À quoi ressemblerait Paris si la weed était légalisée ?

////

Juillet 2020, Paris, nous sommes loin de la tribune signée par plus de 70 personnalités publiée par L’Obs prônant la légalisation du cannabis. Loin d’un système ultra répressif incapable d’assumer le fait que la France est le pays d’Europe où la consommation explose, en particulier chez les mineurs. Le constat est sans appel : 50 ans de répression inefficace et coûteuse.

Aujourd’hui, nos voisins n’ont rien a nous envier. Notre économie monte en flèche. Le cannabis a coûté plusieurs centaines de millions d’euros à la France. Mais sa légalisation a finalement apporté beaucoup d’argent dans les caisses de l’Etat, tant en recettes fiscales qu’en économies sur le volet répressif.

Source : Le Monde

L’Etat n’est pas le seul à avoir eu un intérêt économique avec la légalisation du cannabis. Les grandes marques surfent sur la tendance. Les chemises en chanvre sont à la mode, Evian a commercialisé sa canna-eau, histoire d’être sur que l’on stay young à vie et en rigolant surtout.

Les jobs d’étés pullulent, et les étudiants travaillent majoritairement dans les coffee shop. Chaque mois, un nouvel établissement ouvre et il n’est pas rare de voir des SDF demander un peu d’herbe, elle, si facile à donner. L’aumône se fait avec les yeux rouges et certes ça reste l’aumône, mais il y a un coin de sourire qui s’affiche à chaque main tendue.

Il n’y a pas une journée ou un mineur me demande si je peux acheter du cannabis pour lui. Nos coffee shop sont intransigeants, pas de majorité, pas de cannabis. Il est impossible de voir des bambins racler un morceau de shit sur un bord de trottoir avec sa cigarette coincée sur l’oreille. Un adulte en France, c’est une personne qui peut acheter de l’alcool, voter, conduire et rouler son joint dans la plus pure des libertés . Maintenant, il s’est instauré un calme bienveillant dans les quartiers ou le trafic s’était implanté.

C’est à Montmartre, l’été, sur la pelouse du Sacré-Coeur, à l’heure où le soleil s’efface, que j’aime fumer mon pétard. Sur la butte, il y a le ”Dumas”, un coffee shop taillé dans la pierre, à l’intérieur les gens se prélassent joint en bouche et livre en main. C’est là que j’achète ma lemon haze avant mon rendez-vous avec le soleil. En sortant, le gérant me donne une brochure ou il est écrit : depuis la légalisation du cannabis, vous pouvez dire adieu à cette liste : douleurs neuropathiques réfractaires, épilepsie sévère et pharmacorésistantes, soins palliatifs de certains cancers , spasticité douloureuse (contractions et tremblements), la sclérose en plaques  et autres pathologies du système nerveux central.

Heureusement qu’il y a un an, le Conseil de Paris a validé cette légalisation, car sans ça, rien n’aurait pu être concrétisé.

Jacob

Ne ratez rien de l’actualité du chanvre et du CBD, inscrivez-vous à la Zeweed Newsletter!

Journaliste et talentueux producteur d'électro, il voit le cannabis comme étant Ze sujet actuel, reflet d'une société qui continue à muter. 

Previous Story

La France accueillera Le Cannabis Medical Bike Tour en 2020 !

Next Story

Hemp Expo Luxembourg : le premier salon dédié au chanvre ouvre ses portes !

Latest from France

Front popul’herbe

Alors que le résultat des législatives redessine le paysage politique français en faveur du Front Populaire,