The Magic Sword !

////

Gros coup de blues ? Bienvenue dans la soirée de Mike, une extravanganza audio-visuelle et cannabique à vous faire oublier que vous êtes confinés avec 47 paquets Penne Rigate et assez de PQ pour faire une piste de luge. Aujourd’hui, un classique de 1962: The Magic Sword.

Nous vivons des jours gris. Des jours chiants. Coincés entre confinement et Pandémie, réseaux sociaux et flash info, un peu comme entre le marteau et l’enclume. Mais ce n’est pas une fatalité et j’ai de quoi vous requinquer en une soirée. Découvrons ensemble un classique de l’Heroic Fantasy, un genre rempli de dragons, de demoiselles en détresse et méchants sorciers. Histoire de vous faire passer une super soirée, nous allons y associer une chanson et une variété de Cannabis.

 

Le film: The Magic Sword

Dans ce film un jeune chevalier, fils adoptif d’une sorcière, doit affronter affronter 7 périples aussi maudits que périlleux avec 7 chevaliers pour libérer une princesse grâce à l’aide de Bayard, le cheval le plus rapide au monde, d’Ascalon l’épée magique et d’une armure impénétrable.

Attention pour apprécier ce long-métrage de Bert I. Gordon (un des maîtres absolus du film de série B), il faut savoir apprécier le charme désuet des effets spéciaux Vintage. Les créatures sont parfois un peu ridicules, mais les effets spéciaux gardent une certaine beauté “Fait-main” qui évoque le cinéma de Michel Gondry et les rendent irrésistiblement charmants, bien que toujours un peu drôles.

La raison est simple: c’est bien joué et toujours très imaginatif. Qu’importe si le dragon est aussi statique qu’un char d’Halloween quand le preux chevalier et sa mère la sorcière donnent tout pour le pourfendre.
Le bestiaire très riche de créatures et de monstres présents, les personnages secondaires géniaux et le grand nombre de répliques cultes (à la manière du génial “Ici au moins le dragon ne mange qu’une princesse par semaine” lancé par le sorcier Lodac) expliquent le statut culte du film. C’est encore à l’heure actuelle une des inspirations principales des fans du jeu de rôle “Donjon et Dragons”.
The Magic Sword c’est avant tout l’occasion de retomber en enfance, de rire de bon coeur et de passer un très bon moment

Vous pouvez regarder gratuitement et légalement le film puisqu’il est tombé dans le domaine public. Comble du luxe, il est même fourni avec les sous-titres en français :

La chanson: Magic Sword – In The Face Of Evil

Ce morceau de Synthwave (tout comme le nom du groupe et leur logo) est inspiré par l’univers de l’Heroic Fantasy et en particulier par notre film du jour.
Grâce à sa mélodie entêtante et mystérieuse, vous pourrez passer des heures à déchiffrer des aventures épiques dans les volutes de fumée de votre joint. Une activité zen et presque mystique qui évoque les invocations et les miroirs magiques des sorciers du film.
Si ce morceau vous rappelle quelque chose, c’est normal, il est apparu dans la bande originale de Thor Ragnarok et de Hotline Miami.

La weed: La Black Magic Kush (entre 15 et 17 % de THC)

Cette variété à dominante Indica est réputée pour ses effets euphoriques et relaxants.
Elle est d’ailleurs idéale si vous rencontrez des problèmes d’insomnie. Grâce à ses arômes fruités avec une touche de terreux et à sa fumée épaisse, elle dégage un mystère tenant presque de la magie noire.

Mike Teeve

Collaborateur mystérieux à la plume acérée et a l'humour noir, Mike est notre spécialiste de la pop culture. La rumeur raconte qu'un agité bien connu des francophones se cacherait derrière ce pseudo.

Previous Story

Confinement et délice !

Next Story

Hommage à Manu Dibango, le « Papa Groove » de l’Afro-Jazz

Latest from Actualité