Le cannabis à la rescousse des travailleurs?

/

Selon l’OMS, nous serions environ 1.71 milliard à être atteints musculo-squelettiques (TMS). L’immobilité imposée de ces derniers mois n’aura rien arrangé: entre la position assise prolongée devant les écrans et la manipulation répétée de la souris ou du smartphone, le dos, la nuque et le poignet ont été mis à très rude épreuve. Alors que le cannabis thérapeutique est légalisé dans la plupart des pays, Zeweed fait le point sur son efficacité pour soulager les TMS. La ganja bientôt recommandée par la médecine du travail?

Les troubles musculo-squelettiques plus connue sous l’acronyme TMS, regroupent un ensemble de maladies qui touchent les os, les vertèbres, les ligaments, les tendons et les muscles de tout le corps. On peut donc souffrir de pathologies bien différentes : cervicalgies, lombalgies, tendinites des épaules, des coudes ou encore syndrome du canal carpien (affection du poignet) qui se manifestent généralement par des douleurs localisées mais parfois aussi par de la raideur, de la  maladresse ou encore une de perte de force. Finalement, tous ces troubles ont un point commun essentiel : ils résultent d’une inadéquation entre les capacités physiques du corps et les sollicitations ou contraintes auxquelles il est exposé.

80% des maladies professionnelles

Les facteurs de déclenchement son variables mais la composante majeure est liée à l’activité professionnelle. Les travailleurs de force surtout effectuant un geste répétitif, (conditionnement, emballage…) sont plus souvent atteints que la population générale. Les TMS touchent toutes les catégories sociales et pas seulement les personnes de plus de 40 ans. Elles représentent plus de 80% des maladies professionnelles déclarées et  sont en forte augmentation sur la dernière decennie. Les soins de réadaptation ne sont pas toujours pris en charge. Aussi, ceux qui ont les moyens ou qui vivent en France et parviennent à les déclarer en maladie professionnnelle pourront s’offrir plusieurs séances chez un kinésithérapeute ou un ostéopathe et voir leur condition s’améliorer. Pour les autres en revanche, il sera question de gérer la douleur, parfois intense et souvent invasive. Les médicaments à base de paracétamol, d’ibuprofène ou même de codéïne peuvent soulager temporairement mais leurs effets secondaires peuvent être très dissuasifs. Le recours aux méthodes naturelles devient donc une alternative plutôt tentante.

La weed  pour tafer?

Les vertus antalgiques du cannabis Sativa sont indéniables quand il s’agit de lutter contre les douleurs, et les actions analgésiques et anti inflammatoires du THC et du CBD ne sont plus à démontrer, en témoigne l’essor du cannabis thérapeutique. Toutefois la concentration de  Tetrahydrocannibinol (THC) dans la plante n’est pas anodine car les effets sont plus puissants  le THC agit sur l’activité du sytème nerveux central et accélère la production de dopamine. C’est la raison pour laquelle, après un joint ou une vaporisation de fleurs contenant plus de THC, le corps est détendu, les douleurs s’effacent laissant place à une délicieuse sensation de bien-être. Celles et ceux qui ont la chance d’accéder au cannabis thérapeutique dans leur pays ont tout intérêt à en privilégier l’usage lorsque les douleurs apparaissent.

Pour les autres, le Cannabidiol (CBD) est une excellente alternative car plus accessible à la vente en Europe. Pour avoir un effet notable et immédiat sur les douleurs, je recommande l’usage du CBD full spectrum ou broad spectrum à 20 ou 30 % de concentration sous forme d’huile en ingestion sub-linguale. L’application locale en massage peut  compléter le soin et apporter un soulagement supplémentaire. Pour celles et ceux qui ont des douleurs aigües, je conseille la consommation alimentaire de CBD,  cookies ou tout autre aliment ayant une bonne concentration de CBD. L’action lors de la digestion est très diffuse, elle apporte un soulagement remarquable ! Lutter contre les douleurs peut désormais devenir un rituel agréable.

Franco-Indienne, amoureuse des langues, de voyages et de parfums,
Nathalie a enseigné le français en Argentine avant de devenir institutrice en
France. Après avoir écrit sur les essences et huiles qui
embaument le corps et l'esprit, elle part à la conquête de nouveaux
horizons en distillant sa passion des mots pour ZeWeed.

Previous Story

Quand la Ganja sauve les G.I. de l’US Army.

Next Story

CBD: Quelle tisane choisir? 

Latest from News