L’histoire d’une plante : l’arrivée du cannabis en France.

///

Chaque semaine, Mike vous raconte un fait historique autour du Cannabis. Pour ce numéro, on vous raconte comment notre plante verte est arrivée en France.

Jusqu’en 1800 le chanvre n’était utilisé que par les militaires en France pour en faire des cordages et des voiles grâce à ses fibres.
La toute première mention du haschisch (la résine de Cannabis) et de ses effets psychotropes dans l’histoire française vient de Napoléon. Suite à une tentative d’assassinat par un Egyptien sous l’influence du cannabis, il décrète: “L’usage de la liqueur forte faite par quelques musulmans avec une certaine herbe nommée haschisch ainsi que celui de fumer la graine de chanvre est prohibé dans toute l’Égypte.
Une interdiction, ne s’appliquant qu’au territoire Égyptien, qui pique la curiosité d’un aliéniste (le nom donné aux psychiatres avant la naissance de la psychanalyse moderne) en voyage en Égypte: Joseph Moreau de Tours.

 

Joseph Moreau de Tours.

Il expérimente alors le produit, et découvre ses effets psychotropes. Joseph parle dans ses notes d’un produit capable de mettre des personnes en bonne santé dans des états qui évoquent le rêve, voire la folie.
Son idée est simple: puisqu’une personne saine est atteinte d’une forme de “folie” quand elle fume, ne serait-il pas possible de la soigner grâce au produit des gens “anormaux” (atteints de maladies mentales) grâce au produit? En bref de soigner le mal par le mal.


Une réflexion loin d’être absurde, car l’une des recherches les plus porteuses pour lutter contre la dépression en 2019 est basée sur l’utilisation de microdoses de LSD (avec le soutien très appuyé du défunt
Steve Jobs, grand défenseur du produit). La différence, de taille, étant que les patients sont maintenant volontaires. Les scientifiques de l’époque, eux, faisaient leurs tests sans aucune permission et avec de très grandes quantités sur de pauvres bougres internés en hôpital psychiatrique.

Théophile Gautier (un très grand auteur français dont on vous conseille le superbe La morte amoureuse) découvre le Cannabis auprès de Joseph. Un produit qui le séduit grandement, et le pousse à créer un groupe clandestin: le club des haschischinsLa première règle étant évidemment qu’on ne parle pas du Club.
Parmi les membres on compte: Balzac, Nerval, Flaubert, Dumas, mais aussi Delacroix, Daumier ou Baudelaire.
Enfin bref, assez de grands noms pour faire taire tous les profs de français vous ayant déjà reproché d’être arrivés avec les yeux rouges. La joyeuse bande se retrouve dans un appartement de l’île Saint-Louis pour fumer, mais aussi pour consommer de la confiture de cannabis: le dawamesc (obtenue en mélangeant la plante avec des aromates). Une merveille, très dosée en THC dont la recette est venue d’Algérie, et que nous chercherons à préparer très bientôt. L’auteur de cet article ayant prévu de faire sa propre version qu’il se fera un plaisir de vous présenter.

Le club des hashischins.

Le groupe va ensuite se séparer suite à un Bad trip de Gauthier, l’auteur ayant décidé que le produit est dangereux. Si le club n’a existé que 5 ans (de 1844 à 1849), son impact sur la culture française est indéniable. Il a inspiré des poèmes à Nerval, un roman fantastique à Gauthier et de très nombreuses peintures à Delacroix. On retiendra en particulier Baudelaire et son chef-d’oeuvre les Paradis artificiels qui toujours d’actualité presque deux siècles plus tard.

Encore aujourd’hui, le club inspire des artistes dont Philippe Cohen Solal que nous avons rencontrés et que vous pouvez retrouver juste ici, sur votre site préféré.

 

Mike Teeve

close

Ne ratez rien de l’actualité du chanvre et du CBD, inscrivez-vous à la Zeweed Newsletter!

Collaborateur mystérieux à la plume acérée et a l'humour noir, Mike est notre spécialiste de la pop culture. La rumeur raconte qu'un agité bien connu des francophones se cacherait derrière ce pseudo.

Previous Story

Des tampons infusés au cannabis pour soulager les filles en fleurs !

Next Story

Uruguay : À quoi ressemble le commerce du cannabis ?

Latest from Culture

Le Fantastic Mr Murray

Incarnation sublime du décalé décalqué, toujours au centre de l’action mais toujours à côté de la