Bruce Lee et la Weed.

///

Bruce Lee est sans doutes  l’un des acteurs les plus importants de sa génération, considéré comme le parrain des MMA (Mixed Martial Arts) et fondateur du Jeet Kune Do : cette pratique mêlant philosophie et arts martiaux. Mais saviez-vous que le grand Lee était un grand kiffeur de weed?
Petit portrait du dragon fumant.

Bruce Lee est un pionnier du MMA, mais aussi de la consommation de weed en tant qu’athlète de haut niveau, et ce des années avant l’engouement des sportif et fighters pour le cannabis  (en tant que solution naturelle pour soulager les douleurs post compétition et entraînement), Aujourd’hui, les autorités sportives commencent juste à accepter les bénéfices du CBD et du THC pour la récupération des sportifs, alors que le dragon en devenir s’adonnait depuis longtemps à des smoke-session thérapeutiques.

Justice lui est rendu puisque l’UFC, la plus grande fédération mondiale de MMA, autorise depuis 2018 l’usage du CBD, et depuis 2019 celle du THC dans certaines compétitions. Les fleurs de la belle plante étant jusque lors considérées comme « dopantes ».

Le cannabis a aussi fait de Bruce Lee un survivant: En 1970, après une grave blessure au dos, il se retrouve pour 6 mois à l’hôpital.  Tous les docteurs prédisent qu’il ne pratiquera plus jamais le Kung-Fu. Mais c’est sans compter sa grande volonté et sa consommation de Cannabis que le maître du Kung Fu arrive à se remettre devant les caméras. C’est d’ailleurs à la suite de cet accident qu’il fera ses trois plus gros blockbusters à Hong Kong puis “Enter the Dragon” son chef d’oeuvre dont il ne verra jamais l’avant-première.

Le dragon fumant

Bruce Lee aimait la weed autant qu’il méprisait l’alcool. Il découvrira le cannabis dans les années 60 grâce à Steve McQueen à qui il donne des cours de Kung fu et de Jeet Kune Do.
Bob Wall, un acteur qui jouait à ses côtés dans “Enter the Dragon” raconte que Bruce consommait au minimum deux brownies au Cannabis par jour pour “repasser à la normale” et évacuer le stress de la journée. Étant l’acteur principal et le  producteur du film, il insistait même pour que TOUS ses invités soient fournis avec leur propre joint.

Sa consommation de Cannabis explique pourquoi Hong Kong, sa ville d’origine, n’a jamais nommé de rues ou de bâtiment avec son nom. Ici, le cannabis est illégal depuis 1969. C’est un des points sur lesquels la loi hongkongaise (qui est un territoire autonome appartenant à la Chine depuis la rétrocession par l’Angleterre en 1997) est particulièrement plus dure que la loi chinoise. La loi sur place prévoit encore des peines de prison systématiques pour possession de Cannabis, qui est considérée comme une drogue de catégorie 1, au même titre que l’héroïne et le crack. Il est  donc très facilement possible d’écoper d’une peine de prison même pour des quantités misérables. En 2015 un jeune a obtenu 2 mois de prison pour avoir vendu 0,24 gramme de Cannabis. En Chine, la peine moyenne est aux alentours de 10 à 15 jours de prison pour possession et consommation de Cannabis.

Il existe malgré tout un bel hommage de l’acteur : une statue en bronze commandée par un fan. Cachée dans le jardin des stars, dans le quartier Tsim Sha Tsui, elle représente Bruce dans sa pose “Prêt à l’attaque” dans son iconique film “Fist of Fury” sorti en 1972. “Il fallait honorer sa mémoire” raconte le président de son Fan Club.

 

 

 

 

Collaborateur mystérieux à la plume acérée et a l'humour noir, Mike est notre spécialiste de la pop culture. La rumeur raconte qu'un agité bien connu des francophones se cacherait derrière ce pseudo.

Previous Story

Les tardigrades à la conquête de l’espace.

Next Story

Cannabis et sorcellerie

Latest from Cinéma