Green Food

La Ruche qui dit oui!: la place des produits sains, locaux et sans intermédiaire

//

En quelques années, »La Ruche qui dit oui ! » a réalisé une prouesse: celle de connecter directement consommateurs urbains et petits producteurs régionaux. Avec un simple site Web, des points de vente éphémères mais bien situés,  « La Ruche qui dit oui! » réinvente le circuit court pour nous proposer une alimentation saine, durable et équitable.

La Ruche qui dit Oui! (LRQDO) est une plateforme sur laquelle agriculteurs, éleveurs et maraîchers mettent en vente leurs produits, en les proposant aux gens qui habitent les villes de leur région. Fruits, légumes, viandes, fromages, boissons artisanales, tout y est pour remplir sainement son frigo et ses placards. Une fois la commande passée sur le site , elle est livrée dans un point de distribution LRDQO situé à proximité du lieu de résidence du client.

Pour les agriculteurs, qui fixent un nombre minimum de commandes à toutes fins de rentabilité minimum, ce principe permet d’anticiper et de garantir les ventes. Les producteurs touchent 80 % du prix de vente, les 20% restant servant sert à rémunérer le responsable du lieux de vente et la société propriétaire de la marque. A titre de comparaison, si ils passaient par la grande distribution,  ils ne récupéreraient que 6 % du prix de vente. L’avantage du circuit court.

A cette substantielle économie, il faut ajouter celle réalisée sur les charges de gestion des points de vente.
Et c’est là que la plus grande partie des économies sont faites. Si une grande surface ou un petit magasin paient des charges locatives très lourdes, (particulièrement en pleine ville), LRDQO n’en paient quasiment aucunes.. Une salle des fêtes, un local commercial momentanément vide, un hangar ou un tiers-lieux alternatif servent de boutique éphémère. La gestion par les particuliers des points de vente fait parti du fonctionnement de la LRQDO.

Ouverte en 2011 près de Toulouse, la première structure LRQDO a tout de suite séduit, avant de rapidement faire des petits en France, puis en Europe. Aujourd’hui LRQDO compte 1 500 points de distribution sur le vieux continent.

LRQDO, qui est reconnue comme une  Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale, repose sur les trois fondamentaux de l’écologie agricole :
-raccourcir la chaîne de production qui relie paysans et consommateurs,
-assurer des débouchés aux agriculteurs pour qu’ils puissent mieux vivre de leur travail,
-contribuer au développement d’une alimentation saine, locale et de saison, dans une logique de développement durable (les produits vendus dans une Ruche sont tous cultivés ou produits dans un rayon moyen de 50km).

Persuadés que le web pouvait révolutionner l’agriculture et l’alimentation, les fondateurs de LRQDO ont réalisé le tour de force de faire venir les agriculteurs sur la toile et de faire manger des légumes oubliés, chics et par chers à une clientèle urbaine cantonnée aux têtes de gondoles faute d’alternative. Aujourd’hui, LRQDO poursuit son combat pour toujours plus faciliter l’accès à une alimentation saine et bio, qui n’est désormais plus réservés aux boutiques spécialisées hors de prix.

 

LRQDO est présente en France, Suisse, Italie, Espagne, Belgique, Pays-Bas, Allemagne et au Royaume-Uni.
Le site de LRQDO en accès direct ici

 

Thaïlande: de la weed au menu des repas de l’hôpital.

////

Alors que la Thaïlande vient de très largement légaliser le cannabis thérapeutique, un hôpital au sud de Bangkok a revisité son menu pour proposer des plats assaisonnés à la Ganja. A faible teneur en THC mais bien relevés au CBD, les préparations et leurs effets ont déjà conquis patients et praticiens.

En 2018, la Thaïlande devenait le premier pays d’Asie du Sud-Est à légaliser le cannabis à visée médicale.
Depuis, le Royaume s’est lancé dans la production et la commercialisation de weed thérapeutique, avec la ferme intention de ne pas rater le coche d’une industrie mondiale de plusieurs milliards de dollars.
Et même si la consommation de weed à des fins récréatives est toujours pénalement sanctionnée, les feuilles et tiges, qui ont une faible teneur en THC mais un taux de CBD élevé, ont été retirées de la liste des stupéfiants fin décembre.
Depuis le début de l’année, plusieurs fournisseurs agréés, à l’instar des hôpitaux, ont ainsi recours à la belle plante pour donner à leurs plats un petit supplément d’âme.
Au delà de d’effet d’annonce ou du coup de publicité, le corps médical de l’hôpital de Chao Phraya Abhaibhubejhr met en avant les vertus apaisantes et myorelaxantes offertes par le CBD. Jugulé à un faible pourcentage de THC, le CBD, fort de l’effet entourage, a de réels intérêts thérapeutique.

Boeuf sauté à la Ganja.

Au menu du restaurant de cet hôpital situé à environ deux heures de la capitale Thaï, on trouvera par exemple une salade épicée aux feuilles de weed, du pain de chanvre ou du boeuf sautée aux feuilles de cannabis frites.
Point de nouveauté dans ces recettes pour autant: ces plats à la Ganja font parti de l’ancestrale tradition culinaire du pays.
Mais avaient disparus des menus officiel, depuis la prohibition imposée en 1934.

Pakakrong Kwankhao, chef de service dans l’établissement, se félicite de ce retour aux traditions.
Avant que le cannabis ne soit  banni au siècle dernier, “il était utilisé par les Thaïlandais en petites quantités dans la cuisine comme herbe d’assaisonnement et aussi comme remède”, rappelle-t-elle.

Si les feuilles contiennent donc très peu de THC, le restaurant a tout de même pour politique de ne pas en utiliser plus de cinq par patient. “S’ils ont une faible tolérance, ils peuvent choisir le plat qui contient juste une demi-feuille”, poursuit le Dr. Pakakrong Kwankhao, avertissant que les femmes enceintes ou les personnes fragiles devraient éviter le menu où l’herbe est infusée,  et donc un plus forte.
Malgré la très faible quantité de THC dans les plats, la nourriture servie dans ce restaurant “ a de nombreux bénéfices, en particulier celui daméliorer l’humeur, la concentration et la créativité”, assure le Dr. Kwankhao, sans doute la première praticienne à être ravie de déjeuner à la cafétéria.

 

Zeweed avec Reuters

Green food: oubliez la viande, l’avenir est dans le ver.

//

L’insecte est-il l’avenir de notre alimentation ? C’est en tous cas la conviction de la start-up française Ynsect, qui vient d’annoncer son intention produire de la farine de ver à destination de l’homme. Une initiative qui fait suite à l’avis favorable de l’Autorité Européenne de Sécurité Alimentaire (EFSA) sur la consommation de spécialités à base d’asticots ultra-protéinés.

Cet avis émis le 13 janvier ne porte que sur l’insecte entier, ce qui inclue la farine séchée qui est en issue. Pour autant, Ynsect aimerait concentrer ses développements sur la production de farines d’insectes, ou scarabée Molitor, déshuilés pour lequel d’autres avis sont attendus. La start-up a pris les devants et commencé à développer YnMeal : un ingrédient à base de protéines d’insectes déshuilés pour l’alimentation humaine. Un dossier auprès de l’EFSA concernant ce produit a déjà été déposé, et un autre sera bientôt déposé auprès de la FDA, l’agence américaine en charge de ces dossiers.
Ces aliments pourraient être proposés dans les domaines du sport et de la nutrition santé à des fins de régénération musculaire et de performance. Deux secteurs qui semblent prometteurs. La pépite ajoute avoir déjà signé un contrat pluriannuel sur ces marchés. Ynsect attend aussi des avis pour 2021 sur l’autorisation de l’utilisation des protéines d’insectes dans l’alimentation des volailles et les porcs.

Bilan carbone zéro: quand le ver est vert

« Si nous voulons nourrir la planète à horizon 2050, nous devons produire 70% de plus et cela avec seulement 5% de terres disponibles. Il est temps de valoriser des alternatives permettant de produire plus et mieux », explique Antoine Hubert, CEO d’Ynsect, dans un communiqué. La start-up a donc développé un concept de ferme verticale lui permettant d’élever les insectes en grande quantité, à commencer par le Tenebrio Molitor ou vers de farine, qui est une espèce de scarabée riche en protéines.
La production d’insectes nécessite, pour 1kg de protéines, 100 fois moins de surface agricole qu’1kg de protéines animales et nettement moins d’eau, constate la start-up. La majorité de l’élevage est transformée afin de produire les aliments souhaités et certains scarabées sont conservés à des fins de reproduction.

Vous l’aurez compris, l’assiette de demain sera très différente de celle d’aujourd’hui. Une transition qui s’avère indispensable si nous voulons avoir à quelque chose à mettre dans la marmite après-demain.

 

 

Ze recette : le tofu au chanvre.

/

Dans le cadre de l’émission « on va déguster »,  diffusée sur France Inter dimanche 1er novembre et disponible en intégralité ici, Linda Louis était venu présenter aux auditeurs français son livre « Super Chanvre et CBD ». L’occasion pour la passionnée de botanique de partager sur le site de cette fantastique radio hexagonale une recette de tofu au graines de Cannabis Sativa L.
Enjoy !

 

Pour faire 300 grammes de tofu de weed il vous faudra:

  • 150 g de graines de chanvre décortiquées
  • 150 g d’eau
  • 1 pincée de sel
  • 1 feuille de chanvre (optionnelle)

Et mettre la main à la pâte :

Mixez les graines de chanvre avec l’eau et le sel jusqu’à l’obtention d’une pâte bien onctueuse.

Tapissez le fond d’un petit moule en Inox® (carré 15 x 15 cm ou rond, de type tiffin – lunch box indienne en Inox® empilable) d’une feuille de papier sulfurisé légèrement huilée. Versez-y la crème de chanvre. Si vous avez des feuilles de chanvre fraîches dans votre jardin, posez-en une dessus.

Faites cuire à la vapeur pendant 15 minutes. Il est important de couvrir avec un couvercle bombé pour que les gouttes d’eau ne tombent pas sur la crème de chanvre. Si vous avez un couvercle plat, utilisez cette technique japonnaise : tendez d’abord un torchon sur la casserole puis posez le couvercle par-dessus.

Vérifiez la cuisson du tofu qui doit être ferme et rebondissant au toucher. Sortez le moule et laissez refroidir.

À l’aide d’un couteau pointu, décollez les bords puis démoulez le tofu.

Retirez la feuille de papier sulfurisé.

À ce stade, le hempfu peut être cuisiné directement car il est très ferme.

Placez-le sinon au réfrigérateur dans une boîte hermétique (ou dans le moule de cuisson).

 

Bon App’!

 

Linda Louis, Super Chanvre et CBD, éditions Alternatives, 18,95 CAD $

 

Vuna: le (faux) thon écologiquement bon ton

//

Ça ressemble à du thon, ça a le goût et l’odeur du thon, mais c’est pas du thon! Voici « Sensational VUNA », soit une préparation végétale made in Nestlé. Uniquement disponible dans les rayonnages Suisse pour le moment, le thon sans thon sera disponible en Europe et au Canada avant la fin de l’année. En ajoutant à son portefeuille de produits vegan le faux poisson rouge, Nestlé affiche clairement son intention d’attaquer le prometteur marché des protéines alternatives.

De plus en plus de consommateurs réduisent désormais leur consommation de poisson. Des problèmes tels que la surpêche dans les océans, la contamination par les métaux lourds et les questions du bien-être animal en sont des raisons possibles. Avec le « Sensational VUNA », Nestlé leur apporte une solution et leur permet de bénéficier d’une alternative au poisson à base végétale pour affiner leurs plats. Le « Sensational VUNA » est produit à base de seulement six ingrédients. L’un des principaux composants est la protéine végétale de pois avec ses acides aminés essentiels. De plus, il ne contient aucun agent conservateur ni colorant artificiel. Cette alternative au thon est similaire à l’original en ce qui concerne son goût, son aspect et sa texture. Il est disponible emballé dans du verre au rayon frais et est prêt à être consommé dès l’achat. Il se prête par exemple à la préparation de salades, de sandwich, en accompagnement sur une pizza ou avec d’autres plats.

C’est en Suisse, dans le Centre de Recherche Nestlé à Lausanne, que l’idée de fabriquer une alternative au thon à base végétale a germé et donné naissance au « Sensational VUNA » grâce au développement d’un procédé d’extrusion spécial, qui est également utilisé pour la production d’alternatives à la viande à base végétale. Grâce à cette technique, l’alternative au thon a pu être lancée en seulement neuf mois. Pour favoriser un lancement rapide, le produit est fabriqué dans l’unité de recherche de Nestlé à Singen, qui est spécialisée dans le développement de produits à base végétale et qui est très impliquée dans le processus d’innovation d’alternatives à la viande comme les burgers à base végétale ou encore les saucisses.

« Sensational Vuna » est disponible dans les COOP de la confédération Helvétique. Prix: 6,95 CHF

Protéine de chanvre : Nouvelle star des supers aliments

////

À la question « pourquoi faut-il consommer des protéines de chanvre ? », on aimerait pouvoir répondre rapidement.  Mais étant la meilleure source végétale de protéines sans gluten, cumulant entre autres des bienfaits anti-fatigue et créateur de muscle, les mille facettes du chanvre ne s’expliquent pas en une phrase.  Passage en revue des super pouvoirs de la protéine de chanvre.

L’autre jour, je faisais mes courses dans un de ces magasins Healthy qui m’attirent de plus en plus.
C’est devenu un nouveau petit plaisir du quotidien : entrer dans une enseigne bio, un tot bag sous le bras et prendre le temps de fouiller entre les baies de goji et les infusions, pour dénicher le nouveau produit star de ma cuisine.

Lorsqu’il s’agit de trouver la prochaine huile, poudre, graine ou tisane qui m’aidera à prendre soin de mon corps maltraité par les particules fines, la cigarette, les fast-foods, le stress, l’alcool et la pilule, j’ai tout mon temps.  Je commence à avoir tout essayé, et je m’apprête à racheter de la spiruline, ou des graines de lin, quand je tombe sur ce qui est désormais mon nouveau meilleur ami : un beau sachet  vert, renfermant 250 grammes de protéines de chanvre.

Disponible à l’achat ici.

 

Le chanvre, ce n’est pas seulement cette plante à cinq feuilles que l’on retrouve affichée aux quatre coins de la Jamaïque : c’est également une protéine végétarienne absolument parfaite pour les sportifs.
Riche en fibres alimentaires (de quoi apporter jusqu’à 30% des apports journaliers recommandés), en acide gras essentiel, en oméga 3 et 6 et en minéraux, et avec plus de 20 acides aminés au compteur, la protéine de chanvre multiplie les bienfaits.
Le système nerveux est protégé, les articulations aussi, et le bon fonctionnement des cellules est assuré.
Une alliée quotidienne, surtout si l’on cherche à améliorer sa forme physique : la protéine de chanvre contribue à la construction, au développement et à l’augmentation de la force musculaire, de quoi aider à atteindre ses objectifs sportifs.
Amatrices de yoga, footballeuses, étudiante ou jeune active en manque de temps pour se rendre à la gym, ou maman débordée, la protéine de chanvre est donc votre amie.
D’autant que son absence de gluten n’engendre aucune difficulté digestive, quel que soit votre régime, ou vos habitudes alimentaires.
Pour obtenir ce produit, le chanvre est d’abord transformé en farine, puis en poudre de protéines naturelles, de quoi maintenir le coeur en parfaite santé, et d’apporter une dose considérable de vitamines et de minéraux à l’organisme. Entre le calcium, le fer, le magnésium, le zinc, le cuivre, le phosphore et bien d’autres, la liste est longue. Une seule chose à retenir donc : les protéines de chanvre garantissent une meilleure santé et un système immunitaire de compétition.
Un achat malin alors que les températures baissent, et que l’on s’apprête à entrer dans les mois d’hiver.
Et pour ceux qui ne souhaitent pas ingérer de THC, pas de panique, la protéine de chanvre a beau provenir de la marijuana, pas de défonce possible. La quantité d’agents psychotrope et si infime, qu’il est rigoureusement impossible d’avoir l’esprit altéré.
Une protéine miracle, plus facile à consommer qu’il n’y parait, car non, pas de panique, il ne s’agira pas d’essayer d’avaler péniblement une poudre à la petite cuillère.
Les options sont multiples : ajoutées à une soupe, à un plat en sauce, incorporées à des cakes, des muffins, ou même de la pâte à crêpe, les protéines de chanvre sont faciles à ajouter à un grand nombre de recettes.