Anthony Amar fait un tabac dans le CBD

/

Le succès d’Anthony Amar est un cas d’école. Dans un univers où la concurrence est corsée, cet originaire de l’île de beauté a réussi à imposer en un temps record sa marque aux quatre coins de l’hexagone, via les  corners des boutiques au losange. En s’appuyant sur un réseau constitué de 1200 buralistes, il a rapidement séduit les consommateurs français et fait décoller les ventes de son site marchand haschill.com. Zeweed l’a rencontré pour une interview à son image : concise, précise et sans baratin.

Racontez-nous l’histoire d’Haschill
Haschill est né en 2021. Nous avons en premier lieu monté une boutique et un site internet en suivant l’engouement pour la libéralisation et la législation CBD. On s’est ensuite concentré sur la distribution, en remarquant qu’il existait un manque qualitatif dans les tabacs. Proposer un CBD digne de ce nom aux buralistes s’est imposé comme un choix évident. Aujourd’hui, on fournit 1200 tabacs et nos commerciaux couvrent une dizaine de régions. En ce qui concerne l’offre, nous proposons une trentaine de références en différents conditionnements, allant de 1 à 12 grammes.

Où en est la législation française ?
En France, ça reste encore compliqué. On est légal niveau européen, donc Haschill n’est pas en situation d’illégalité. Les différents arrêtés mis en place sans consultation de l’Assemblée ont été suspendus par le conseil d’état. On utilise la législation européenne du commerce entre pays membres.  Aujourd’hui, 10 000 tabacs commercialisent le CBD en France, les pharmacies en vendent, grandes surfaces en vendent. Pourtant, le gouvernement reste très sévère à l’égard de la commercialisation du CBD : les tabacs font l’objet d’un contrôle tous les mois.

Vous avez déjà eu des contrôles ?
On a déjà eu des contrôles. Pas nous, mais les tabacs auxquels on vend sont contrôlés. La réponse des institutions, c’est nous interdire le label bio. En réalité, on est complètement en règle par rapport aux tabacs avec qui on commerce principalement. Je ne suis pas inquiet : c’est un nouveau marché à fort potentiel et une opportunité économique formidable pour la France. Ce secteur, de plus en plus vaste, de plus en plus varié, va finir par être officiellement réglementé.

Il y a un avantage à ce que le CBD soit vendu dans les tabacs?
Oui, et particulièrement pour le consommateur. Il y a déjà l’avantage du réseau : il y a clairement plus de bureaux de tabac que de CBD shops, et c’est tout de même plus rapide qu’une commande en ligne!  Et surtout, il a beaucoup plus de contrôles sur la qualité du produit que les sites de vente en ligne, et ça, c’est aussi à l’avantage des consommateurs.
Chez Haschill, nous commercialisons des fleurs de chanvre CBD issues de deux modes de culture : indoor (le haut de gamme du chanvre bien-être, cultivé en intérieur sous lampes dans un environnement aux paramètres totalement maîtrisés NDLR) et en greenhouse (cultivé sous serre NDLR).
On commercialise majoritairement de l’indoor et on propose une petite gamme greenhouse. Pour moi, il doit y avoir, comme dans n’importe quel marché, une offre haut de gamme et une autre bas de gamme. Il faut aussi qu’il y ait des contrôles, que le marché se forme en toute transparence. Il s’agit aussi d’éduquer et informer chaque client. Le but est de parvenir à instruire les consommateurs sur l’origine du produit avec, encore une fois, la plus grande transparence possible.

Vous vous approvisionnez où ?
En Italie, en Espagne, au Portugal. On a une trentaine de fermes partenaires, ce qui permet un lien direct avec l’agriculteur. On ne passe pas par des grossistes, on s’approvisionne directement, ce qui nous permet de maîtriser l’intégralité de la chaine.
On a producteur français, en résine. Si on pouvait, on préfèrerait proposer une production entièrement française, mais elle est encore toute jeune.

www.haschill.com

Propos recueillis par Aurianne Martineau
close

Ne ratez rien de l’actualité du chanvre et du CBD, inscrivez-vous à la Zeweed Newsletter!

Previous Story

Circuit court : quand le CO2 rejeté par les brasseries alimente les plantations de cannabis

Next Story

Seth Rogen, Hollywood Dude

Latest from France