Sexe, CBD, THC,

Sus à la débandade avec le CBD!

//

Dans un monde aussi flippant que flippé, de plus en plus de couples ont mis leur bien-être sexuel entre parenthèse, la faute au stress. Le CBD, lui, se pose comme le relaxant naturel du siècle. Le cannabis mettra-t-il fin à la crise (de fesse) ?

C’est la débandade chez les homme ! tout de moins est-ce la conclusion d’une étude Louis Harris portant sur ce sexe que l’on dit fort. Nous autres mâles y apprenons, la queue entre les jambes, que deux hommes sur cinq seraient concernés par des dysfonctionnements érectiles. Mené auprès de 1 000 questionnés de 25 à 40 ans, le sondage précise que  39 % des interrogés  ont connu un rude coup de mou.
Face à des chiffres qui appellent à la plus grande fermeté, plusieurs solutions, dont le cannabidiol (CBD).
Explications : l’anxiété est, dans les pays développés, la principale cause de dysfonctionnement érectile. Une angoisse de la performance qui s’invite entre les draps au point de devenir la première raison de non-bandaison, avant âge et maladie. Heureux hasard, le CBD et le THCn  aussi connus pour être désormais plus célèbre que le Christ (voir notre article) , ont des vertus relaxantes et apaisantes prouvées .

Bon pour les lève-tard

Si la molécule n’est pas la seule à pouvoir se targuer de telles propriétés, elle est la seule sans effet secondaire contre-productif comme l’alcool ou les anxiolytiques qui vous plongeront tout droit dans les bras… de Morphée. Et surtout, contrairement aux deux décontractants précités, le chanvre n’est pas addictif. Quant au Viagra, son prix prohibitif et ses effets indésirables fréquents (maux de tête, vertiges, troubles digestifs, accidents cardio-vasculaires) en auront refroidi plus d’un.
Pas d’accoutumance, pas de dose à ne pas dépasser, cliniquement prouvé pour être un redresseur de tords, inviter les cannabidiol entre vos draps peut être une bonne idée pour renouer avec les soirées coquines.

Bon pour les couche-tôt

Fermement efficace pour ceux qui n’arrivent pas à se lever à l’heure, le cannabis est aussi une bonne idée pour les couche-tôt: nous parlons ici d’éjaculation précoce.
Une étude commandée par GW auprès de 5398  Américains dévoile que les participants prenants du CBD avaient un rapport qui duraient  31 % plus longtemps que d’accoutumer, et que 33 % des femmes atteignaient l’orgasme plus rapidement. Une assez bonne nouvelle en termes de synchronisation pour les grands sentimentaux qui peinent à freiner leurs effusions de joie.
Une propriété « retardateur » du CBD  qui fut découverte par surprise,  nous explique le New England journal of Medicine, alors qu’un groupe de scientifiques menait une étude visant à confirmer les vertus antiépileptiques de l’alcaloïde miracle. Des propriétés antispasmodiques et myorelaxantes qui, à l’instar des antiépileptiques chimiques, sont une très bonne parade aux élans trop vites emballés.

Y’a pas de mal.

En 2015, le  Pr Debby Herbenick et ses collègues de l’université de l’Indiana et du Texas se sont penchés sur le douloureux problème des rapports qui font mal.
Commandée en 205 par le National Institut of Health Américain et menée auprès de  1700 personnes, l’étude fait état d’une vraie gène puisque l’on y apprend que plus d’une femme sur quatre (27,6 %) a eu des rapports douloureux et que 16% en ont toujours. Non sans stoïcisme puisque la moitié des femmes ne signalent pas à leur partenaire qu’elles ont eu mal en faisant du bien.

En Amérique du Nord, deux femmes sur trois ont déjà utilisé un lubrifiant lors de rapports, avant tout «pour le plaisir» pour les moins de 40 ans.
D’ailleurs 85 % des femmes estiment que les lubrifiants rendent le sexe plus agréable, 69 % qu’ils augmentent l’excitation et 56 % qu’ils facilitent l’orgasme. La situation est à peu près la même pour les hommes, sauf peut-être pour les moins de 25 ans qui ne sont qu’un sur deux à en utiliser.

Une consommation de lub’ qui a explosé avec l’arrivée des gels au CBD, tant les résultats sont efficaces. Médicalement, le CBD favorise et améliore la circulation sanguine et stimule la lubrification naturelle, appui une série de tests menés par le Journal of Experimental Medicine en 2012. Son côté anti-inflammatoire et analgésique est aussi apprécié en cas de fougueux ébats. De quoi redonner envie de se faire plaisir toute la nuit.
Est-ce l’une des raisons du succès du CBD chez les seniors suisses?

Booster d’orgasme ?

L’étude du New England Journal of Medecine fait aussi part d’une autre donnée invitant les hommes à la plus grande humilité: sur 2699 femmes sondées,  seules 29 % atteindraient l’orgasme (durant un rapport à deux).
Une statistique qui n’a heureusement rien de définitif puisque le même groupe de chercheur nous informe qu’après avoir consommé de la ganja, 76 % des femmes estimaient avoir eu un orgasme plus intense.

En 1974, l’Organisation mondiale de la Santé inscrivait ceci  dans sa charte « L’individu possède des droits fondamentaux, dont le droit à la santé sexuelle et au plaisir, et le pouvoir de contrôler son activité sexuelle et reproductrice en fonction d’une éthique sociale personnelle ».
Le cannabis se pose aujourd’hui comme l’un des plus remarquables alliés de notre épanouissement sexuel ainsi qu’un remarquable aphrodisiaque naturel.
Il n’appartient désormais  plus qu’aux gouvernements encore récalcitrants de légaliser le plaisir.

 

Journaliste, peintre et musicien, Alexis est un curieux homme curieux de toutes choses. Un penchant pour la découverte qui l'a amené à travailler à Los Angeles, New York ou Londres pendant une dizaine d'années. Revenu en France, l'oiseau à plumes bien trempées s'est posé sur la branche Zeweed en 2018. Il en est directeur des rédactions.

Previous Story

L’Uruguay, nouvel eldorado des chasseurs de graines ?

Next Story

Growing: Comprendre la génétique du cannabis pour en tirer le meilleur profit.

Latest from CBD

La beauté avance masquée

Notre journaliste conso-beauté Tallulah, lève le voile sur son dernier secret beauté: les masques au cannabiniol.

Cannabis et addictions

« Légaliser pour mieux encadrer », c’est la réponse à la question de santé publique des pays ayant