France : Le secrétaire d’État Gabriel Attal « favorable » à un débat autour de la légalisation.

/////

Invité hier par Jean Jacques Bourdin sur BFMTV, le secrétaire d’État à la Jeunesse et à l’Éducation s’est dit favorable à un débat sur la légalisation du cannabis en France. Un changement de cap et de discours de la part d’un exécutif qui, il y a trois mois, campait encore sur des positions anti-ganja. Décryptage.

Le secrétaire d’État à la Jeunesse et à l’Éducation Gabriel Attal s’est dit mercredi 15 janvier « favorable à un débat » sur la légalisation du cannabis en France.

Interrogé par Jean-Jacques Bourdin lors de la quotidienne matinale « Bourdin Direct », Gabriel Attal , sans jamais utiliser le mot récréatif, a aussi estimé que la question « mérite un vrai débat. On est un des pays les plus répressifs et en même temps un des pays où les jeunes fument le plus, notamment en Europe, ce sont, je crois, 40 % des jeunes qui ont expérimenté le cannabis. C’est un sujet qui mérite un vrai débat et je me réjouis qu’une mission parlementaire en parle à l’Assemblée nationale, car il faut aborder tous les sujets ».

Une position et des propos qui, de la part d’un membre de l’exécutif, et alors qu’une mission d’information sur les usages du cannabis vient d’être lancée, sonnent comme un début de promesse électorale à l’horizon 2022.  

Ici le Débat (à partir de 3:07)

Des propos qui font aussi rebond avec ceux de Jean Baptiste Moreau, (voir notre article du 10/2/19) député de la Creuse et rapporteur de ladite mission d’information sur les usages du cannabis, qui a été lancée avant-hier mardi 14 janvier.

La mission d’information se penchera sur trois axes : le chanvre bien-être (fleurs de cannabis fortes en CBD, contenant moins de 0.2% de THC), le cannabis thérapeutique et enfin le cannabis récréatif.

Le secrétaire d’État, qui n’a jamais cité le mot « récréatif » à l’antenne, a aussi estimé que le débat devait « se fonder sur les questions de la santé publique, de la sécurité et de la prévention. L’enjeu principal est celui de la prévention. On ne peut pas se dire « il faut légaliser », sans se poser la question de comment on l’accompagne ». En bref : légaliser, oui, mais de façon responsable.

Vivement 2022.

Alexis

Alexis

Journaliste, peintre et musicien, Alexis est un homme curieux de toutes choses. Un penchant pour la découverte qui l'a amené à travailler à Los Angeles et à Londres pendant une dizaine d'année. Revenu en France, l'oiseau à  plumes bien trempées s'est posé sur la branche Zeweed en 2018.  Il est aujourd'hui en charge du bureau français.

Previous Story

États-Unis : les 14 États qui devraient légaliser en 2020.

Next Story

Joint vert sur fond blanc : Fumer en haut des pistes de ski.

Latest from Actualité