Pape François

Quand le pape appelle à la révolution.

//

Lundi 15 mars, le Pape François recevait en entretien informel une délégation venue parler environnement et crise économique. Alors que les invités faisaient part au chef de l’Eglise de leurs préoccupations, ce dernier les a tout simplement invité à “semer le désordre” et “faire la révolution”. Décryptage.

Michel Cermak (conseiller politique de l’eurodéputé Pierre Larrouturou), Eva Sadoun (entrepreneuse), Samuel Grzybowski (fondateur de Coexister) et Cyril Dion (écrivain, cinéaste, militant écologique) en ont perdus leur latin.
Arrivés pour un entretient informel avec le Pape François, ils sont repartis avec la consigne de répandre la bonne parole… révolutionnaire.
Les quatre français avaient obtenus en un temps record une audience sur l’écologie avec le souverain pontif, faveur que l’on doit aux bons liens qu’entretiennent le Pape et l’eurodéputé de gauche Pierre Larrouturou. L’élu, qui n’a pu se rendre à Rome car testé positif au Covid, était représenté par son bras droit Michel Cermak.

Ce rendez-vous, Pierre Larroutou regrettera sans doutes de l’avoir raté tant la discussion a pris une tournure des plus inattendues. Interrogés à la sortie de l’audience par nos confrères de La Croix et Ouest-France, les participants ont détaillé le court mais très révolutionnaire programme papal.

« Le Pape a beaucoup insisté sur le fait que pour lui, la jeune génération était la génération qui pouvait avoir la créativité et la force de faire bouger les choses. Il nous a encouragés à mettre le bazar dans les rues. À faire la révolution, sans confondre le peuple avec les mouvements populistes qui l’inquiètent. » expliquait Cyril Dion visiblement sous le choc.
Il nous a dit “Faites la révolution, faites du désordre. Le monde est sourd, il faut lui ouvrir les oreilles. Il se fie davantage aux citoyens militants, notamment les jeunes et les vieux, qu’aux gouvernements qu’il juge faibles  a poursuivit le réalisateur.

Particulièrement dans la ligne de mire du souverain pontif,  la finance:  “Elle est le brouillard qui trouble les esprits et paralyse les dirigeants ” analyse le Pape. Un message au président Macron? Une mise en garde des dérives du tout-argent? Toujours est-il que la prochaine encyclique risque de déménager.