En Uruguay, la consommation de cannabis légal dépasse celle issue du marché noir.

/

10 ans après la légalisation du cannabis en Uruguay, la weed provenant de commerces légaux et de cultures autorisées approvisionne désormais une majorité de consommateurs.

Les données menant à cette conclusion, publiées par l’Instituto de Regulacion y Control del Cannabis (IRCC), sont basées sur une enquête réalisée auprès des consommateurs entre août et septembre 2022.

Les résultats de l’enquête chiffrent à 250 000 le nombre de consommateurs de cannabis âgés de plus de 18 ans (âge légal d’accès), soit environ 7 % de la population totale et de 10% des quelque 2,6 millions d’Uruguayens qui ont l’âge légal d’accès.

L’Uruguay a légalisé le cannabis en 2013, mais n’a ouvert la vente au détail qu’en juillet 2017. Les consommateurs ont trois options : acheter du cannabis dans les quelques dizaines de pharmacies autorisées, cultiver leur propre cannabis ou faire partie d’une coopérative type social club où les membres partagent les fruits et fleurs de leurs cultures.

En 2021, 56% du cannabis consommé en Uruguay provenait d’un circuit légal.

Bien que peu de pharmacies aient initialement acceptées de vendre du cannabis aux Uruguayens aficionados de ganja , ce nombre n’a cessé de croître depuis quelques années, entrainant une augmentation des ventes.

Techniquement, le cannabis disponible en pharmacie est vendu en paquets de 5 grammes, avec une limite de 40 grammes par mois/consommateurs. Au 1er février, le prix d’un paquet de 5 grammes de fleurs de cannabis séchées en pharmacie était fixé à 390 pesos uruguayens, soit environ 8 euros. L’achat mensuel moyen en pharmacie en 2021 était d’environ 15 grammes.
Les consommateurs peuvent choisir parmi quatre variétés de cannabis différentes vendues dans des sacs de cinq grammes appelés Alfa I, Alfa II, Beta I et Beta II, avec environ 2 % de CBD et 9 % de THC, selon la variété.

Au 31 décembre 2021, 47 515 personnes étaient enregistrées pour acheter du cannabis dans les pharmacies, tandis que 13 441 étaient enregistrées pour cultiver le leur, et 7 032 autres pour faire pousser de l’herbe à usage personnel dans l’un des 220 collectifs de culture du pays.
De janvier à décembre 2021, il y a eu une augmentation de 11 % du nombre de personnes inscrites sur le marché réglementé et une augmentation de 31 % du nombre de personnes inscrites dans un club/une coopérative en pleine croissance.

L’auto-culture autorisée : une solution simple et efficace pour endiguer le marché noir

Bien que les données de l’enquête montrent que seulement 29 % des sondés ont déclaré avoir accès au cannabis par des voies légales, cela représenterait 39 % du marché total, juste pour les achats.
Parmi ceux qui ont répondu au sondage, 43 % ont déclaré l’avoir partagé avec leurs amis et leur famille.

Des chiffres qui sont à conjuguer avec ceux de l’auto-culture. En incluant le marché de la culture à usage personnel,  les ventes et production légales de cannabis représenterait 56 % du marché.
Dans ce pays d’Amérique du sud où l’économie parallèle est un sport national, un tel résultat démontre une fois de plus que la légalisation contrôlée de l’herbe n’est pas un enfumage idéologique.

Ne ratez rien de l’actualité du chanvre et du CBD, inscrivez-vous à la Zeweed Newsletter!

Journaliste, peintre et musicien, Kira Moon est un homme curieux de toutes choses. Un penchant pour la découverte qui l'a emmené à travailler à Los Angeles et Londres. Revenu en France, l'oiseau à plumes bien trempées s'est posé sur la branche Zeweed en 2018. Il en est aujourd'hui le rédacteur en chef.

Previous Story

Ce que Michel Foucault pensait de la weed.

Next Story

Hannah Deacon, maman militante.

Latest from Société

Front popul’herbe

Alors que le résultat des législatives redessine le paysage politique français en faveur du Front Populaire,