Pourquoi les astronomes détestent Elon Musk.

////

Le créateur des Tesla veut noircir le ciel de satellites artificiels. De quoi accroître la production de déchets spatiaux et la pollution lumineuse.

L’avez-vous vu ? Chaque soir ou presque, on voit défiler dans le ciel un train d’astres brillants. Une véritable chenille d’étoiles filantes. Rien de naturel à cela. Ce moment d’émerveillement vous est offert (pour une fois) par Elon Musk.

Le bouillant créateur des voitures électriques Tesla est aussi l’heureux propriétaire de SpaceX, l’un des plus actifs constructeurs de fusées de la planète. Depuis quelque temps, la société californienne expédie, par palanquée de 60, des groupes de satellites de télécommunications à des altitudes comprises entre 300 et 1000 km.

Internet à haut débit

L’objectif poursuivi par les équipes d’Elon Musk est de constituer le plus important réseau de petits satellites de télécom gravitant autour de la planète. Un outil indispensable pour offrir au plus grand nombre de terriens un accès à l’Internet à haut débit. Ce réseau Starlink pourra sans doute aussi favoriser la géolocalisation des voitures autonomes que se promet de construire le milliardaire sud-africano-canadien américain.

Les quelques centaines d’engins signés SpaceX ne sont pas sans causer quelques problèmes. L’arrivée de chaque satellite dans la proche banlieue de la terre génère des déchets spatiaux (débris de lanceurs) qui en se déplaçant à très grande vitesse peuvent mettre à mal d’autres satellites. Certains hublots de la station spatiale internationale sont criblés d’éclats. Des résidus spatiaux ont endommagé l’un de ses panneaux solaires. Les cosmonautes ont dû intervenir.

Déchets spatiaux et dangereux

Pour offrir du réseau à toute la planète, la galaxie Starlink devra comporter plusieurs dizaines de milliers de satellites. Le fan de David Bowie prévoit d’en expédier sur orbite 12.000 d’ici à 2025. À terme, le dispositif en comptera trois fois plus. C’est là que les ennuis commencent. Car, autour de la planète, a fortiori en orbite basse, la place n’est pas infinie.

Depuis Spoutnik 1 (en 1957), les agences spatiales russe, européenne, américaine, chinoise, japonaise ou indienne ont lancé 9000 engins, dont beaucoup tournent encore, à défaut d’être actifs. Dans certaines régions du ciel, notamment à proximité immédiate du globe, on frise l’embouteillage. Et l’arrivée des bébés Musk n’arrange rien.

En septembre 2019, ses opérateurs ont dû modifier la trajectoire du satellite européen Aeolus pour lui éviter d’être percuté par un satellite Starlink hors service. Le phénomène risque de se reproduire. Selon les calculs de trois astrophysiciens italiens, le déploiement de Starlink va tripler le nombre de déchets spatiaux qui souillent notre espace proche.

Orbite basse

Cette estimation déplait en haut lieu. Les militaires apprécient particulièrement les orbites basses pour y placer leurs satellites-espions et, depuis quelques années, les satellites tueurs de satellites-espions. Les agences scientifiques et spatiales se réservent quelques emplacements pour leurs plateformes de surveillance de la terre.

Demain, on contrôlera depuis l’espace les émissions de gaz à effet de serre des usines et des champs. Bref, tout le monde guigne les meilleures places. Mais personne ne peut empêcher le père de X Æ A-12 de placer ses merveilles de technologie là où il le souhaite. Et surtout pas le traité de l’espace de 1967.

Et cela chagrine bien les astronomes. Les scientifiques craignent que la pollution lumineuse provoquée par les engins siglés Starlink ne perturbe leurs observations du ciel. Un risque pris au compte par la compagnie américaine. Celle-ci a expédié un satellite peint en noir au-dessus de nos têtes. Il est tout aussi lumineux que ses petits camarades.

Volodia Opritchnik

ZEweed

Green Culture

Previous Story

Joesy Whales co- créateur de la Gorilla Glu est décédé.

Next Story

Le cannabis contre le coronavirus ?

Latest from Actualité