On a perdu Bob Marley mais on a retrouvé son herbe.

/

Alors que le biopic sur Bob Marley One Love, fait un carton en France, un chercheur en botanique s’est mis en tête en 2014 de ressusciter, à défaut de Marley, l’herbe que consommait en abondance le King of Reggae . Après cinq années d’intensives recherches en laboratoire, le docteur Emanuel Machel a recrée la Ganja Suprême, dont les vertus créatrices étaient chantées par Bob, Lee Scratch Perry et Peter Tosh .

C’est avec de la bonne Ganja qu’on fait du bon Reggae” affirmait le regretté Bunny Wailer. Et avec de vieilles variétés qu’on produit la meilleure weed ? C’est en tous cas ce dont semble être persuadé le Dr. Emanuel Machel, de la West Indies Univesity (WIU) de Kingston. En 2014, ce Dominicain de souche, lui-même grand amateur d’herbe, s’est mis en tête de reproduire la “Supreme Ganja” ou « Lambsbread ». La variété disparue qui aurait été l’instrument indispensable à la composition de tous les albums des Wailers, aimait à raconter Bob Marley.

Docteur en botanique et dread locks

« Aujourd’hui, la Lambsbread est une variété qui a littéralement disparu de l’île », explique Emanuel Machel, 35 ans, dreadlocks dans le dos, doctorat « horticulture spécialisée adaptation des plantes au climat » en poche. Dans un jardin à ciel ouvert alloué par la WIU au sein du département de biologie, le rastafari en blouse blanche a gagné son pari : donner une seconde vie à la zeb’de Bob. Une 100%  sativa qu’il a pu faire renaître de ses cendres en remontant sa généalogie, de graines en graines, de récoltes en récoltes. Un travail de fourmi autant que d’explorateur : en quatre décennies, les descendants de la « Lambsbread » s’étaient répandus aux quatre coins des Caraïbes.

Les recherches du weed-doctor l’auront conduit en Guadeloupe, à Trinidad ou en Dominique, à la recherche de Rastas-cultivateurs, qui, reclus à l’abri de toute civilisation, continuaient à faire pousser des variétés proches de la « Lambsbread ». Machel se souvient d’une de ces expéditions « On m’avait parlé d’un rastafari, un homme qui vivait seul depuis 35  ans et qui n’avait pas vraiment été en contact avec la civilisation au cours de ces dernières années. Or, la Lambsbear a disparu il y a 35-40 ans. C’était très prometteur. Il m’a fallu six heures de marche pour rejoindre sa baraque et ses champs. Il cultivait, mais ne vendait pas. Ou très peu. Il faisait surtout du troc. Et qu’avec d’autres Rastas. En arrivant, j’ai fumé ce qu’il faisait pousser. Au lieu de repartir directement, je suis resté trois jours dans des conditions très spartiates… mais j’ai tant appris et passé des moments inoubliables avec cet improbable ermite “.

Emanuel est évidemment reparti avec de précieuses graines. « Ce n’était pas de la « ganja suprême », mais ça a fait avancer mes recherches.  Sur un niveau personnel en revanche…  J’ai passé trois jours hors du temps, hors de moi. C’est assez indescriptible. J’en suis redescendu changer.  Pour faire court : ça vaut les six heures de marche. Le double, le triple même »
Aux murs de son labo de savant fou, des photos de l’empereur éthiopien Haïlé Sélassié, considéré comme un messie par les rastas. Une religion dont Machel se réclame

Ganja suprême

« Jusqu’aux années 1970,  les variétés de cannabis qui poussaient dans l’île était quasi exclusivement de type Landrace  » explique le chercheur en herbe.
Les Landrace jamaïcaines comme la Thyme ou la Goshen (et par défaut la Lambsbread) sont caractérisées par un arôme terreux borderline moisi et un effet cérébral tonique qui fit la renommé des fleurs jamaïcaines. Le genre de weed qui vous donne envie de parler, de rire, de danser…ou de faire de la musique. Par exemple: Sur le plan chimique, la proportion est  proche du « 2 :1 ». C’est-à-dire deux unités de THC pour une de CBD. En l’occurrence, le THC se situant entre 8 et 11% et le CBD entre 5 et 6%. Pour cette « Ganja Suprême/Lambsbread ». Des plants qui pouvaient atteindre 3,50 mètres de haut pour un cycle de vie de graine à fleurs mature qui était de 24 semaines. Soit 6 mois, soit… beaucoup de patience au regard d’autres variétés.

Si les effets sont remarquables (grâce à des alcaloïdes parfaitement répartis et solidement figés par une longue exposition à la lumière naturelle) la Ganja Suprême est peu rentable car à croissance très lente.
Qui plus est, est très facilement repérable par les autorités à cause de sa grande taille.

A la recherche des phénotypes perdus

« Dans les années 1980, pendant la guerre américaine contre les drogues, les Landrace ont disparu. Que ce soit en avion, hélicoptère et même au sol, il était très difficile de les cacher. Trop larges, trop hautes. Alors, au fil du temps, des hybrides Indica/Sativa, plus courtes et plus petites, ont remplacé les Landrace. » appuie le Dr cannabis. « Ces variétés importées produisent également une teneur plus élevée en THC mais présentent des inconvénients. Elles sont par exemple plus sensibles aux parasites et aux moisissures. Si vous exposez une Landrace et une hybride génétiquement modifiée aux mêmes conditions sur la même durée, la variété indigène primera en restant inchangée. »

Des recherches qui ne seraient pas uniquement dues à son amour de l’horticulture. Dans la lancée, l’homme de science a également mis au point un plan de marketing complet pour vendre les fleurs du fruit de son travail. Des plaquettes prototype pour le lancement d’une semence  LandRace Jamaïque * sont en préparation. L’argumentaire évoque une herbe “pure” et « ancienne », utilisée par Bob Marley – un argument séduisant pour les amateurs de cannabis et musiciens épris de good vibes. “On pourrait aussi avoir un produit unique basé sur une indication géographique, comme pour le Champagne en France. Ce serait un bon argument pour vendre le cannabis jamaïcain“, envisage aussi le rasta en blouse blanche.
Babylone n’est jamais loin.

*A ne pas confondre avec « Bob Marley Seeds », entreprise corporate de vente de graines de cannabis, fondée il y a cinq ans par le trust de la famille Marley.

Ne ratez rien de l’actualité du chanvre et du CBD, inscrivez-vous à la Zeweed Newsletter!

Journaliste, peintre et musicien, Kira Moon est un homme curieux de toutes choses. Un penchant pour la découverte qui l'a amené à travailler à Los Angeles, New York ou Londres pendant une dizaine d'années. Revenu en France, l'oiseau à plumes bien trempées s'est posé sur la branche Zeweed en 2018. Il en est aujourd'hui le rédacteur en chef.

Previous Story

“One Love” l’ultime Marley-biopic ?

Next Story

Docteur Ayahuasca & Mister Kounen

Latest from Culture

Les bons plans Zeweed

Tous les jeudis, ZEWEED vous donne trois bonnes adresses pour se nourrir l’esprit, le corps et