Les comics Marvel légalisent la weed.

//

C’est officiel Marvel vient de gagner la guerre avec DC comics.
Si vous vous demandez pourquoi c’est simple: Marvel Comics est la première grosse maison d’édition américaine à avoir légalisé la weed dans son univers fictionnel. 

Marvel Comics est un éditeur qui a toujours pris à coeur de refléter les changements de la société de ses lecteurs. Et cela impacte l’univers Marvel depuis bien longtemps; qu’il s’agisse de la lutte contre les nazis pendant la seconde guerre mondiale, de la création des X Men ( mais aussi de Black panther) en réaction au racisme endémique et plus récemment avec le premier mariage Gay de l’histoire de la BD. On peut aussi citer Captain America qui gifle Nixon après l’affaire du Watergate, devenant ainsi un héros sans pays “Nomad”. 

Mais depuis le numéro 12 de Daredevil, sorti cette semaine, le Cannabis est légalisé et de la manière la plus spectaculaire qui soit. C’est Wilson Fisk aka le Kingpin qui est à l’origine de cette évolution. C’est un des méchants les plus imposants de l’univers Marvel, un homme d’affaires à la carrure de Golem et aux crises de rages soudaines qu’on retrouve souvent en bataille avec Daredevil, le Punisher et Spider-Man (et dans le film the Spider Verse dont on vous parle ici).

Kingpin est aujourd’hui le nouveau Maire de New York et s’adapte difficilement aux règles imposées par son statut; l’occasion de mettre en scène un dîner avec l’élite new-yorkaise qui est, bien entendu, condescendante à souhait.
Alors qu’il explique ses motivations, qui ne sont évidemment pas humanitaires, il est traité comme un vulgaire roturier et moqué par ses pairs.
Le Kingpin qui est à la tête de nombreux empires criminels depuis des années se retrouve à avoir plus de difficultés à gérer les politiciens que les meurtriers les plus endurcis.
Le génie du scénariste Chip Zdarsky c’est d’utiliser un personnage Marvel (donc appartenant à Disney) pour se moquer du monde sans pitié des puissants. Une critique au vitriol qui s’exprime jusque dans le monologue du Maire Wilson:  “J’ai la terre. J’ai les plus qualifiés pour la fructifier. La plus grande barrière a été de m’assurer l’obtention d’une licence […] et pour l’instant tout semble se passer à merveille”.

Pour rappel, le Cannabis et ses dérivés ont représenté un chiffre d’affaires de 52 milliards aux États-Unis. De quoi intéresser de nombreux super vilains.  Cette histoire fait donc écho à la dureté des grands de ce monde… et aux changements dus au Cannabis à New York.
Après une dépénalisation en 2014 (rendant légale la possession de Cannabis, mais pas sa consommation) la très progressiste New York vient de voter une loi de décriminalisation rendant en partie invalide la prohibition en place depuis 1977.

Bonne nouvelle cependant, cela implique que les casiers judiciaires des personnes jugées après cette date peuvent dorénavant être blanchis…  Mais les amendes ne seront bien entendu pas remboursées.

 

Mike Teeve

Ne ratez rien de l’actualité du chanvre et du CBD, inscrivez-vous à la Zeweed Newsletter!

Previous Story

Le Japon : dernier rempart du monde occidental contre le cannabis.

Next Story

Le Mexique se prépare à légaliser la weed.

Latest from Culte

Jack Black, Tenacious Dude

Bien qu’encore décriée, l’herbe peut se targuer d’avoir un certain nombre d’ambassadeurs parmi les figures médiatiques.