Conso CBD

Petit guide des différents hash et leurs concentrés.

////

En Amérique du Nord, le haschich a longtemps été considéré comme un produit pour fins gourmets du THC.  En Europe, la donne est un peu différente puisque le haschich, principalement marocain ou afghan , était la seule matière cannabique vendue sur le vieux continent entre 1960 et 1988. Depuis une dizaine d’années des méthodes d’extraction comme le Bubble Hash, Shatter, Wax ou Crumble ont fait leur apparition sur le marché, aux grands bonheurs des kiffeurs de taga comme des curieux qui aimeraient une alternative à la weed. Notre guide Steven nous en dit un peu plus sur ces haschs 2.0.

Tout d’abord et afin de mieux appréhender le hasch et ses nouveaux dérivés, il nous faut comprendre le fonctionnement d’un plant de Ganja.

Weed, Trichomes, Ganja, Cannabis, Pot
Le hasch est fabriqué en utilisant uniquement les trichomes des bourgeons et des garnitures de cannabis.

Ce sont les plants de cannabis femelles qui produisent des fleurs qui, si elles ne sont pas pollinisées par des plants mâles, produisent une résine épaisse et collante. Cette résine est composée de trichomes; de minuscules structures qui ressemblent à des cristaux à l’œil nu et à de minuscules champignons de verre au microscope.

Ces sont les trichomes en question qui noue offre , les alcaloïdes (cannabinoïdes), les terpènes et les flavonoïdes qui donnent au cannabis ses effets, arômes et saveurs uniques. Le haschich est fabriqué en séparant ses trichomes des bourgeons de cannabis et de la garniture en les concentrant en un puissant extrait.

Le hasch « fait main »

En Inde et au Népal, les habitants font du hasch en frottant des bourgeons de cannabis vivants entre leurs mains.

Archivo:Balls and sticks of Charas.jpg
Hasch en résine live roulé à la main – Charas indiens et boules de temple népalaises

Le sous-continent indien, produit majoritairement du cannabis Indica et le prépare avec l’une des plus anciennes formes de fabrication de haschisch. En Inde et au Népal, le hasch (ou Charas, comme l’appellent les locaux ) est fabriqué en frottant des bourgeons de cannabis frais entre les mains pendant des heures. Avec la friction, les trichomes de la plante forment une résine épaisse et sombre qui est raclée en boules ou en bâtonnets et qui présente une texture crémeuse qui n’est pas sans rappelée celles des truffes au chocolat.

Le Dry Hift Hash – Noir afghan, rouge libanais, pakistanais, brique turque et pollen marocain

Le Haschich par « tamisage sec » est obtenu en tamisant doucement les têtes de cannabis séchées et en les coupant à travers des tamis à mailles fines. Cette friction douce aide à séparer les trichomes en une fine poudre appelée kief. Ce kief est ensuite pressé en blocs selon différentes techniques et la zone de production.

Le hachage par tamisage sec est fait en appuyant et en chauffant le kief.

En Afghanistan, par exemple, le hasch (connu localement sous le nom de Chars) est fabriqué en mélangeant du kief avec de petites quantités de thé pour former une sorte de pâte qui est pétrie à feu doux jusqu’à ce qu’elle prenne une couleur noire profonde et une consistance épaisse et lisse semblable au caramel mou.

Le hasch marocain, d’autre part, est fabriqué en appuyant plusieurs fois sur le kief en utilisant uniquement la pression et la chaleur. Le hasch pakistanais, lui, est fabriqué à l’aide d’une technique similaire. Pour le folklore, certains habitants du Pakistan affinent dans une peau de mouton ou de chèvre séchée pour rehausser sa saveur; une méthode aussi cash que peut végane.

La Colophane

Faire de la colophane est simple, il s’agit de presser les têtes de cannabis séchées avec beaucoup de pression et de chaleur. Le résultat est un extrait clair, doré, exempt de contaminant; riche en saveur et en puissance.

La colophane a une consistance très similaire à la sève des arbres.

Le Bubble Hasch

Le Bubble Hash (parfois appelé hasch Ice-O-Lator) est très différent des types haschich « classiques »

 

File:American medical hashish(4).jpg
Le Bubble Hasch est apprécié pour sa saveur, sa puissance et sa pureté.

Il est fabriqué en mélangeant des bourgeons de cannabis congelés avec de l’eau et de la glace. On  agite ensuite ce mélange pour aider à séparer les trichomes du matériel végétal tout en faisant couler l’eau à travers des tamis à mailles de différentes tailles. Le résultat est un hachage friable avec une consistance similaire au miel cristallisé.

Le Bubble Hash est généralement aussi aromatique que savoureux, des qualités que l’on doit à sa méthode d’extraction à basse température. Une méthode qui aide à préserver certains terpènes et flavonoïdes fragiles qui disparaissent si traités à chaud.

BHO : Shatter, Wax, Crumble et Budder, ou la révolution de l’extraction au butane, propane et CO2.

Le hasch ne sera jamais plus le même depuis la découverte de l’extraction via des solvants comme le butane, le propane et le CO2.

420, 710, bho
Shatter, Wax, Crumbs et Budder sont tous des noms d’extraits de solvants à base de butane, de propane ou de CO2 , aussi connu sous le nom de BHO

Aujourd’hui, ces types d’extraits, souvent vendus sous des noms tels que Shatter, Wax et Budder, font un carton au Canada et aux US, au point d’égaler les ventes de weed dans certains dispensaires : une tendance particulièrement nette en Californie.

Le haschich extrait au butane, du propane ou du CO2 n’est pas un truc à faire à la maison. Mais vraiment pas. Les accidents sont légion (les cas de brulures sévères se comptent par centaines à Los Angeles), car les produits chimiques utilisés dans le processus d’extraction sont aussi inflammables, toxiques que volatils. En bref, pas une bonne façon de s’envoyer en l’air.

Cependant, ces nouvelles méthodes d’extraction (nous vous recommandons d’aller acheter votre Shatter chez des professionnels) sont capables de produire certains des haschs les plus puissants du globe. Plusieurs parties des BHO vendues dans les dispensaires américains, par exemple, contiennent plus de 70% de THC.

 (Traduction Zeweed)

La beauté avance masquée

///

Notre journaliste conso-beauté Tallulah, lève le voile sur son dernier secret beauté: les masques au cannabiniol. Des petites merveilles infusées au CBD qui pourraient bien avoir raison de notre peau grise en cette fin d’hiver.

Tallulah a testé deux masques, le premier produit en Grande-Bretagne, et le second de son pays de référence pour le bien-être et la santé, la Suisse.

Il s’agit de masques en tissu, inventés en Asie, une sorte de compresse adaptée à la forme du visage , imbibée de produits pour hydrater la peau, donner de l’éclat au teint, purifier le visage, raffermir la peau, et surtout donner un effet relaxant et apaisant grâce à de l’extrait d’huile de CBD.
Le cannabidiol est le deuxième cannabinoïde le plus abondant de la weed avec des bienfaits thérapeutiques, anti-inflammatoires et antibactériens. L’effet de ce type de masques est incroyable !
le CBD combiné avec des acides gras oméga-6, pénètre profondément la barrière cutanée pour réduire l’inflammation de la peau, et répare les dommages causés par la pollution tout en favorisant le rajeunissement de la peau, la laissant nourrie et hydratée.

Il suffit d’appliquer le masque qu’on colle sur le visage (les trous devant les yeux, celui du nez, devant le nez et de la bouche devant la bouche). Il faut compter entre 10 à 20 minutes selon le masque.

Attention : avant d’apposer un masque tissu sur le visage, il est indispensable d’avoir une peau propre et démaquillée. Autre consigne, votre peau doit être parfaitement sèche afin que le tissu adhère correctement.

C’est bon, vous êtes prêts ! je peux maintenant vous recommander mon coup de coeur.

Natura, CBD oil infused sheet mask. Pourquoi je l’adore ? Water free beauty, végane et emballée avec des superaliments. Ultra rafraîchissant, j’aurais voulu que l’expérience dure plus longtemps !
Iroha Nature, Hemp. Très doux et généreux en liquide, on ressent une véritable hydratation de la peau à peine déposée sur notre visage. Je l’aime aussi, car il est végane et qu’il utilise de l’huile de graines de cannabis sativa.  Une fois le masque retiré, on peut continuer a se faire du bien en effectuant de petits massages du visage avec des mouvements circulaires pour mieux faire pénétrer l’excédent de produits, pour se l’appliquer sur le cou, le décolleté et les mains.

Mon dernier conseil: placez-les masques au réfrigérateur pour une meilleure conservation et un effet fresh garanti lors de l’application ! Beautystats ou pas, femme ou pas, l’expérience en vaut le détour. Qui ne veut pas se faire du bien en étant bien ? Your turn!

Beauté-santé : 4 indispensables à base de CBD

///

Zeweed a sélectionné pour vous 4 essentiels à base de CBD, 4 incontournables à toujours avoir sous la main… pour sauver sa peau.

CBD Balm 400/800 mg (Hemps Pharma)
Le baume à tout faire qui répare de la tête aux pieds

Sur le papier, c’est une simple crème hydratante. En réalité, la crème pour le corps au Cannabidiol – Extra forte contient une dose si élevée de CBD que ses bénéfices sont bien plus complets qu’une simple hydratation. Anti-inflammatoire, antioxydante et analgésique, cette crème de compétition associe les propriétés du CBD à de l’extrait de calendula, d’arnica et d’harpagophyte : de quoi en faire un produit très relaxant pour le corps, la crème génère rapidement une sensation de lâcher prise. Un bien-être qui contamine rapidement l’esprit (même si le produit est dépourvu de THC).

Ze verdict :
Aussi efficace que rapide puisque la caluda accélère la pénétration du produit dans l’épiderme. Pratique pour les matins pressés.

CBD Balm 400/800 mg (Hemps Pharma) : 53 euros le pot dosé à 400mg de CBD, 79 euros pour le format 800mg. Disponible ici

Baume à lèvres (Jacob Hooy)
LE stick à lèvres

Quitte à prendre soin de notre peau, autant le faire jusqu’au bout, avec un produit adapté pour les lèvres.  La crème de soin de chez Jacob Hooy associe l’huile de cannabis à de l’huile de coco. Un mix gagnant pour prendre soin de ses lèvres à tout moment et leur assurer une hydratation parfaite et une protection contre les rayons UV.  Bonus pour les aficionados du cannabis à fumer : le baume propose un léger goût de chanvre assez agréable.

Ze verdict :Au vu de son tout petit prix, la rédaction vous recommande vivement de faire un petit stock, et d’en glisser dans toutes vos poches. Baume à lèvres de Jacob Hooy: 3.95 euros. Disponible ici

 

Regenerative Skin Ointment (Alpha Cat)
Le soin pour peaux en détresse.

En cas de tatouage récent, brulure, ou irritation, le baume régénérant de chez Alpha-Cat sera votre meilleur allié.  Un produit biologique et végane, idéal pour nourrir et régénérer la peau après un tatouage, ou même après la cicatrisation, comme soin occasionnel ou quotidien.
Adapté à tous les types de peaux, y compris à ceux des bébés, le produit entend décupler toutes les propriétés des nombreuses plantes qu’il contient : un équilibre cellulaire assuré par la concentration en omégas, vitamines et en acides gras essentiels, des effets calmants et apaisants pour soulage les douleurs, et des propriétés antibactériennes apportées par le calendula.  Le CBD catalyse alors tous ces bienfaits et garantit un effet anti-inflammatoire.

Ze verdict : Un produit magique à ressortir en cas d’eczéma, de psoriasis ou même de crise d’anxiété.
Regenerative Skin Ointment par Alpha Cat: 28 euros. Disponible ici

Body care & massage oil (Cannabios)
La rolls des huiles de massage

Que ceux qui n’aiment pas la texture du baume ne soient pas punis : l’huile de massage miracle au CBD existe elle aussi.  Totalement naturelle, l’huile Cannabios allie le chanvre, l’amande et l’olive pour relaxer en profondeur les muscles maltraités par l’effort physique ou par le stress.
Particulièrement recommandée après des efforts sportifs, l’huile peut également faire des miracles après les longues journées stressantes du quotidien.  Un produit garanti 100% naturel, bio, et même enrichi en cannabinoïdes, de quoi bénéficier au mieux des propriétés relaxantes et apaisantes du CBD.
À cela s’ajoutent une nutrition parfaite de la peau, et une action préventive contre les vergetures.

Ze verdict :idéale contre les raideurs musculaires et les épidermes abimés. Une huile à dégainer en toute circonstance, en somme.  Body care & massage oil de Cannabios: 49,95 euros. Disponible ici

 

 

Solkiki au CBD: Le fruit détendu d’un chocolat d’exception

///

En ce lundi de Pâque, la rédaction a choisi de vous présenter un must des chocolats au CBD: Solkiki. Un plaisir gourmand tant pour le corps que l’esprit.

Les chocolats de Solkiki sont remarquables à bien des égards : ils sont proposés par l’un des rares artisans à observer le principe  « de la fève à la tablette » (bean to bar). C’est-à-dire la prise en charge complète de la transformation de la fève en chocolat (sélection de la fève et terroir, torréfaction, broyage et conchage). La raison de cette volonté de maîtrise de la chaîne de transformation? Tout simplement parce que  la fève, le sol et le climat d’un terroir particulier produiront un chocolat unique. La mission de Solkiki est de mettre en valeur ces différences uniques sans compromettre la saveur ou l’intégrité du cacao. Leurs fèves de cacao sont soigneusement sélectionnées à partir de terroirs uniques et leurs chocolats sont entièrement transformés à la main à chaque étape. Il n’y a aucune graisse ajoutée, ce qui exige par ailleurs une exceptionnelle maîtrise de leur art car le cacao non dilué est difficile à travailler.
Autre point fort: Solkiki allie ce chocolat remarquable à un CBD full spectrum, issu d’une pression à froid des fleurs… Et là, on touche au divin. Tant en bouche qu’en matière d’effets relaxants et apaisants.
Deux produits sont proposés par la marque britannique:

Le Gran Nativo Blanco (33 mg de CBD) :un chocolat noir au lait (dark milk) 63% Pérou, fabriqué avec du lait de coco. Malgré le fort pourcentage de chocolat noir au lait (63%), la base de chocolat reste légère en bouche avec beaucoup de saveurs naturelles de fruits et des notes de biscuits relevé à l’ huile essentielle de CBD

Gran Nativo Blanco 33 mg de CBD: 14 CAD/11€

Le Gran Nativo Dark (77mg de CBD):  l’autre petit régal made in Pérou de Solkiki. Avec un chocolat noir primé, ce Gran Nativo 63%, toujours infusé avec une huile de CBD a spectre complet, se pose comme un must pour amateurs de sensations intenses. Ce cru affiche en bouche des notes rondes et fruitées qui se mélangent sublimement avec les saveurs herbacées des huiles de cannabidiol.

Gran Nativo Coconut Dark 77 mg de CBD: 16CAD, 12€

.

 

4 articles pour un Pâque de rêve.

/

Qu’il était bon et doux, le temps de nos lundis de Pâques et des oeufs surprise que nous découvrions au fond du jardin. Pour parer à ce manque cruel, Zeweed vous propose 4 articles à faire sonner les cloches toute l’année.

Le plus pratique
La Jarre de stockage en forme d’oeuf de la Happy Valley Pipe Company (44 dollars canadiens)
Votre herbe est sèche et friable? C’est que vous la conservez mal et nous avons la solution! Cette jarre est un petit bijou d’artisanat fait à partir d’argile fabriquée localement par une petite entreprise venue d’Oregon.
Chaque produit qui sort de leurs ateliers est unique, fini à la main et avec amour par des Stoners qui ont le souci du détail.
Grâce à sa forme ovale et à sa matière poreuse cette jarre préservera votre herbe à l’humidité parfaite en permanence, un must quelque soit la saison.

Happy Valley Jar, 44 CAD$

Le plus gourmand
Le chocolat au THC spécial Munchies de Kiva confections (25 dollars canadiens par barre)
Impossible de parler de Pâques sans penser au chocolat et impossible de fumer sans avoir un méchant coup de fringale.
Cette édition limitée sortie exprès pour la saison combine les quatres snacks ultimes dans un délicieux mélange sucré salé de pâte de cookies, de morceaux de bretzels, de chips croustillantes et bien entendu de chocolat au lait.
Le tout est d’ailleurs très bien pensé puisque chacun des 20 carrés contient exactement 5 mg de THC, juste assez pour planer sans risquer l’indigestion.
Vous pouvez retrouver la liste des dispensaires proposant ses chocolats sur une carte interactive ici

Kiva 100mg de THC, 25 CAD$

Le plus Pop
Le sweatshirt Bugs Bunny fumeur de joints de 86 shirts (50 dollars canadiens)
Vous demandiez comment déclarer votre amour pour la ganja, les classiques du cartoon et les fêtes de Pâques en même temps?
Ne cherchez plus! Grâce à ce Sweatshirt très fun déniché par notre Alexis préféré vous pourrez frimer dans toutes vos balades printanières ou rester à la maison avec un space cake fait-maison.
Quoi de mieux docteur?

Bugs Bunny Hoodie 50 CAD$

Le plus psychédélique:
La Pipe du lapin pressé d’Alice au Pays des merveilles par RainbowOnThePipe (34 dollars canadiens)
Attention coup de coeur! Les pipes en chêne de cette artiste ukrainienne sont toutes peintes à la main dans le style de l’école picturale de Petrykivka venu du Sud de l’Ukraine et inscrite au patrimoine de l’humanité par l’Unesco en 2013.
Ce style est caractérisé par sa nature très riche, fleurie et colorée, ornant avec distinction cette pipe qui évoque un peu celle de Gandalf dans le Seigneur des anneaux.
Pour cette somme très modique vous pouvez donc obtenir un objet unique et d’un très grand raffinement qui permet des bouffées très douces grâce à son long tuyau.
Un stand, lui aussi sculpté à la main, est d’ailleurs disponible en option pour offrir à cette pipe l’écrin unique qu’elle mérite.

Rainbow on pipe, 34 CAD$

 

CBD: faites vous livrer votre bédot en vélo!

///

Fournir de manière écologique un produit sain: c’est le credo ultra-green de CBD Bicyclette qui propose de livrer du chanvre bien-être à vélo. Les services de la start-up sont déjà disponibles dans 8 agglomérations Françaises.

C’est à Marseille qu’est né CBD Bicyclette, la French plateforme pratique et conviviale où commander son CBD en ligne pour se faire livrer d’une façon on ne peux plus green: en vélo. La marque phocéenne a aussi choisi de faire l’impasse sur la boutique physique, une très bonne idée puisque l’économie profite au consommateur.
Un an après l’inauguration des premières livraison, CBD Bicyclette étend son offre aux villes de Lyon, Bordeaux, Toulouse, Grenoble, Anglet, Bayonne et Paris, avec une belle promesse tenue: celle d’être achalandé en CBD en moins de 2h30… Et sans aucune émission de particules fines ni dioxide de carbone.

Coté menu:
des fleurs (notre préférence va à la Jack Herer)
– des pollens (essayez le pollen d’or, tout un voyage…)
– des huiles full spectrum (la version 20 mg détendra les plus stressés).

Les livraisons sont gratuites à partir de 50€ d’achat

Pour être livré en express à vélo, c’est ici.

 

 

 

 

 

 

Growing: Comprendre la génétique du cannabis pour en tirer le meilleur profit.

//

Lorsque vous achetez des graines, les termes sativa et indica se poseront comme la première alternative. Si ce sont bien là deux familles de cannabis, nombre d’idées reçues (et fausses) sont de nature à vous induire en erreur avant même que vous ayez planté. Un tord que nous nous proposons de redresser dans ce premier chapitre du Zeweed Grow Guide.

Indica, Sativa et Ruderalis: les trois fondamentaux de la cannabis-génétique.

Un cliché trop souvent pris pour parole d’évangile consiste à estimer que les termes indica et sativa détermineront les effets psycho-actifs associés à la plante: les variétés indica sont supposées être relaxantes et sédatives, tandis que les sativas sont euphorisantes et énergisantes.
Las! La réalité est tout autre.

Les termes indica et sativa décrivent en fait 2 espèces (ou sous-espèces différentes) de cannabis, chacune avec des traits physiques et des schémas de croissance distincts.

Le cannabis a été étudié et décrit pour la première fois par le botaniste suédois Carl Linnaeus dans Species Plantarum en 1753. Linnaeus travaillait avec des plants de cannabis européens très probablement cultivées à des fins industrielles et médicinales. Ces plantes arboraient un feuillage vert clair, des feuilles aux fanions étroits qui pouvaient demander jusqu’à 3 mois de croissance avant de fleurir . Il les a appelé  Cannabis sativa L.

Cannabis, Sativa,
Cannabis Sativa L., après pollinisation

30 ans plus tard, le botaniste français Jean Baptiste Lamarck étudie des plants de cannabis ramenés d’Inde. Ces plants étaient très différentes de celles décrites par Linné, si différents dans leur forme que Lamarck les appellera Cannabis indica Lam. Les plantes étaient plus courtes, plus touffues, avec un feuillage vert foncé, des feuilles larges et une floraison atteinte en moins de 2 mois. Le Cannabis indica Lam produit des fleurs plus denses et plus résineuses que ceux de Cannabis sativa L de Linnaeus? Lamarck observera qu’ils provenaient de régions plus froides et montagneuses que celles étudiées par Linnaeus.

Dans les années 1920, le botaniste russe D. E. Janischewsky  découvre et décrit ce qu’il appellera le Cannabis ruderalis, une troisième variété originaire d’Europe centrale et de Russie. Les plants sont plus petites (dépassant rarement 60 cm de haut), ont des tiges minces et produisent peu de branches. Certaines sources décrivant leur croissance comme étant beaucoup plus semblable à « une mauvaise herbe » (Weed en anglais).

Contrairement au Cannabis sativa et au Cannabis indica, qui sont tous deux photopériodiques et fleurissent en fonction des changements de leur cycle lumineux, les plantes de Cannabis ruderalis fleurissent «automatiquement»: c’est à dire après 5 à 7 semaines de croissance.

Cannabis, Ruderalis,
Plant de Cannabis Ruderalis

Déchiffrer les gènes pour trouver votre bonne souche

Aujourd’hui, la plupart des variétés de cannabis disponibles sont ce que les cultivateurs appellent des «hybrides». Ce qui signifie qu’elles ont à la fois des génétiques indica et sativa. C’est parce que le cannabis a été méticuleusement croisé au cours des 50 dernières années, alors que les sélectionneurs essaient de créer des variétés avec des arômes uniques, plus fortes en THC et plus adaptées à la culture indoor, législation oblige.

Les variétés de cannabis dites automatiques ou «autofloraison» ont également gagné en popularité depuis un dizaine d’années. Ces variétés contiennent un mélange de génétiques sativa, indica et ruderalis, ce qui leur donne l’avantage d’une floraison en fonction de l’âge plutôt qu’en réponse aux changements photopériodiques. Et sont donc plus facile à cultiver.

Lorsque vous achetez des graines de cannabis, il s’agit donc de  garder à l’esprit que les termes indica, sativa et ruderalis ne sont pas gage de tel ou tel effet. Ce qui régit l’effet d’une plante sur le corps humain, c’est sa composition chimique, la chimie corporelle de la personne qui la consomme et la voie d’administration choisie (que ce soit le tabagisme, la vaporisation ou l’ingestion). Quelques information à ce sujet sont disponibles ici.

Indica, Sativa, Ruderlais… des termes qui ne concernent que la croissance de la plante.

Comme vu précédemment, les variétés à dominante indica auront tendance à pousser de manière plus courtes et touffues que les sativas. Ils ont également tendance à fleurir plus rapidement et à produire des bourgeons denses et résineux. Ils ont probablement développé ces caractéristiques en s’adaptant à la croissance dans des conditions plus froides et plus venteuses et des étés plus courts des régions dont ils sont originaires.

Les variétés à dominante Indica sont idéales pour les cultivateurs indoor travaillant dans de petits espaces ou les cultivateurs en extérieur vivant dans des régions plus froides, avec une saison de croissance courte. Alors que les variétés indica produisent de belles têtes denses et résineuses, leur petite taille signifie qu’elles produisent généralement des rendements plus petits que les variétés à dominance sativa.
Leur stature touffue et leur structure de têtes serrées les rendent également plus sensibles à l’humidité et plus sujettes aux problèmes de champignons ou de nuisibles lorsqu’ils sont cultivés dans des climats chauds et humides.

Les variétés de cannabis à dominance sativa peuvent pousser très grandes et longues jambes. Ils sont particulièrement réputés pour «s’étirer» une fois qu’ils commencent à fleurir et produisent des bourgeons plus gros et plus aérés. Les variétés de cannabis à dominance sativa ont également des cycles de floraison plus longs, certaines variétés prenant jusqu’à 14 semaines pour terminer correctement leur cycle de floraison. Le Cannabis Sativa L. a développé de tels caractéristiques en s’adaptant aux conditions chaudes et humides et aux longs étés des régions d’où ils proviennent.

Ces variétés sont idéales pour les cultivateurs en extérieur avec beaucoup d’espace (et une certaine expérience de culture) qui vivent dans des régions aux étés chauds et longs. Alors que les grandes variétés sativa peuvent produire d’énormes rendements, leurs principaux inconvénients sont leur taille et leurs longs cycles de floraison, ce qui peut être difficile à gérer pour les cultivateurs novices.

Cannabis, Autofloraison,
Plant de cannabis à autofloraison.

Les variétés de cannabis automatiques ou à autofloraison sont un mélange de génétiques sativa, indica et ruderalis.
Les « automatiques » sont plus petites (hauteurs moyennes de 60 à 100 cm), et produisent donc des rendements plus faibles. Cependant, leur petite taille et leur temps de floraison ultra-rapide (certaines autos passent de la graine à la récolte en 8 semaines) en font des candidats idéales pour les cultivateurs amateurs travaillant avec de petits espaces et ne cherchant qu’à cultiver une weed légère, mais facile à faire pousser.

Aujourd’hui, la plupart des variétés disponibles sur le marché sont ce que les breeders appellent des « hybrides F13 (ou première génération filiale).
Sans rentrer dans un cour de botanic trop technique, un hybride F1 est obtenue lorsque que  le pollen d’une plante de cannabis mâle pollinise un plant femelle. Vous vous retrouverez ainsi avec un croisement et  des centaines de graines contenant des traits génétiques des deux parents.

Pour autant, semez ces graines et vous vous retrouverez avec des centaines de phénotypes  très différentes les unes des autres. C’est parce que, bien que portant le même schéma génétique, ces plantes peuvent exprimer les traits génétiques qu’elles ont hérités de leurs parents de différentes manières (tout comme vous et vos frères et sœurs pouvez sembler très différents les uns des autres malgré les mêmes parents).

Voici donc vos toutes premières clefs pour se lancer dans l’auto-culture, une aventure toujours garante mille surprises…
Bonne récolte!

CBD: Quelle tisane choisir? 

///

Afin de bien digérer ce drôle de printemps 2021, Zeweed vous a déniché trois bonnes tisanes pour rester zen le jour et bien dormir la nuit.

La tisane au chanvre, c’est un peu la potion magique dont on a tous besoin. Notre réponse infusée et imposée par un contexte flippant à souhaits.
Anti-inflammatoire, hyper efficace contre l’anxiété, meilleure alliée des nausées, des manques d’appétit, antioxydant surpuissant : ces infusion de feuilles et de tiges de cannabis, très pauvres en THC, et donc en effet psychotrope ont plus d’un tour dans leur sac pour nous détendre, et se posent en cadeau de Noël aussi cooconing que badass.

1. Les tisanes Hygge de My CBD

Derrière ces petites boites régressives et cocooning, trois choix de tisanes au CBD.
L’infusion au chanvre CBD RELAX se veut particulièrement efficace pour les questions de stress. Associée à d’autres plantes, (la camomille, la fleur d’oranger et la mélisse) qui viennent s’ajouter à du chanvre 100% biologique récoltée en Espagne.
Une mixture entièrement naturelle, sans l’ombre d’un additif.

ZeVerdict
:Bonus: l’infusion CBD IMMUNO, cible particulièrement le système immunitaire, en vue de le renforcer. Là encore, le chanvre est associé à d’autres ingrédients : du thym, du romarin, de l’origan, et de l’échinacée.
Second bonus: c’est elle qui contient le plus grand taux de chanvre : 70%.
À consommer  quotidiennement pour des effets optimaux. Compter 11,90 euros les 25 sachets. Disponible ici.

 

2.Très bobo : la tisane au CBD de chez Hampa Te

Du chanvre biologique, de l’huile de noix de coco. C’est tout. Chez Hampa Te, l’infusion se veut maline, et exploite les bénéfices de l’huile de noix de coco pour permettre une meilleure absorption du CBD par l’organisme.

ZeVerdict: Un booster d’efficacité, qui donne également une saveur toute particulière à la tisane.
Côté dosage, le sachet de 150 grammes ne fait pas dans la demi-mesure : plus de 700mg de cannabinoïdes. De quoi faire largement profiter le consommateur des vertus antioxydantes et apaisantes de la plante. Pour varier les plaisirs, la marque suggère de boire occasionnellement le thé en version glacée. Prix de vente, 20 euros pour un sachet permettant d’infuser 30 à 40 tasses. Disponible ici

3. Pour les vrais amateurs de thé : les infusions de Pura Vida. 

Du CBD 100% bio, c’est le premier argument de la marque Pura Vida.
Deuxième argument : le plaisir de retrouver ses saveurs de thé préférées, combinées aux bienfaits du chanvre.
ZeVerdict : Trois valeurs sûres sont revisitées : le thé à la menthe (et ses effets bénéfiques sur la digestion), la camomille ( particulièrement relaxante) et l’incontournable Darjeeling, pour les amateurs de saveurs fortes en bouche. À chacun sa préférence, mais toutes les tisanes promettent des vertus apaisantes contre la migraine, et les angoisses. Format de vente : des paquets de 40 grammes, pour 15,90 euros. Comptez donc moins d’un euro le moment de relaxation.
Disponible ici

 

Cannabis Genetics: Understanding What They Mean And What They Tell Us About The Plants We Grow

//

In our previous chapter, we walked you through the cannabis life cycle in order to help you better understand how cannabis plants grow in nature and avoid surprises when you’re growing them yourself in a tent, room, or outdoor garden. In this chapter, we’ll take an in-depth look at cannabis genetics. When you shop for seeds, you’ll encounter a bunch of jargon that can be hard to understand and makes it difficult to find a strain suited to your personal setup and skills as a grower. 

With the info in this chapter, however, you’ll learn to understand some of the basics of cannabis genetics and what terms like indica, sativa, and ruderalis tell us about a strain and the way it’s likely to grow. 

Indica, Sativa, And Ruderalis: Understanding The Core Of Cannabis Genetics

When you shop for cannabis seeds, you’ll constantly run into the terms sativa and indica. However, there’s a lot of misconception among growers and even breeders about what these terms actually mean. 

One huge misconception that’s still held even by experienced cannabis professionals is that the terms indica and sativa tell us about the psychoactive effects of a particular plant. There’s still a strong consensus among the cannabis community, for example, that indica strains are relaxing and sedating, whereas sativas are uplifting and euphoric.
The reality, however, is a bit more complicated. 

The terms indica and sativa actually describe 2 different species or subspecies of cannabis, each with distinct physical traits and growth patterns. 

Cannabis sativa, for example, was first described by Swedish botanist Carl Linnaeus in Species Plantarum in 1753 . Linnaeus was working with European cannabis plants most likely being grown for industrial and medicinal purposes. These plants had bright green foliage, narrow-fingered leaves, and took up to 3 months to flower. He classified them as Cannabis sativa L. 

Roughly 30 years later, French botanist Jean Baptiste Lamarck was studying cannabis specimens collected in India. These plants, however, were very different to those Linnaeus described in his book; so different, in fact, that Lamarck invoked a second species of Cannabis, namely Cannabis indica Lam. These plants were shorter and bushier, with dark-green foliage, wide-fingered leaves, and a faster flowering time of under 2 months. They also produced denser, more resinous flowers than the cannabis plants first described by Linnaeus, and originated from colder, mountainous regions.

In the 1920s, Russian botanist D. E. Janischewsky discovered and described Cannabis ruderalis, a third cannabis variety native to Central Europe and Russia. These plants are small (rarely growing over 60cm tall), have thin stems, and produce few branches, with some sources describing their growth as much more “weed-like.”

Unlike Cannabis sativa and Cannabis indica, which are both photoperiodic and flower based on changes in their light cycle, Cannabis ruderalis plants flower “automatically” once they are about 5-7 weeks old. 

Deciphering The Cannabis Gene Pool And Finding The Right Strain

Today, most of the cannabis strains on the market are what growers regularly refer to as “hybrids,” meaning they have both indica and sativa genetics. That’s because cannabis has been meticulously cross-bred over the last 50 years, as breeders try to create strains with unique aromas, higher potencies, and growth traits better suited to indoor growing (given the plant’s complicated legal status). 

Automatic or “autoflowering” cannabis strains have also grown in popularity in recent years. These strains contain a mix of sativa, indica, and ruderalis genetics, giving them the advantage of flowering based on age rather than in response to changes in their photoperiod. 

When you’re shopping for cannabis seeds, remember that the terms indica, sativa, and ruderalis don’t really tell you anything about the effects of particular strain. What governs a plant’s effect on the human body is its chemical composition, the body chemistry of the person consuming it, and the route of administration they choose (be it smoking, vaporization, or ingestion). You can read more about this in our earlier blog posts on Indica Vs. Sativa. 

What the terms indica, sativa, and ruderalis CAN tell you about a strain, however, is the way it is likely to grow. For example: 
  • Indica-dominant cannabis strains tend to grow shorter and bushier than sativas. They also tend to flower quicker and produce dense, resinous buds. They likely developed these traits as they adapted to growing in the colder, windier conditions and shorter summers of the regions they originate from. Indica-dominant strains are ideal for indoor growers working with small spaces or outdoor growers living in colder, windier regions with a short growing season. While indica strains produce beautiful dense and resinous buds, their small stature means they typically produce smaller yields than sativa-dominant varieties. Their bushy stature and tight bud structure also makes them more sensitive to humidity and more prone to fungal or pest problems when growing in warm, humid climates.
     
  • Sativa-dominant cannabis strains can grow very tall and leggy. They are particularly renowned for “stretching” once they start to flower and produce larger, airier buds. Sativa-dominant cannabis strains also have longer flowering cycles, with some varieties taking up to 12 weeks or more to properly complete their bloom phase. They likely developed these traits as they adapted to the warm, humid conditions and long summers of the regions they come from. We recommend these strains for outdoor growers with a lot of space and growing experience who live in areas with warm, long summers and are looking for big harvests. While large sativa strains can produce huge yields, their main setbacks are their size and long flowering cycles, which can be hard for inexperienced growers to manage.
  • Automatic or autoflowering cannabis strains contain a mix of sativa, indica, and ruderalis genetics. These tend to be smaller plants, growing to average heights of around 60-100cm, and therefore also produce smaller yields. However, their short stature and ultra-fast flowering time (some autos go from seed to harvest in as little as 8 weeks) make them perfect candidates for hobby growers working with small spaces and only looking to grow enough weed for their own personal use. While some growers claim that autoflowering strains are less potent than their photoperiod cousins, we’ve never had any potency issues with the autos we’ve grown. 

Remember, the cannabis genetics on the market today are, for the most part, still very unstable. That’s because cannabis hasn’t yet undergone the same breeding procedures as other crops (such as corn or potatoes). 

Most of the cannabis strains on the market today are what geneticists would call F1 (or first filial generation) hybrids. Without getting too technical, a F1 hybrid is basically what you get if you take the pollen from one male cannabis plant and use it to pollinate a female. What you’ll end up with are hundreds of seeds containing genetic traits from both parents. 

Sow those seeds and you’ll now be left with hundreds of plants that’ll likely look very different from each other. That’s because, despite carrying the same genetic blueprint, these plants may express the genetic traits they’ve inherited from their parents in different ways (just like you and your siblings might look very different from one another despite having the same parents). 

Cannabis breeders can use techniques such as inbreeding to help stabilize their strains, but the genetics on the market are still far from being as reliably stable as those of other crops. If you’re looking for reliable cannabis seeds, we recommend buying from renowned seed banks such as Sensi Seeds, Royal Queen Seeds, Silver River Seeds, and Dutch Passion. Also consider keeping a mother plant (explained in more detail later on in this book) and growing clones if you want to preserve a particular strain.  

 

MyDx : L’analyseur de weed.

//

MyDx Analyzer,c’est  l’appareil révolutionnaire qui est capable de réaliser un test complet des cannabinoïdes présents dans votre weed, de manière à ce que vous sachiez exactement quelles sont ses propriétés.

MyDx est le produit que les cultivateurs et les fumeurs de weed attendaient.
Grace à cet outil,  il est dorénavant possible de réaliser des examens professionnels de votre herbe à la maison, comme si vous étiez dans un laboratoire.
En connaissant les cannabinoïdes présents dans votre herbe, vous saurez enfin la véritable puissance, utilisation et applications de votre variété. De plus, cet appareil réalise également un examen complet des terpènes, ce qui vous permettra de comprendre les facteurs qui définissent la saveur de chaque variété et quelles propriétés  ils peuvent apporter.

Mydx vous permettra non seulement de connaitre le niveau en THC de votre herbe en précisent ses effets psychoactifs mais aussi son taux en CBD pour savoir quelles seront ses propriétés médicinales. Les niveaux de THC analysés sont très précis, bien que la mesure soit un peu plus variable pour le CBD.

Son fonctionnement est très simple, vous n’aurez qu’à placer un petit échantillon de votre cannabis  dans un  »Sample Insert » (petit boitier en plastique qui se place dans la machine), et l’introduire dans l’analyseur
Le MyDx offre également la possibilité d’introduire votre cannabis humide à l’intérieur, pour la tester dès le jour de la récolte pour vous permettre de constater jour après jour de la montée des niveaux de cannabinoïdes.
Une fois terminé, vous devrez garder les résultats de votre analyse. En stockant le résultat, vous accéderez à différentes options d’interprétation que vous pourrez imprimer, envoyer par courrier ou simplement garder pour vos études.

Toutes les informations disponibles sur ce site.

 

1 2 3 4