Édito: La France à l’amende.

//

En déplacement à Nice, Jean Castex a annoncé hier la mise en place d’une amende forfaitaire de 200 euros pour toute infraction à la législation de 1970 sur l’usage de stupéfiant. Entendre par usage le fait d’être simple consommateur.
Une chouette nouvelle ? Pas vraiment.
A ne pas confondre avec l’initiative de 2018 qui consistait à verbaliser uniquement les consommateurs de weed, le premier arrêté choc de l’ère Castex laisse perplexe.
Et en dit long sur la capacité du gouvernement à appréhender correctement l’inévitable et profitable légalisation de la belle plante.
Au delà de mettre dans le même sac cocaïne, héroïne et Ganja, schéma que l’on pensait relégué aux siècle dernier et qui laisse à penser qu’un grand travail d’information est nécessaire envers les législateurs du moment, l’annonce est des plus décevante.
Décevante donc parce qu’elle rend compte de l’incapacité du gouvernement à avoir une vista précise de la question weed, réduisant le débat à l’infraction, la même infraction que celle qui sanctionnera le fumeur de crack serré à Barbès.
Décevante aussi parce qu’elle place le débat cannabique sur un terrain politico-sécuritaire qui renvoie directement à Bercy : sur une voie de garage payante.
Décevante encore parce qu’elle est un non-sens auquel la Suède et le Portugal se sont heurtés avant de finalement renoncer à verbaliser : que faire de  ceux qui, dans les quartiers défavorisés n’ont que la weed pour gagner leur vie et cumulent des amendes qu’ils ne peuvent payer même sur saisie ? Les jeter en prison? Mettre « un pognon de dingue » en frais judiciaires de suivi ? Imposer des injonction thérapeutique tout aussi couteuses et peu efficaces?
Décevante enfin car elle montre l’incapacité de l’Exécutif à engager une dynamique que toute la filière chanvre manifeste ainsi que  plusieurs tribunes et une opinion favorable à 51% plaident : celle d’une légalisation responsable du cannabis.
A ce possible signe d’ouverture et d’une belle opportunité de croissance que d’aucun aurait pu estimer légitime après le succès des écologistes aux Municipales, le gouvernement aura choisi une politique de circonstance bleu foncé.
A quand la vraie vague verte ?

Alexis

Journaliste, peintre et musicien, Alexis est un homme curieux de toutes choses. Un penchant pour la découverte qui l'a amené à travailler à Los Angeles et à Londres pendant une dizaine d'année. Revenu en France, l'oiseau à  plumes bien trempées s'est posé sur la branche Zeweed en 2018.  Il est aujourd'hui en charge du bureau français.

Previous Story

Les distributeurs de bonheur débarquent en France!

Next Story

Bob Marley : naissance d'une mission

Latest from France