L’Assemblée nationale rejette la proposition de loi de légalisation du cannabis.

///

Le groupe La France Insoumise (LFI) derrière Eric Coquerel présentait hier à l’Assemblée nationale son projet de loi sur la légalisation du cannabis. Si, sans surprise, le texte n’a pas été voté, le discours des opposants à la réforme a laissé la porte entrouverte en suggérant que seule une consultation nationale pourrait enterrer 50 ans de prohibition.

A l’exception du groupe LFI, les députés n’étaient pas venus nombreux pour débattre et voter la première proposition de loi visant à légaliser le cannabis récréatif en France. Le groupe LREM s’était tout de même assuré d’avoir suffisamment d’élus présents dans les rangs de l’hémicycle pour que l’initiative portée par Eric Coquerel ne passe à la faveur d’un manque de votes de la majorité .

Eric Coquerel (LFI), en plein plaidoyer de sa proposition de loi sur la légalisation du cannabis

19 voix pour, 54 contre

Il est 22h 45 quand le texte est rejeté (19 voix pour et 54 contre), fort de l’adoption des amendements de suppression déposés par la majorité, dont un déposé par la député LREM Caroline Janvier, rapporteuse de la mission d’information sur le cannabis et pourtant partisane de la légalisation.
Seul dissident LREM, le député de la Creuse Jean-Baptiste Moreau, qui est intervenu à la tribune pour soutenir l’initiative progressiste de groupe LFI.

Si le projet de loi d’Eric Coquerel n’avait aucune chances de passer, le débat aura permis de voir émerger un début de compromis possible. Bien loin de la politique « hors de question de légaliser cette merde » chère au Ministre de l’intérieur, la réponse des députés LREM laisse entrevoir un assouplissement de la ligne zéro négociation sur laquelle campait le gouvernement.

Les députés LREM ne sont pas venu nombreux, mais suffisamment pour bloquer le projet de loi porté par Eric Coquerel et la France Insoumise.

« Débat de société et consultation nationale »

Si pour le député LREM Belkhir Belhaddad « une légalisation en fin de mandat n’aurait pas de sens »: rendez-vous est donné en demie-teinte après les élections présidentielles, en cas de victoire d’Emmanuel Macron évidement. Pour l’élu de la Moselle,  « il faut avant tout organiser un débat de société sur la question du cannabis, afin de consulter l’ensemble des citoyens sur sa légalisation. »

Même son de cloche du coté de François Jolivet, pourtant très proche des idées de Gérald Darmanin. Le député de l’Indre estime lui aussi que cet enjeu de taille ne peut être traité « que lors d’un débat et d’une consultation nationale », et non en fin de mandat. Ils semblent s’être donné le mot…

Une bonne nouvelle et un signe d’assouplissement de la majorité sur la question cannabis, qui ne compte pas s’offrir le luxe de tourner le dos à 1,5 millions de consommateurs réguliers et une majorité de français favorables à la dépénalisation de l’herbe.

close

Ne ratez rien de l’actualité du chanvre et du CBD, inscrivez-vous à la Zeweed Newsletter!

Journaliste, peintre et musicien, Alexis est un homme curieux de toutes choses. Un penchant pour la découverte qui l'a amené à travailler à Los Angeles, New York ou Londres pendant une dizaine d'années. Revenu en France, l'oiseau à plumes bien trempées s'est posé sur la branche Zeweed en 2018. Il en est directeur des rédactions.

Previous Story

Le cannabis, médicament miracle contre le coronavirus?

Next Story

Victoria et la ganja, une histoire d’amour

Latest from France