L’histoire d’une plante : Le premier joint des Beatles.

////

Chaque semaine, Mike vous raconte un fait historique autour du Cannabis. Cette semaine, on vous raconte l’histoire du premier joint des Beatles.

Nous sommes en 1964, John, Paul, George et Ringo sont en voyage aux États-Unis pour leur première tournée américaine. Le 9 février 1964, ils jouent pour le Ed Sullivan Show et 73 millions de téléspectateurs assistent à l’événement. Les Beatles sont jeunes (ayant tous aux alentours de 20 ans) et sont encore assez innocents.
La tournée met beaucoup de pression sur les Fab Four (leur surnom pour la presse anglaise). Presque chaque soir, de début août à fin septembre, ils jouent devant des dizaines de milliers de fans déchaînés et sont poursuivis par des Paparazzis, Ringo reçoit même une lettre de menace de mort.

Heureusement, le 28 août 1964 c’est la rencontre de Bob Dylan et des Beatles au Delmonico Hotel de New York. C’est un ami commun Al Aronowitz qui les présente afin que Dylan, âgé à l’époque de 23 ans, puisse leur donner quelques conseils. Bob Dylan, qui vient de sortir son troisième album “Another side of Bob Dylan” est déjà reconnu comme un grand poète Folk. Il avait d’ailleurs refusé de jouer au Ed Sullivan Show pour ne pas être censuré, toujours soucieux d’être libre dans son propos d’homme du peuple.

Dylan commande du vin bon marché et propose à la bande de fumer un joint tous ensemble en attendant. Les Beatles et leur manager Brian Epstein se regardent confus et ce dernier avoue finalement: Nous n’avons jamais fumé de Cannabis
Dylan est très surpris “Mais alors c’est quoi cette chanson où vous parlez d’être High?”
Il poursuit en chantonnant:  “and when I touch you, I get high, I get high.‘”
Lennon, gêné, explique qu’il ne s’agit pas des bonnes paroles et que dans “I want to hold your hand” ils disent en fait “I can’t hide” (qui signifie être incapable de se cacher).

Dylan est enthousiaste à l’idée de leur faire fumer leur premier joint, et une fois la chambre préparée, à l’aide de serviettes glissées sous la porte d’entrée, il se charge de rouler.
Ringo ne connaissant pas l’étiquette d’un bon fumeur, fume l’intégralité par lui-même et provoque l’hilarité de Dylan.
Il choisit finalement de rouler un joint pour chacun des Beatles pour qu’ils puissent profiter à leur rythme de l’expérience.
Depuis ce jour, marqués par le rire de Dylan, les Beatles utilisent “Let’s have a laugh”  (“Rions un peu” en français) comme nom de code pour leurs parties de fumette.

La weed devient indispensable pour nos amis si bien qu’en 1965, sur le tournage de leur film Help!, il leur arrive très souvent d’être tellement stone qu’ils en oublient leurs répliques avant d’éclater en fou rire.
Comme ils le diront dans leur chanson culte “With a little help from my friends”: “Yeah I get high with a little help from my friends”.  Après tout, quelle meilleure occasion de fumer qu’entre amis.

 

Mike Teeve

Ne ratez rien de l’actualité du chanvre et du CBD, inscrivez-vous à la Zeweed Newsletter!

Collaborateur mystérieux à la plume acérée et a l'humour noir, Mike est notre spécialiste de la pop culture. La rumeur raconte qu'un agité bien connu des francophones se cacherait derrière ce pseudo.

Previous Story

L’histoire d’une plante : Le premier stoner à la télévision.

Next Story

Canopy Growth : nouvel empereur du cannabis.

Latest from Culte

Jack Black, Tenacious Dude

Bien qu’encore décriée, l’herbe peut se targuer d’avoir un certain nombre d’ambassadeurs parmi les figures médiatiques.