ZEweed

Le chocolat bonheur Zeweed est arrivé!

/

Le bonheur à Pâques, c’est du Soleil, du bien-être et du chocolat. Il n’en fallait pas plus pour que Zeweed se mette aux marmites pour vous proposer un condensé de plaisirs pluriels au CBD.

Made in France dans la plus pure tradition des maîtres chocolatiers, notre Chocolat Bonheur est fait à partir des meilleurs cacao et de chanvre CBD full spectrum.

Dans le détail, chaque boîte contient 26 chocolats répartis de la façon suivante:

  • 8 mendiants chocolat au lait, aux pistaches d’Iran, abricots moelleux français et noix d’Auvergne,
  • 10 rochers pralinés.
  • 8 citrons confits au chocolat noir de Tanzanie, 64% de cacao.

Le chocolat au lait est belge et les citrons confits d’origine française.

Prix TTC : 44 euros.

Le lien pour commander le Chocolat Bonheur est ici

Passez le printemps au vert avec Magic Forest, la 4ème compile made in Zeweed

//

Qu’il est bon de courir pieds nus sur le gazon et rouler dans l’herbe au Soleil de ce doux printemps. Pour fêter cette renaissance en fleurs, Zeweed vous propose une ballade au son de  Magic Forest, notre quatrième compilation Green & Groove, en accès direct ici.

Bonne écoute!

 

Bonne écoute!!

La rédaction

La leçon du Dr. Moon : les noms de variétés de Ganja.

///

De la Super Cheese à la Matanuska Thunderfuck en passant par la Stephen Hawkins, les noms des variété de cannabis sont aussi nombreux que surprenants. Certains de ces noms, comme l’Acapulco Gold, ont été transmis par descendance. D’autres, comme la Jack Herer sont des références à une personne. Et des labels comme la Lemon Haze ou la Blue Dreams indiqueront plutôt les saveurs ou effets à venir. Pas facile de s’y retrouver.
Petit guide des noms de variétés et de leur raison d’être .

L’idée de donner des noms propres à la Ganja a commencé dans les années 1960 lorsque les cultivateurs rapportaient des quatre coins du globe et vers les Pays-Bas ou les US,  des souches dites Landrace.
Acapulco Gold, Durban Poison,  Colombian Gold , Panama Red et Afghan Kush sont devenus les piliers du breeding cannabique, des aïeuls de la belle plante qui forgeront les quelque 26 000 variétés aujourd’hui disponibles.
Ces variétés Landrace, au nom basé sur leur origine géographique, ont ensuite été sélectionnées et développées pour produire une plus large gamme de croisements génétiques. Les motivations de ce métissage sont à trouver dans un désir de procurer de nouveaux effets, saveurs, résistance aux maladies et produire des rendements plus importants.

De l’origine des noms modernes de weed.
Chaque breeder a une méthode différente pour baptiser sa création, souvent en mixant, plus ou moins bien, le patronyme des souches parentales.

En exemple:
Poison OG x GSC ( Girl Scout Cookies) = Suicide Girl
Blueberry x White Widow = White Berry
OG Kush x Bubble Gum = Bubba Kush

Dans d’autre cas, le nom d’une variété est représentatif de ses effets, comme Blue Dream, qui combine Blueberry et Haze et offre au cannabis-aficionados un état  «rêveur».
Un nom peut également parler des autres attributs de la souche. Par exemple, White Widow, Granddaddy Purple et Key Lime Pie parlent tous de traits physiques, comme une abondance de trichomes blancs, des feuilles violettes colorées ou un puissant arôme d’agrume.
Dans d’autres cas, le nom d’une variété est un hommage direct, comme Jack Herer ou Ringo’s Gift, nommés respectivement en l’honneur d’un activiste notoire de la cause cannabique et d’un sélectionneur de variétés fortes en CBD.
A cette famille de weed célébrant les  grands hommes verts, la nomenclature des souches peut également être des plus aléatoires. Squiblica, Zombie OG et SleeStack, par exemple, n’ont aucun rapport avec qui ou quoi que ce soit… mais pourquoi pas ?
Dans la grande famille des noms de weed, on peut  également trouver des variétés qui portent les noms de people et icônes de la culture pop, aussi bien satiriques ( Charlie Sheen, Bob Saget) que révérencieux (Michael Phelps OG, Gupta Kush, Stephen Hawkins), ou à visée purement commerciale (Khalifa Kush, Margaret Cho-G).

Des AOC de la weed ?

A mesure que le marché de la weed se développe, les producteurs, loi du billet vert oblige, souhaitent garder pour eux telle ou telle variété et le nom qui s’y rattache.
Ce qui soulève la question de savoir comment un producteur produisant -par exemple-  de  l’OG Kush au Colorado, délimitera son phénotype par rapport aux producteurs produisant leur propre variété d’OG Kush en Californie ou au Massachusetts.
Surtout si le nom, ultra-connu, est la seule chose à laquelle le commun du stoner peut se raccrocher, faisant fît de telle ou telle spécificité régionale.
C’est dans ce contexte que des appellations d’origine sont en train de faire leur apparition, mettant l’accent sur des zones de production mythiques comme Humbolt ou Aspen.
Mais qu’en est-il des noms de variétés eux-mêmes? Quel tournant pourrait prendre l’industrie dans la façon dont nous utilisons des noms omniprésents comme Blue Dream, Sour Diesel, Granddaddy Purple et des milliers d’autres?

La réponse dans le second épisode des leçons du Dr Moon.

En bonus, le titre d’Afroman en hommage à la Thunderfuck, variété qui pousse en Alaska.

 

 

90 ans de prohibition en 11 affiches.

///

Les concepteurs-rédacteurs n’auront jamais manqué de créativité pour trouver des accroches mémorables, y compris lors de campagnes contre le cannabis. Zeweed a retrouvé pour vous quelques perles des campagnes anti-ganja menées depuis 1932.

ZePortrait : Bill Murray

/////

Incarnation sublime du décalé décalqué, toujours au centre de l’action mais toujours à côté de la plaque,  Bill Murray a imposé en quarante ans de carrière un délicieux profil d’agité débonnaire, élevant au rang d’art la notion de coolitude bien frappée. Portrait d’un acteur qui, de son arrestation pour trafique d’herbe à la fausse annonce de sa mort, est resté fidèle à sa devise : It doesn’t matter”.

Ganja Buster
Ce sera à l’aéroport Chicago O’Hare, flanqué de deux énormes valises en métal et de cinq kilos d’herbe que le facétieux Bill Murray rencontrera son premier public.
Le jeune homme s’apprête à rallier Denver pour y entamer des études de médecine. Les temps étant un peu durs et la consommation de ganja dans l’air du temps, Bill se dit que ce serait  un bon coup d’allier détente et revente de weed sur le campus de son université. C’est donc avec 10 livres de sinsemilla mexicaine que le comique  se présente à l’enregistrement en ce 21 septembre 1970. Précisément le jour de son 20e anniversaire.

« Je transporte deux bombes« : pas un bonne idée de blague quand on essaie de faire passer 5 kilos d’herbe à l’aéroport

Est-ce un état un peu fébrile, les réminiscences des volutes consommées la veille ou un sens très pointu du comique de situation?
Toujours est-il que dans la file d’attente, lorsqu’un voyageur lui demande, dans un souci de conversation légère ce qu’il peut transporter dans de si lourdes valises,  Murray lui glisse, complice:  “deux bombes”.
La bouffonerie, définitivement très Bill Murray, ne fera pas rire le bouffonné qui ira avertir les autorités aéroportuaires. Le bouffon, lui, voyant la farce tourner court quitte presto la file d’attente pour se précipiter vers les consignes où il tentera frénétiquement et en vain, de faire rentrer ses deux malles dans un casier trop petit. Il est arrêté, les valises sont ouvertes, et l’aspirant interne se retrouve derrière les barreaux.  “Mais pas sans que j’ai eu le temps d’avaler le chèque d’un de mes clients” (de l’avantage des munchies?) “Ce type me doit aujourd’hui sa carrière et sa réputation” s’en amusera-t-il ensuite. N’ayant aucun antécédent judiciaire,  il n’écopera miraculeusement que de cinq ans de mise à l’épreuve. Ses études de médecine, elles, sont mortes. Bill Murray se retourne alors vers un vieil ami qui lui propose une collocation à New York: John Bellucci.

John Bellucci

De Hunter S. Thompson à Wes Anderson.

La rencontre avec le talentueux et stupéfiant John Belushi lui ouvre, à coup de grands hasards, les portes du petit écran. Sa première apparition en tant que comédien sera dans le  “Saturday Night Live “ (NBC), émission culte outre-Atlantique. Le succès est immédiat.  Le public ne se lassant pas des apparitions de ce clown  lunaire, désabusé, toujours à deux doigts du dérapage mezzo-controlé. Sa carrière est lancée.

Son premier succès au cinéma sera Caddyshack, en 1980 dans lequel il campe un employé de club de golf, tout à fait initié aux subtilités de l’herbe magique. Il y livre d’ailleurs une analyse de  vrai connaisseur « Il s’agit d’un hybride de bluegrass du Kentucky et  de sensemilia du nord de la Californie. Ce qui est étonnant, c’est que vous pouvez jouer 36 trous en fumant tout l’après-midi, puis, en rentrant à la maison le soir, vous défoncer encore plus, du genre au-dessus et en dessous de la ceinture”.C’est noté, Bill.

Fidèle à ses convictions comme à ses mentors et finalement peu versé dans les rôles de composition, Murray incarnera en 81 ( bien avant Johnny Depp) un Hunter S. Thompson aussi barré que nature dans “Where The Buffalo Roam”. Dans le très bon “Broken Flowers” de  Jim Jarmush en 2005, lors d’une scène où il partage un gros joint avec son voisin,  on l’entend deviser entre deux tafs et dans une voix en apnée   “Ça… ça oui, c’est juste de la très bonne Sativa”. Ce laconisme cash, son trademark.

« Stoner of the year » en 2005

Dans La Vie Aquatique de Wes Anderson en 2005, il campe un ersatz de commandant Cousteau ne cachant pas son amour immodéré pour la weed. (amour immortalisé dans  la mythique scène du joint partagé avec Owen Wilson, son fils, sur un fond de “Life on Mars “de Bowie).
Autant de choix de rôles de smoker de ganja sympa et easy-going qui lui vaudront  le très convoité titre  de… “Stoner of the year 2005” lors des  Stony Award organisés par le hautement respecté High Times magazine. (Le précédent lauréat était Snoop, le suivant sera Seth Rogen… La barre du bong était haut placée).

Puis Zombieland en 2009 : Il y jouera son propre rôle avec un tantinet de fiction (il se retrouve reclus dans sa maison de Beverly Hills à la suite d’une invasion de zombies). Un caméo d’un quart d’heure tournant autour d’un magistral bong-chicha de skunk partagé avec Woody Harrelson et Emma Stone, et les jeux de stoner goofy découlant de ladite inhalation cannabique. En l’occurrence une tentative de remake assez fumeuse d’une scène de Ghostbuster.

 » Vie et leçons d’un homme mythique”

C’est en 2018 que  l’art imitera la nature (de Bill Murray) avec l’improbable documentaire de Tommy Avalone “The Bill Murray Stories : Life and lessons learned from a mythical man.”

Le pitch: depuis quelques années trainent de nombreuses légendes urbaines au sujet de Bill Murray.
L’acteur-performer se serait par exemple pointé à l’improviste dans une fête d’une cinquantaine d’étudiants à Austin qu’il ne connaissait absolument pas. Pour y faire un peu la bringue tout d’abord, puis pour jouer avec le groupe local après avoir fait le roadie en portant amplis et drum-kits. Puis, plus tard dans la nuit pour convaincre la police venue pour tapage, de les laisser faire. Avec succès. Les trois policiers dépêchés sur place esquisseront même quelques pas de danse… le double effet Murray.

Bill Murray, le happening permanent

Dans la même ville, il aurait été spotté dans un pub où il n’avait jamais mis les pieds, et aurait fini par faire le barman. Pour donner un coup de main au vrai barman . Le (vrai) barman lui  aurait annoncé qu’il devait  s’éclipser pour s’occuper de son chien malade. Et qu’il fallait donc qu’il ferme le pub un moment. Bill, pas de chien, aurait pris la relève derrière le zinc avec le sourire.

On l’aurait aussi vu s’incruster dans la cabine déjà réservée d’un karaoké à Charlottesville (oui, un peu comme dans Lost in Translation) pour le plus grand bonheur des quatre chanteurs en herbe présents.
Dans l’état de New York, on  l’aurait aussi vu débarquer dans la maison d’un couple qu’il connait à peine, mais dont il avait appris que c’était l’anniversaire de mariage. Pour les aider à préparer le diner, le partager avec eux puis faire la vaisselle à la fin.
Évidemment, tout est absolument vrai, démontrera Avalone dans le documentaire.

La Vie Cannabique

Au sujet du cannabis (et de sa légalisation, pour laquelle il milite activement), l’acteur estime “(qu’il) trouve tout  de même très ironique que la chose la plus dangereuse au sujet de la weed, soit de se faire arrêter en  sa possession”.

Plus direct et politique, il a affirmé que “la marijuana est la cause d’une grande partie des incarcérations, pour le seul crime d’auto-médication. Et cela coûte des millions et milliards de dollars d’emprisonner des personnes pour ce crime contre elles-mêmes. Les gens réalisent que cette guerre contre la drogue est un échec (…) ne créant qu’une armée de personnes (de l’administration pénitentiaire NDLR)  et d’incarcérés.”

Ou plus récemment “le fait que les états passent des lois en faveur de l’herbe prouve bien que le danger supposé du cannabis a été nettement surévalué. Les psychologues recommandent de fumer plutôt que de boire si on a besoin de se détendre” “Personnellement, je joue la carte de la sécurité. Je fais les deux. Je ne plaisante pas avec ça: c’est une question de rigueur”.
Amen.

 

Comment faire du tofu de chanvre.

//

Dans le cadre de l’émission « on va déguster »,  diffusée sur France Inter et disponible en intégralité ici, Linda Louis est venue présenter aux auditeurs français son livre « Super Chanvre et CBD ». L’occasion pour la passionnée de botanique de partager une recette de tofu aux graines de Cannabis Sativa L. et pour nous de prendre soin de notre corps.

Les ingrédients pour faire 300 grammes de tofu de chanvre:

  • 150 g de graines de chanvre décortiquées
  • 150 g d’eau
  • 1 pincée de sel
  • 1 feuille de chanvre (optionnelle)

Le mode d’emploi pour y parvenir:

Mixez les graines de chanvre avec l’eau et le sel jusqu’à l’obtention d’une pâte bien onctueuse.
Tapissez le fond d’un petit moule en Inox® (carré 15 x 15 cm ou rond, de type tiffin – lunch box indienne en Inox® empilable) d’une feuille de papier sulfurisé légèrement huilée. Versez-y la crème de chanvre. Si vous avez des feuilles de chanvre fraîches dans votre jardin, posez-en une dessus.

Faites cuire à la vapeur pendant 15 minutes. Il est important de couvrir avec un couvercle bombé pour que les gouttes d’eau ne tombent pas sur la crème de chanvre.
Si vous avez un couvercle plat, utilisez cette technique japonnaise : tendez d’abord un torchon sur la casserole puis posez le couvercle par-dessus.

Vérifiez la cuisson du tofu qui doit être ferme et rebondissant au toucher.
Sortez le moule et laissez refroidir.
À l’aide d’un couteau pointu, décollez les bords puis démoulez le tofu.
Retirez la feuille de papier sulfurisé.

À ce stade, le hempfu peut être cuisiné directement car il est très ferme.
Placez-le sinon au réfrigérateur dans une boîte hermétique (ou dans le moule de cuisson).

Bon App’!

 

Linda Louis, Super Chanvre et CBD, éditions Alternatives, est disponible en cliquant sur ce lien

 

Ze Green Docs: Home (2009) et Strain Hunters (2009)

/

Alors que la COP 26 vient de s’ouvrir, Zeweed vous propose un double feature bien vert avec « Home » et « Strain Hunters », deux docus planants pour prendre un peu de hauteur. Bonne projection!

Home (2009) : écrit et réalisé par Yann Arthus-Bertrand, produit par Luc Besson, ce superbe 90 minutes se penche sur les liens qui unissent l’homme à la Terre. Conçu comme un carnet de voyages, le film est constitué uniquement d’images aériennes (la terre vue du ciel, thème totem d’Arthus Bertrand) et d’une voix off qui chante la beauté de notre planète.

Les sujets abordés sont tous en relation avec l’environnement : l’accès une eau potable, la déforestation, la fonte des glaces ou encore l’épuisement des ressources naturelles, des axes abordés avec ce bel optimisme qui caractérise le réalisateur.
Des images époustouflantes à voir et à revoir sans modération.

Strain Hunters (2009) : Arjan Roskam et son équipe de chasseurs de variétés de weed nous emmènent en Jamaïque, à la recherche de « landrace », ces phénotypes de cannabis naturels, jamais altérés par la main de l’homme. Dans cet épisode « le King of cannabis » flanqué de son regretté acolyte Franco Loja parcourra en très bonne compagnie monts et vallées de l’île de Marley, afin de trouver et mieux comprendre la culture d’une des Ganja les plus célébrée et chantée par Bob, Peter, Jimmy et les autres : la Jamaïcan Purple, AKA Ganja Supreme.

Bonne séance !

La rédaction.

Marché noir : coup de froid sur les fours

//

Concurrencés par les livraisons à domicile prises via WhatsApp ou Signal, sérieusement pénalisés par la pandémie,  les ventes de weed en points fixes perdent du terrain. À l’heure des packaging collectors, des livreurs branchés sur tous les réseaux sociaux et d’un service plus rapide que Deliveroo , les « fours » sont de plus en plus délaissés. Enquête sur le déclin du street-deal.

La nuit, la ligne 4 du métro est désormais animée de son charme du vintage … et l’indisponibilité de mes livreurs. Je descends à la station Simplon dans le 18ème. Le point de vente est à 200 mètres. Ils sont trois dans la rue, mais n’ont plus rien. Direction le terrain central (ou four, dans le jargon) à 20 minutes à pied. Le trajet est étonnamment bien balisé. Un premier guetteur nous indique un trou dans le mur qui donne sur un parking aux lampadaires cassés. Le seul endroit éclairé est un hall d’immeuble où sont assis une dizaine de personnes.

« Seuls les clients montent ». 6 étages, je laisse mon pote y aller. Il y a un monde fou pour un jeudi soir : je regrette presque le métro en heure de pointe. C’est une vraie industrie qui tourne « 24 sur 24, 7 jours 7 » : guetteur, vendeurs, gérants pour une centaine de clients par jour. Impossible de différencier les uns des autres. Surpris, je me retrouve à indiquer un étage à des acheteurs.

La livraison à domicile, secteur en plein essor

La livraison à domicile n’est pas un phénomène nouveau mais il a connu une nette  augmentation depuis 2012. Soit la restructuration d’un secteur qui s’adapte et achève sa transformation digitale en empruntant tous les codes du marketing (promotion des clients fidèles, centre d’appel pour répartir les livreurs, estimation du temps de trajet, pubs régulières et relances – avec des photos parfois dignes de L’Oréal -, sans parler des emballages de plus en plus attractifs. Preuve en est la campagne de communication sous l’égérie du rappeur Mister You qui vendait la qualité du produit sur une vidéo Snapchat.

Le coup de grâce pour les « terrains » ?

L’affaiblissement des fours par les opérations de polices et le développement de ces nouvelles techniques de vente transforme le marché : le « démantèlement de points de vente a poussé les dealers à aller à la rencontre des clients » précise une publication Tendance de 2016.

Les clients sont en effet réticents à « s’exposer » en allant sur place (contrôle de police, qualité aléatoire du produit…). Le luxe du cocooning bedo/série a de quoi attirer ! Bien qu’il faille pour cela consentir à acheter au minimum pour 50€. Création d’une nouvelle fracture socio-économique ? Les clients ne pouvant pas se permettre de mettre autant constituent un public pour les terrains et explique leur maintien.

Malgré tout, la pandémie et le confinement ont donné le coup de grâce aux pratiques des fours alors que l’Office anti-stupéfiants a constaté « un recours massif aux réseaux sociaux ». L’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies s’est par ailleurs alarmé des conséquences sur le long terme de la pandémie et du risque de « renforcer la dématérialisation des marchés de drogues ».

Elliot

Ze Green Doc: Planet of the Humans (2020)

/

Centrales biomasse inutiles, voitures électriques à l’empreinte carbone désastreuse, panneaux solaires éphémères… Dans «Planet of the Humans», dont il est le producteur, le cinéaste engagé Michael Moore démystifie le mythe des énergies vertes. Disponible gratuitement en ligne, le documentaire démontre si besoin est que « la seule énergie propre, c’est celle qui utilise moins d’énergie ».

Avec son « Planet of the Humans », Moore s’en prend cette fois au capitalisme vert et pointe du doigt les prophètes de ce faux green qui nous mèneraient droit dans le mur.
Parmi les heureux élus de cette discutable écologie, Van Jones, le conseiller environnemental de Barack Obama, Elon Musk, le constructeur de voitures électriques, Robert F. Kennedy Jr, avocat environnemental ou encore l’ancien vice-président Al Gore, qui aura réussi à convaincre Richard Branson (Virgin) d’investir 3 milliards de dollars dans cette énergie que l’on dit verte.

A la question: « Al Gore est-il un prophète? » Branson répondra par un jeu de mots entre «prophète» et «profit», phonétiquement similaires en anglais. Au delà du calembours, c’est cette confusion même que le film souligne, non sans succès.

Bonne séance !

https://www.youtube.com/watch?v=Zk11vI-7czE

 

1 2 3 30