profession de combattant dans l’UFC dans une interview pour le Los Angeles Times.
Une fédération qui est surement la plus impressionnante et la plus dangereuse au monde puisqu’elle accepte certains des artistes martiaux les plus expérimentés au monde, quel que soit leur style de combat. Le risque n’est donc pas seulement de recevoir un coup mal placé, mais de se retrouver avec une fracture, des déplacements articulaires et j’en passe.
Il démontre dans cette interview que des contrôles et des sanctions plus sévères lui sont tombés dessus qu’à des confrères pris pour Stéroïdes. Il a servi d’exemple en dépit de conséquences bien plus graves des anabolisants pour l’organisme.

Après avoir déclaré en interview: “ Les tests ne sont pas un problème: Je fume de manière presque quotidienne, mais je peux passer les tests antidrogues en 8 jours simplement en me gavant de détoxifiant à base de plante. Vu ce que je transpire par jour c’est évacué rapidement”, Nick paye le prix de son hubris.

En 2015, alors qu’il était sous haute surveillance, il est détecté comme positif et se retrouve suspendu pour 9 mois. Se faisant, il a totalement sacrifié sa carrière sur l’autel du Cannabis… et cela lui réussit puisqu’il a depuis monté une marque de supplément nutritionnel et de produits au CBD avec son frère Nate.

Celui-ci, qui est âgé de 36 ans, s’y connaît aussi très bien sur le sujet puisqu’il s’est lui-même surnommé “Le plus grand stoner de l’histoire du sport – hormis Michael Phelps”. Après ce qui a été qualifié par les journalistes sportifs comme le “combat de l’année” il s’est retrouvé dans de sacrés ennuis après une vidéo de lui en train de vaper en conférence de presse.

Si vous souhaitez voir la vidéo à l’origine du scandale, elle est ici:

 

Cette vidéo lui valut à lui aussi une suspension. Une pause qui ne prendra finalement pas fin, l’eldorado vert étant visiblement plus aguicheur que des combats dans l’octogone. Avec presque 15 ans de combats chacun et une cinquantaine de victoires à eux deux ils bénéficient décidément d’une retraite bien méritée. Un proche à eux témoigne et raconte qu’ils n’envisagent pas pour le moment de renfiler les gants à titre professionnel: “Leur marque est devenue énorme, ils profitent de leur notoriété”.

Les deux frères jouissent grâce à leur engagement d’une crédibilité importante dans la communauté des amateurs de Cannabis. Cela a aidé à faire de leur marque GameUp un vrai succès et leur a offert pas mal d’opportunités.

En 2017 ils se sont par exemple vu offrir un joint à 2000 dollars ayant la forme d’un gant standard de l’UFC:

Leur partenariat est très bien rodé, Nate s’occupe des affaires et d’établir les partenariats pendant que Nick s’occupe de la promotion. On a ainsi pu le retrouver en train de fumer avec Snoop Dogg pour faire la promotion de leurs produits. L’histoire ne dit pas lequel des deux a fini au tapis.

Mike

Une chanson pour la légalisation du cannabis

/

Puits de science cannabique, auteur d’ouvrages de référence*, Alexis Chanebau est un musicien aux multiples collaborations (Bernard Lavilliers, les Rita Mitsouko, Niagara…). Deux talents qu’il conjugue pour chanter la légalisation du cannabis, dans un clip aussi stupéfiant qu’instructif. Bonne écoute!

 

ZEWEED :Pourquoi une chanson pour la légalisation du cannabis?
Alexis Chanebau : Parce que sa prohibition est un non-sens culturel et écologique
En Europe, jusqu’en 1850, le chanvre représentait 90% des voiles et cordages de tous les navires. Il était responsable de 80% de la production de papier et de vêtements non créés à partir de fibres animales. La loi « Marijuana Tax » fut principalement organisée en 1937 par les lobbys U.S. de la pétrochimie (dont Dupont De Nemours). Le but de cette loi était pour Dupont de Nemours d’imposer des fibres issues du pétrole (nylon, polymères, etc.). Cette loi marque le début d’une ère de profit au mépris de la nature.

C’est sans compter que la culture du chanvre ne nécessite pas de pesticides ou insecticides et consomme deux fois moins d’eau que celle du coton. Qui plus est, le chanvre absorbe le CO2 mieux que n’importe quelle plante cultivée en cycle court. Cerise sur le gâteau : le chanvre assainit les sols de la plupart de produits chimiques nocifs en à peine une décennie. Quant à son entretient quotidien… il est proche de zéro contrairement au lin.
Le cannabis sativa, cultivé sans contrôle de THC, il y a encore 80 ans suscite l’espoir d’un avenir plus serein pour notre planète. Alors que le réchauffement climatique impacte toutes les zones, c’est un immense espoir!

*Le chanvre : du rêve aux mille utilités est disponible sur Amazon ici

Mémoires du chanvre français: Département par département, du Néolithique à la Prohibition est disponible via ce lien

On a perdu Bob Marley mais on a retrouvé son herbe.

/

Alors que le biopic sur Bob Marley One Love, fait un carton en France, un chercheur en botanique s’est mis en tête en 2014 de ressusciter, à défaut de Marley, l’herbe que consommait en abondance le King of Reggae . Après cinq années d’intensives recherches en laboratoire, le docteur Emanuel Machel a recrée la Ganja Suprême, dont les vertus créatrices étaient chantées par Bob, Lee Scratch Perry et Peter Tosh .

C’est avec de la bonne Ganja qu’on fait du bon Reggae” affirmait le regretté Bunny Wailer. Et avec de vieilles variétés qu’on produit la meilleure weed ? C’est en tous cas ce dont semble être persuadé le Dr. Emanuel Machel, de la West Indies Univesity (WIU) de Kingston. En 2014, ce Dominicain de souche, lui-même grand amateur d’herbe, s’est mis en tête de reproduire la “Supreme Ganja” ou « Lambsbread ». La variété disparue qui aurait été l’instrument indispensable à la composition de tous les albums des Wailers, aimait à raconter Bob Marley.

Docteur en botanique et dread locks

« Aujourd’hui, la Lambsbread est une variété qui a littéralement disparu de l’île », explique Emanuel Machel, 35 ans, dreadlocks dans le dos, doctorat « horticulture spécialisée adaptation des plantes au climat » en poche. Dans un jardin à ciel ouvert alloué par la WIU au sein du département de biologie, le rastafari en blouse blanche a gagné son pari : donner une seconde vie à la zeb’de Bob. Une 100%  sativa qu’il a pu faire renaître de ses cendres en remontant sa généalogie, de graines en graines, de récoltes en récoltes. Un travail de fourmi autant que d’explorateur : en quatre décennies, les descendants de la « Lambsbread » s’étaient répandus aux quatre coins des Caraïbes.

Les recherches du weed-doctor l’auront conduit en Guadeloupe, à Trinidad ou en Dominique, à la recherche de Rastas-cultivateurs, qui, reclus à l’abri de toute civilisation, continuaient à faire pousser des variétés proches de la « Lambsbread ». Machel se souvient d’une de ces expéditions « On m’avait parlé d’un rastafari, un homme qui vivait seul depuis 35  ans et qui n’avait pas vraiment été en contact avec la civilisation au cours de ces dernières années. Or, la Lambsbear a disparu il y a 35-40 ans. C’était très prometteur. Il m’a fallu six heures de marche pour rejoindre sa baraque et ses champs. Il cultivait, mais ne vendait pas. Ou très peu. Il faisait surtout du troc. Et qu’avec d’autres Rastas. En arrivant, j’ai fumé ce qu’il faisait pousser. Au lieu de repartir directement, je suis resté trois jours dans des conditions très spartiates… mais j’ai tant appris et passé des moments inoubliables avec cet improbable ermite “.

Emanuel est évidemment reparti avec de précieuses graines. « Ce n’était pas de la « ganja suprême », mais ça a fait avancer mes recherches.  Sur un niveau personnel en revanche…  J’ai passé trois jours hors du temps, hors de moi. C’est assez indescriptible. J’en suis redescendu changer.  Pour faire court : ça vaut les six heures de marche. Le double, le triple même »
Aux murs de son labo de savant fou, des photos de l’empereur éthiopien Haïlé Sélassié, considéré comme un messie par les rastas. Une religion dont Machel se réclame

Ganja suprême

« Jusqu’aux années 1970,  les variétés de cannabis qui poussaient dans l’île était quasi exclusivement de type Landrace  » explique le chercheur en herbe.
Les Landrace jamaïcaines comme la Thyme ou la Goshen (et par défaut la Lambsbread) sont caractérisées par un arôme terreux borderline moisi et un effet cérébral tonique qui fit la renommé des fleurs jamaïcaines. Le genre de weed qui vous donne envie de parler, de rire, de danser…ou de faire de la musique. Par exemple: Sur le plan chimique, la proportion est  proche du « 2 :1 ». C’est-à-dire deux unités de THC pour une de CBD. En l’occurrence, le THC se situant entre 8 et 11% et le CBD entre 5 et 6%. Pour cette « Ganja Suprême/Lambsbread ». Des plants qui pouvaient atteindre 3,50 mètres de haut pour un cycle de vie de graine à fleurs mature qui était de 24 semaines. Soit 6 mois, soit… beaucoup de patience au regard d’autres variétés.

Si les effets sont remarquables (grâce à des alcaloïdes parfaitement répartis et solidement figés par une longue exposition à la lumière naturelle) la Ganja Suprême est peu rentable car à croissance très lente.
Qui plus est, est très facilement repérable par les autorités à cause de sa grande taille.

A la recherche des phénotypes perdus

« Dans les années 1980, pendant la guerre américaine contre les drogues, les Landrace ont disparu. Que ce soit en avion, hélicoptère et même au sol, il était très difficile de les cacher. Trop larges, trop hautes. Alors, au fil du temps, des hybrides Indica/Sativa, plus courtes et plus petites, ont remplacé les Landrace. » appuie le Dr cannabis. « Ces variétés importées produisent également une teneur plus élevée en THC mais présentent des inconvénients. Elles sont par exemple plus sensibles aux parasites et aux moisissures. Si vous exposez une Landrace et une hybride génétiquement modifiée aux mêmes conditions sur la même durée, la variété indigène primera en restant inchangée. »

Des recherches qui ne seraient pas uniquement dues à son amour de l’horticulture. Dans la lancée, l’homme de science a également mis au point un plan de marketing complet pour vendre les fleurs du fruit de son travail. Des plaquettes prototype pour le lancement d’une semence  LandRace Jamaïque * sont en préparation. L’argumentaire évoque une herbe “pure” et « ancienne », utilisée par Bob Marley – un argument séduisant pour les amateurs de cannabis et musiciens épris de good vibes. “On pourrait aussi avoir un produit unique basé sur une indication géographique, comme pour le Champagne en France. Ce serait un bon argument pour vendre le cannabis jamaïcain“, envisage aussi le rasta en blouse blanche.
Babylone n’est jamais loin.

*A ne pas confondre avec « Bob Marley Seeds », entreprise corporate de vente de graines de cannabis, fondée il y a cinq ans par le trust de la famille Marley.

St Valentin: notre guide sexe et weed

///

Une partie de jambes en l’air à la ganja, c’est un peu comme un plan à trois: si on s’y prend bien, ça vaut sérieusement le coup. Petit guide personnel du bien-être sexuel et cannabique.

Timide, timoré, coquin, complexé, frivole ou fleur bleue, nous partageons tous une même envie: celle de bien s’éclater (à deux) entre les draps.
Las ! rallier le 7ème ciel en planant n’est pas toujours aussi facile qu’il n’y paraît: à double plaisir, double challenge…
De la parano inhibante à la débandade fatiguée, nombreux sont les obstacles qu’il conviendra de surmonter tel un bel étalon, avant de pouvoir se reposer heureux et satisfaits (à deux) sur l’oreiller.
Avertissement: je ne suis ni sexologue ni médecin. Juste un dude qui aime la weed autant que le sexe, et qui a appris à profiter des deux à la force du poignet.

Connaissez votre corps

La ganja est une plante magique et mystérieuse dont les effets varient d’une personne à l’autre. Au fur et à mesure de mes expériences, que se soit en fumant, en vapant ou des avalant un space-cake, j’ai appris que la règle d’or pour prendre son pied sans perdre les pédales est de bien connaître son corps (puis celui de votre partenaire). Pour certains, la weed aide à soulager stress et anxiété. Je suis tout le contraire; si je suis particulièrement tendu ou nerveux, la défonce ne fera qu’amplifier ces sentiments. Si je suis dans un bon état d’esprit, l’herbe aura sur moi un effet positif : je suis de bonne humeur calme, j’ai confiance en  moi. Par conséquent, je sais que si je fume alors que je suis mal, ça ne fera qu’amplifier mon état et ma misère. Inversement, je sais aussi que quand je suis bien , la weed me mettra en en phase avec moi-même et mon partenaire, intensifiera mes sensations, mon orgasme : le vrai grand pied, quoi. Si vous voulez consommer sans devenir un coup fumeux, il est essentiel de comprendre comment la weed affectera votre corps.

Connaissez votre partenaire

Il faut 2 personnes (ou plus) pour avoir des relations sexuelles. Et s’il est crucial de connaître son corps, il est tout aussi important de connaître celui de votre voisin le plus proche du moment. Pour certains, l’herbe est un excellent désinhibiteur, une aide à la baisse de garde. Pour d’autres, cela pourrait augmenter ces inhibitions lorsqu’ils sont avec quelqu’un de nouveau et intensifier la façon dont ils se connectent avec quelqu’un qu’ils connaissent. La communication est vraiment la clé ici (comme à chaque fois que vous vous lancerez dans un calin, herbe ou pas).

Connaissez votre weed

Les variétés de ganja sont aussi nombreuses que leurs effets. Et si vous vivez dans une région où elle est toujours illégale, vous n’aurez pas trop le monopole du choix. Par conséquent, chaque fois que vous prévoyez de planer et d’avoir une partie de jambes en l’air, assurez-vous de savoir quel genre d’herbe vous vous apprêtez à consommer avant de vous « mettre au lit ». Littéralement.
En général, j’aime les variétés de cannabis équilibrées qui ne sont ni trop cérébrales ni trop physiques; les hybrides type Girl Scout Cookies ou Gelato. Un high cérébral super intense genre pure sativa peut rendre parano et coincé, tandis qu’une weed type indica aux effets très corporelles sera plus susceptible d’endormir que d’endurcir.
Si vous avez la chance de vivre dans une région où le cannabis est vendu légalement, demandez conseil à votre budtender. Lui demander ce qu’il utiliserait dans votre cas, un bon moyen pour trouver une variété qui produit les effets recherchés. Si l’herbe est toujours illégale là où vous vivez, essayez toujours une nouvelle souche seule avant d’essayer de la coupler avec le sexe.

Connaissez votre dose (et respectez-là)

Je suis, et malgré des années de pratique, un mec des plus économique qui soit en matière de ganja : deux tafes me sont suffisantes pour me sentir détendu (pas trop), concentré et… chaud.

Il n’y a pas que la fumette

La façon dont nous utilisons et apprécions le cannabis a radicalement changé en quelques années, et le fumer est loin d’être la seule option possible. «Votre cannabis n’a pas non plus besoin d’ être ultra- psychoactif», explique Ashley Manta, éducatrice sexuelle et «cannasexuelle», dans une interview accordée à VICE. “Le THC est un vasodilatateur, ce qui signifie qu’il apporte plus de flux sanguin dans la région”, poursuit-elle. Les lubrifiants au THC sont un super coup de pouce pour les hommes et les femmes, un excellent stimulant, un truc magique pour augmenter la sensation physique et la lubrification naturelle. Deux parts de space-cake ou un funky-cookie partagé sont un bon moyen de profiter des vertus de la belle plante sous la couette. Si la montée met plus de temps et est plus lente, le plaisir lui n’en est que plus long et multiplié. Assurément mes meilleurs moments.
Bonne nuit blanche!

Petit guide des différents hash et leurs concentrés.

/

En Amérique du Nord, le haschich a longtemps été considéré comme un produit pour fins gourmets du THC. En Europe, la donne est un peu différente puisque le haschich, principalement marocain ou afghan, était la principale matière cannabique vendue sur le vieux continent jusqu’en 1990. Depuis une dizaine d’années des méthodes d’extraction comme le Bubble Hash, Shatter, Wax ou Crumble ont fait leur apparition sur le marché, aux grands bonheurs des kiffeurs de taga comme des curieux qui aimeraient une alternative à la weed. Notre guide Steven nous en dit un peu plus sur ces nouveaux concentrés.

Tout d’abord et afin de mieux appréhender le hasch et ses nouveaux dérivés, il nous faut comprendre le fonctionnement d’un plant de cannabis, ou plutôt d’un plan de cannabis femelle.

Weed, Trichomes, Ganja, Cannabis, Pot
Le hasch est fabriqué en utilisant uniquement les trichomes des bourgeons et des garnitures de cannabis.

Car ce sont les plants de cannabis femelle qui produisent les fleurs qui, si elles ne sont pas pollinisées par des plants mâles, secrèteront la précieuse résine aux stupéfiants effets. Cette résine est composée de trichomes; de minuscules structures qui ressemblent à des cristaux à l’œil nu et à de minuscules champignons de verre au microscope.

Ces sont les trichomes en question qui nous offrent , les alcaloïdes (cannabinoïdes), les terpènes et les flavonoïdes qui donnent au cannabis ses effets, arômes et saveurs uniques. Le haschich est fabriqué en séparant ses trichomes des bourgeons de cannabis et de la garniture en les concentrant en un puissant extrait.

Le hasch « fait main »

En Inde et au Népal, les habitants font du hasch en frottant des bourgeons de cannabis vivants entre leurs mains.

Archivo:Balls and sticks of Charas.jpg
Hasch en résine live roulé à la main – Charas indiens et boules de temple népalaises

Le sous-continent indien, produit majoritairement du cannabis Indica et le prépare avec l’une des plus anciennes formes de fabrication de haschisch. En Inde et au Népal, le hasch (ou Charas, comme l’appellent les locaux ) est fabriqué en frottant des bourgeons de cannabis frais entre les mains pendant des heures. Avec la friction, les trichomes de la plante forment une résine épaisse et sombre qui est raclée en boules ou en bâtonnets et qui présente une texture crémeuse qui n’est pas sans rappelée celles des truffes au chocolat.

Le Dry Hift Hash – Noir afghan, rouge libanais, pakistanais, brique turque et pollen marocain

Le Haschich par « tamisage sec » est obtenu en tamisant doucement les têtes de cannabis séchées et en les coupant à travers des tamis à mailles fines. Cette friction douce aide à séparer les trichomes en une fine poudre appelée kief. Ce kief est ensuite pressé en blocs selon différentes techniques et la zone de production.

Le hachage par tamisage sec est fait en appuyant et en chauffant le kief.

En Afghanistan, par exemple, le hasch (connu localement sous le nom de Chars) est fabriqué en mélangeant du kief avec de petites quantités de thé pour former une sorte de pâte qui est pétrie à feu doux jusqu’à ce qu’elle prenne une couleur noire profonde et une consistance épaisse et lisse semblable au caramel mou.

Le hasch marocain, d’autre part, est fabriqué en appuyant plusieurs fois sur le kief en utilisant uniquement la pression et la chaleur. Le hasch pakistanais, lui, est fabriqué à l’aide d’une technique similaire. Pour le folklore, certains habitants du Pakistan affinent dans une peau de mouton ou de chèvre séchée pour rehausser sa saveur; une méthode aussi cash que peut végane.

La Colophane

Faire de la colophane est simple, il s’agit de presser les têtes de cannabis séchées avec beaucoup de pression et de chaleur. Le résultat est un extrait clair, doré, exempt de contaminant; riche en saveur et en puissance.

La colophane a une consistance très similaire à la sève des arbres.

Le Bubble Hasch

Le Bubble Hash (parfois appelé hasch Ice-O-Lator) est très différent des types haschich « classiques »

 

File:American medical hashish(4).jpg
Le Bubble Hasch est apprécié pour sa saveur, sa puissance et sa pureté.

Il est fabriqué en mélangeant des bourgeons de cannabis congelés avec de l’eau et de la glace. On  agite ensuite ce mélange pour aider à séparer les trichomes du matériel végétal tout en faisant couler l’eau à travers des tamis à mailles de différentes tailles. Le résultat est un hachage friable avec une consistance similaire au miel cristallisé.

Le Bubble Hash est généralement aussi aromatique que savoureux, des qualités que l’on doit à sa méthode d’extraction à basse température. Une méthode qui aide à préserver certains terpènes et flavonoïdes fragiles qui disparaissent si traités à chaud.

BHO : Shatter, Wax, Crumble et Budder, ou la révolution de l’extraction au butane, propane et CO2.

Le hasch ne sera jamais plus le même depuis la découverte de l’extraction via des solvants comme le butane, le propane et le CO2.

420, 710, bho
Shatter, Wax, Crumbs et Budder sont tous des noms d’extraits de solvants à base de butane, de propane ou de CO2 , aussi connu sous le nom de BHO

Aujourd’hui, ces types d’extraits, souvent vendus sous des noms tels que Shatter, Wax et Budder, font un carton au Canada et aux US, au point d’égaler les ventes de weed dans certains dispensaires : une tendance particulièrement nette en Californie.

Le haschich extrait au butane, du propane ou du CO2 n’est pas un truc à faire à la maison. Mais vraiment pas. Les accidents sont légion (les cas de brulures sévères se comptent par centaines à Los Angeles), car les produits chimiques utilisés dans le processus d’extraction sont aussi inflammables, toxiques que volatils. En bref, pas une bonne façon de s’envoyer en l’air.

Cependant, ces nouvelles méthodes d’extraction (nous vous recommandons d’aller acheter votre Shatter chez des professionnels) sont capables de produire certains des haschs les plus puissants du globe. Plusieurs parties des BHO vendues dans les dispensaires américains, par exemple, contiennent plus de 70% de THC.

 (Traduction Zeweed)

Ecologie et cannabis: à quand l’herbe verte?

En chambre, en serre ou en champs, la culture de cannabis est rarement compatible avec des objectifs de développement durable. Heureusement, des solutions existent pour réconcilier la belle herbe avec la nature.

Ce n’est pas parce que la culture du cannabis se légalise petit à petit qu’il faut faire n’importe quoi.
Or, force est de constater que de nombreuses plantations, indoor ou outdoor sont de véritables insultes à l’environnement et au climat réunis.
Sous serre, en terre ou au fond d’un placard, les cultures intérieures sont d’abord énergivores. L’usage démesuré de lampes à incandescence à forte puissance engloutit des volumes astronomiques d’électrons : de 4 000 à 6 000 kWh par kilo d’herbe produite. A cela, s’ajoutent les ventilateurs, systèmes d’extraction d’air, pompes, automates, etc.

Du CO2 par millions de tonnes

Selon certaines estimations, la demande des plantations US de cannabis flirte avec le 1% de la production américaine d’électricité : autant que le réseau informatique mondial du Bitcoin. Rapporté à l’intensité carbone du secteur électrique américain, cela représente une trentaine de millions de tonnes de CO2 par an expédié dans l’atmosphère. Pas négligeable. Amatrice de chaleur, Marie Jeanne est aussi une grande buveuse devant l’éternel. Dans certaines plantations californiennes, il faut compter 1 800 litres d’eau pour passer de la graine au plant prêt à être récolté.

Plastique partout, recyclage nulle part

Bien évidemment, tous les cultivateurs n’ont pas encore découvert les joies de l’agriculture biologique. Or, la culture industrielle de weed peut se révéler gourmandes en pesticides. Plus ou moins toxiques, ces petites molécules se retrouvent dans la fumée inhalée par les consommateurs et dans les eaux d’écoulement des cultures. De quoi se fâcher tout vert avec les protecteurs de la biodiversité. Et avec les usagers. Ce n’est pas tout.

11e plaie d’Egypte

Pour éviter tout relâchement d’odeurs et toute utilisation malencontreuse par les enfants, les autorités nord-Américaines obligent les producteurs de weed à empaqueter leurs produits dans des emballages à usage unique, opaques et résistants au déchirement. Réalisés avec plusieurs couches de matériaux, ces emballages sont impossibles à recycler et ne se dégradent qu’en plusieurs siècles.

Circuit fermé ou hydroponie

Telle quelle, la production d’herbe apparaît comme la 11e plaie d’Egypte. Ce n’est pas une fatalité. Certains industriels ont conçu des serres équipées de systèmes de filtration d’air et de circuit fermé d’eau. L’eau en surplus est collectée, filtrée et stockée, en attendant d’être à nouveau pulvérisée sur les plants. On peut aussi opter pour des techniques hydroponiques, sans terre, et dont la consommation en eau est de 90% inférieure à celles des techniques culturales traditionnelles.

Halte aux lampes à décharge

Difficile de se passer de lumière et de chaleur. Mais l’ont peut remplacer les très efficaces lampes à vapeur de sodium haute pression par des diodes électroniques (Led), dont les performances énergétiques (et agronomiques) ne cessent de croitre. Avec de sérieuses économies d’électricité à la clé. Reste à régler la gestion des déchets électroniques inhérents à l’utilisation des Led.

L’avenir est au large

Quid de l’emballage ? Sujet difficile, tant il est tributaire des législations nationales, voire locales. Certaines entreprises, telle la Californienne Ocean Cannabis fait réaliser ses emballages en plastiques récupérés dans l’océan et recyclé. Les emballages proposés par Sana Packaging sont réalisés en chanvre ou en plastique recyclé. En France, Terracycle produit, elle aussi, des plastiques avec des déchets collectés sur les plages.

Quels sont les effets du CBD et du THC sur la conduite?

//

Peut-on consommer du CBD si on prend le volant? Combien de temps le THC reste-t-il actif et à quel point altère-t-il  la conduite ? A Sydney, les chercheurs de l’Initiative Lambert se sont penchés sur ces questions pour nous fournir des réponses précises.

Pour la première fois, des chercheurs ont étudiés les effets du cannabis sur notre capacité à conduire. L’étude, dirigée par l’Initiative Lambert* à l’Université de Sydney a été conjointement menée à l’Université de Maastricht, aux Pays-Bas.

Le CBD : sans danger sur la conduite

Les résultats ont été publiés en décembre dernier dans le très sérieux American Medical Association Journal.
Nous y apprenons entre autres que le cannabidiol (CBD), n’affecte nullement la conduite, mais que des quantités modérées de THC produisent en revanche des troubles légers, qui peuvent durer jusqu’à quatre heures, mais bien loin des troubles inhérents à la consommation d’alcool ou de tranquillisants précise le rapport. L’étude confirme la nécessité d’être vigilants lorsque l’on consomme du THC. Lors d’autres observations, les scientifiques auront donc confirmé que  le caractère non-psychotrope du CBD, et par là même son innocuité au volant.

Le THC : des effets invalidants pouvant persister quatre heure

Le directeur de la recherche, le Dr Thomas Arkell, détaille les résultats :  «les données recueillies indiquent pour la première fois que le CBD, lorsqu’il est administré sans THC, n’affecte aucunement la capacité d’un sujet à conduire. C’est une excellente nouvelle pour ceux qui utilisent ou envisagent un traitement utilisant des produits à base de cannabidiol ”
Depuis quelques années, de considérables avancées ont été faite dans les traitements médicaux à base de cannabis. Un nombre croissante de produits contenant du CBD ou/et du THC pour des conditions telles que l’épilepsie, l’anxiété, la douleur chronique ou encore le traitement d’addictions ont ainsi fait leur apparition en milieu clinique et en pharmacie dans certains pays.

Dr. Thomas Arkel (crédits photo University of Sydney)

Recherches menées conjointement en Australie et aux Pays-Bas

La recherche, menée aux Pays-Bas, a été menée auprès de sujets ayant inhalé du cannabis contenant différents mélanges de THC et de CBD. Les candidats ont ensuite effectué, dans des conditions contrôlées, un trajet de 100 kilomètres sur les routes publiques. Ces test ont été menés  40 minutes et quatre heures après la consommation. Le cannabis contenant principalement du CBD n’a aucunement altéré la conduite.  Le cannabis contenant du THC, ou un mélange THC / CBD, a provoqué une légère altération mesurée 40 minutes plus tard. Après quatre heures, aucune altération n’a été remarquée.

Etude de référence?

«Avec l’évolution des lois sur le cannabis à l’échelle mondiale, les Etats ayant légalisé ont besoin de légiférer sur des bases scientifiques précises et fiables. Ces résultats fournissent des informations indispensables sur les effets causés par les différents types de cannabis. Nous espérons que notre travail aidera à orienter la politique de sécurité routière, que ce soit en Australie, aux Pays-Bas ou ailleurs» , a conclu le scientifique, laissant entrevoir la possibilité que l’étude puisse servir de socle légal pour l’élaboration d’une politique internationale sur le cannabis au volant.

*L’initiative Lambert regroupe une vingtaine de chercheurs qui étudient les effets des cannabinoïdes sur l’organisme. Leurs laboratoires sont hébergés au sein de  l’Université de Sydney.
1 2 3 12